More

    La justice donne raison à Air France face à ses pilotes

    Nouvel épisode dans le dossier Air France, avec une décision de justice, ce vendredi 16 octobre, qui ne concerne pas les violences de début octobre mais le dernier plan de restructuration de la compagnie aérienne, entériné en 2012. Air France reprochait à ses pilotes de ne pas l’avoir appliqué entièrement. Et la justice lui a donné raison. C’était en septembre 2012. La direction d’Air France et le SNPL, le principal syndicat des pilotes de la compagnie, parvenaient à un accord de restructuration. Intitulé Plan Transform 2015 Pilotes, il visait à améliorer la productivité de 20%.
    Mais voilà, trois ans plus tard, la direction de la compagnie reproche à ses pilotes de ne pas avoir appliqué les dernières mesures prévues par cet accord, alors que les autres catégories du personnel ont atteint leurs objectifs. Mais pour le SNPL, c’est la direction qui n’a pas honoré les contreparties promises en échange de ces efforts.

    La justice saisie

    La direction d’Air France a, dès lors, saisi la justice. Une action qui a poussé le syndicat des pilotes à pratiquer la politique de la chaise vide cet été, lors des négociations pour le nouveau plan de restructuration, le plan Perform 2020 cette fois. Ces dernières négociations ont donc, de fait, échoué et entraîné la mise en place d’un projet de suppression de près de 3 000 postes dans la compagnie, projet qui a provoqué les incidents de début octobre. Ce vendredi, le tribunal de grande instance de Bobigny a rendu sa décision dans le litige opposant la direction aux pilotes et donné raison à Air France. Le SNPL devra donc appliquer entièrement le premier plan de restructuration.

    A lire également  Pénurie de pommes de terre : l’Etat lève le gel des importations
    A lire également  Cote d'Ivoire: maintien du prix d'achat de cacao garanti aux producteurs

    Préférer les «efforts aux sacrifices»

    Dans un entretien au journal Le Monde ce vendredi 16 octobre, le PDG d’Air France-KLM, Alexandre de Juniac, a plaidé en faveur de négociations entre direction et syndicats afin d’éviter « les mesures les plus dures en 2017 » et en privilégiant « les efforts aux sacrifices ». « Si la négociation aboutit et qu’il reste des sureffectifs, alors nous mettrons en place des mesures de départs volontaires. Partout où la négociation sera réussie, il n’y aura pas de départs contraints », a-t-il également déclaré au Monde ajoutant qu’« il n’y a eu aucun départ contraint depuis 2012 ». « L’immobilisme n’est pas possible, c’est le déclin assuré », a-t-il encore estimé.

    Rfi.fr

    Articles récents

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles