More

    La Suède durcit les conditions d’admission des réfugiés

    RéfugiésLa Suède semble à bout. Après une année 2015 à demander le soutien des autres pays de l’Union européenne (UE), c’est au bord des larmes que la vice-Premier ministre Ecologiste, Åsa Romson, a annoncé les nouvelles règles concernant le droit d’asile. Parmi ces mesures, la fin du permis de séjour permanent, celui qui avait contribué à la réputation de la Suède, mais aussi des délais limités pour le droit au regroupement familial ou encore un contrôle renforcé aux frontières pour endiguer l’afflux.

    Situation « insoutenable»

    «La situation est insoutenable», a répété le Premier ministre social-démocrate Stefan Löfven pour qui il s’agit d’un revirement. Car si la Suède a encore accueilli 80 000 personnes ces deux derniers mois, elle voit aujourd’hui ses services de l’immigration complétement débordés et ne peut plus loger les nouveaux arrivants. Stefan Löfven a par ailleurs renouvelé ses critiques vis-à-vis des autres pays de l’UE qui ne prennent pas une responsabilité égale dans l’accueil des réfugiés. En ligne de mire notamment le Danemark à qui il demande de rétablir les contrôles aux frontières. Demande à laquelle le Premier ministre danois, Lars Rasmussen, se refuse toujours. Il craint en effet de voir le nombre de demandeurs d’asile augmenter irrémédiablement.

    A lire également  Report annoncé des locales 2019: sonko fait une grosse "révélation."

    Absence de coordination européenne

    «La Suède reste la pays qui accueille le plus de demandeurs d’asile dans l’Union européenne par rapport à sa population, davantage encore que l’Allemagne, explique François Gemenne, chercheur en sciences politiques à l’université de Liège, en Belgique. L’extrême droite suédoise devient de plus en plus violente, elle incendie des foyers de demandeurs d’asile». Pour cet universitaire, le gouvernement suédois a donc, d’une part, cédé devant l’extrême droite et, d’autre part, il a dû faire le constat « qu’un accord européen sur une meilleure répartition des demandeurs d’asile n’était pas d’actualité ». Cette décision montre pour François Gemenne que la situation est intenable pour l’Allemagne et la Suède, pays vers lesquels se tournent la plupart des demandeurs d’asile. Tous deux réclament un système de quotas « pour lequel il n’y aura manifestement pas d’accord au niveau européen et donc ils durcissent le ton».

    Rfi.fr

    Articles récents

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles