More

    La France vient de s’agrandir de plus de 500 000 km2

    MarionKerguelen_432La France, qui est déjà la deuxième puissance maritime de la planète, vient encore d’étendre son territoire. Cette extension lui permet de revendiquer 579 000 km2 de plus récupérés sous les océans autour de la Martinique, la Guadeloupe, de la Guyane, des îles Kerguelen et de la Nouvelle-Calédonie. Tous les Etats du monde disposant d’une façade maritime peuvent revendiquer des droits souverains sur l’espace maritime qui le borde jusqu’à 200 milles (370 km) au-delà de ses côtes. C’est ce qu’on appelle la Zone économique exclusive (ZEE) sur laquelle le pays côtier détient le droit d’exploration et d’usage des ressources.

    La France, deuxième puissance maritime mondiale avec 11 millions de km2, juste derrière les Etats-Unis à 300 000 km2 près, vient encore d’étendre son domaine maritime de 579 000 km2, soit à peu près l’équivalent de la superficie du pays. C’est grâce à ses territoires d’outre-mer que la France peut aujourd’hui revendiquer un tel rang.

    Une course de vitesse vers les fonds marins

    Paris a officialisé l’opération en publiant fin septembre quatre décrets qui déterminent les nouvelles limites du plateau continental français au large de la Martinique et de la Guadeloupe (Antilles), de la Guyane, des îles Kerguelen (Atlantique sud), et de la Nouvelle-Calédonie (Pacifique sud). Cette décision attribue ainsi à la France encore plus de droits sur les ressources du sol et du sous-sol marin à l’heure où l’exploitation des ces territoires devient un enjeu limité cependant par les moyens techniques disponibles. En attendant, plusieurs pays ont pris les devants pour s’assurer que le jour où cela sera possible, ils soient en mesure de mettre en avant leurs droits souverains sur ces territoires vierges.

    Pas d’extension pour les zones de pêche

    C’est une convention sur le droit maritime des Nations unies, dite de Montego Bay (Jamaïque) qui permet depuis 1982 aux pays côtiers d’étendre leur plateau continental au-delà des 200 milles (370 km) de leur zone économique exclusive (ZEE). Ils peuvent ainsi pousser jusqu’à 350 milles de leur rivage à condition de démontrer que leur territoire terrestre se prolonge sur le fond des océans. Cette extension n’élargit pas pour autant les zones de pêche françaises qui restent limitées à 200 milles, elle ne concerne que le sol et le sous-sol. Quant à la « colonne d’eau », et notamment la ressource halieutique, elle est maintenue dans le domaine international.

    A lire également  Côte d'ivoirien: Simone Gbagbo amnistiée

    Un pari sur l’avenir pour la France

    Pour gagner ces centaines de milliers de km2, géographes et géologues sont appelés à déployer toute leur science afin d’apporter la preuve que le plateau continental d’un pays se prolonge naturellement sous les eaux, par exemple sous la forme d’une chaîne de montagnes ou d’un sol caractéristique. La France a ainsi déposé quelque onze dossiers ces dernières années faisant valoir ses prétentions sur 579 000 km2 selon des critères géologiques. Cette démarche est un pari sur l’avenir en espérant que l’exploitation de ces sous-sols tienne les promesses de richesses qu’on leur suppose. En réalité, on ne sait pas ce qu’il y dans ces fonds et même s’il y a quoi que ce soit, pour la bonne raison que les explorations et les prospections sont à peu près inexistantes. En admettant que l’on y découvre quelque chose qui vaille l’investissement, que l’on parvienne à extraire des hydrocarbures ou des minerais, encore faudra-t-il s’acquitter d’une taxe pouvant aller jusqu’à 12% des profits réalisés à destination des pays en développement.

    A lire également  Côte d'ivoirien: Simone Gbagbo amnistiée

    Un million de km2 en plus

    En tenant compte des coûts très élevés de prospection puis d’exploitation dans un milieu si difficilement accessible, on peut penser que seules les multinationales pourront tirer leur épingle du jeu. Pour le moment la France n’a investi que 25 millions d’euros depuis 2003 pour élargir son plateau continental. Une misère comparée au Danemark (100 millions d’euros), au Canada (150), à la Russie (200) et au Japon (750). La France n’en a pas fini de s’agrandir puisqu’elle attend toujours la décision de la Commission des limites du plateau continental (CLPC) pour La Réunion (océan Indien), Wallis et Futuna (Pacifique) et Saint Pierre-et-Miquelon (Atlantique nord). Par ailleurs, un dossier doit encore être déposé pour la Polynésie française. Si la CLPC accède à toutes les demandes françaises, ce seront au moins un million de km2 qui viendra accroître la surface du domaine maritime sous juridiction française. La France détiendra alors le titre de première puissance maritime mondiale.

    Rfi.fr

    Articles récents

    COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU 30 SEPTEMBRE 2020

    COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU 30 SEPTEMBRE 2020 Le Président de la République, Son Excellence Monsieur Macky SALL,...

    PSG : Très bonne nouvelle pour Idrissa Gana Gueye

    Lors de la victoire du Paris Saint Germain (PSG) face à Nice 3-0, Idrissa Gana Gueye a été contraint de céder sa place à...

    LES NOMINATIONS DU CONSEIL DES MINISTRES DU 23 SEPTEMBRE 2020

    Monsieur Pierre FAYE, Conseiller des Affaires étrangères, matricule de solde n° 624.511/C, précédemment Ministre-Conseiller, Conseiller technique au Cabinet du Ministre des Affaires...

    COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU 23 SEPTEMBRE 2020

    COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU 23 SEPTEMBRE 2020 Le Président de la République, Son Excellence Monsieur Macky SALL,...

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles