More

    La France était la cible initiale des auteurs des attentats de Bruxelles

    Aux lendemains de son arrestation, le vendredi 8 avril à Bruxelles, Mohamed Abrini a livré ses premiers aveux. Le suspect clé des attentats de Paris a reconnu qu’il était également lié aux attaques de Bruxelles et qu’il était l’homme au chapeau qui apparaît sur les images de vidéosurveillance de l’aéroport Zaventem, aux côtés de deux kamikazes. Aussi, il révèle que son groupe projetait d’attaquer à nouveau la France avant de se rabattre dans l’urgence sur Bruxelles. « Plusieurs éléments de l’enquête » amènent à penser que la cible première de la cellule jihadiste basée à Bruxelles, était à nouveau la France, a confirmé dimanche 10 avril le parquet fédéral belge dans un communiqué. Il ne précise en revanche ni les cibles éventuelles, ni l’état d’avancement du projet. Mais la conviction est là. Et selon lui, si c’est à Bruxelles que les attentats ont finalement eu lieu, c’est en raison de l’avancée de l’enquête sur les attaques du 13 novembre. Pour le parquet, le groupe dont faisait partie Mohamed Abrini a alors été « pris de court » et a décidé de modifier ses plans. « Le parquet fédéral confirme qu’il ressort de plusieurs éléments de l’enquête que l’objectif du groupe terroriste était de frapper à nouveau la France et que c’est pris de court par l’enquête qui avançait à grands pas qu’ils ont finalement décidé dans l’urgence de frapper Bruxelles », explique-t-il.

    A lire également  Trafic de vrais faux passeports diplomatiques- le Scandale rebondit en France : Deux Sénégalais refoulés et déférés

    Une arrestation qui précipite tout ?

    Les avancées de l’enquête évoquées ne sont pas détaillées. Mais l’arrestation de Salah Abdeslam, quatre jours avant les attaques de Bruxelles, n’est certainement pas étrangère à cette précipitation des événements. Certes, celui qui était le principal suspect en fuite dans l’enquête sur les attentats du 13 novembre affirme n’être au courant de rien concernant les attaques de Bruxelles. Mais il est bel et bien lié à quatre des cinq principaux protagonistes de cette seconde opération terroriste. Lié à Mohamed Abrini et Osama Krayem, arrêtés vendredi et qui auraient joué a minima un rôle de logisticien. Lié aussi à Khalid el Bakraoui et Najim Laachraoui, deux des kamikazes du 22 mars.

    Rfi.fr

    Articles récents

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles