More

    La traque des biens supposés mal acquis s’embourbe après la condamnation de Karim Wade

    KarimPlébiscité le 25 mars 2012 avec plus de 65% des suffrages au second tour de l’élection présidentielle, le Président Macky Sall n’a pas mis de temps pour lancer la traque des biens supposés mal acquis. Une exigence populaire d’autant de Senghor à Wade en passant par Diouf, l’écrasante majorité des prévaricateurs de nos maigres ressources publiques ont toujours réussi à passer à travers les filets de Dame Justice. Pour corser la taque, le Chef de l’Etat ressuscite la Cour de répression de l’enrichissement illicite (Crei), une juridiction d’exception décriée par nombre de juristes. Une longue liste de personnes à poursuivre est brandie. Un gros mensonge d’autant que la seule et unique personne à abattre est le fils de l’ancien Président, Me Abdoulaye Wade, à qui on prête un patrimoine gargantuesque qui a finalement fondu comme beurre au soleil à l’issue du procès.

    Toutefois, Karim Wade condamné à six ans ferme, la Crei connait un surplace. Pis, cette juridiction tombe en panne avec le départ à la retraite de Cheikh Tidjane Mara, le remplaçant du très controversé Procureur spécial, Alioune Ndao, viré en pleine audience. Suffisant pour que ses souteneurs avancent que la résurrection de la Crei n’avait qu’une seule finalité : mettre hors circuit Karim Wade. A qui Macky Sall a offert ce que son père, tout puissant Chef de l’Etat, ne pouvait lui donner : La notoriété et des faits d’arme qu’il pourra brandir pour s’emparer du Parti démocratique sénégalais (Pds) à sa sortie de prison prévue le 17 Avril 2019. C’est-à-dire deux semaines après la prestation de serment du Président élu. Autant de faits qui confortent la thèse selon laquelle la Crei ne visait que Karim Wade. Une aberration dans un pays comme le nôtre qui se dit démocratique. Pis, au même moment, des personnalités qui étaient dans le viseur de Dame Justice sont subitement devenues des Saints que le Président n’hésite pas à mettre dans ses valises pour se rendre chez nos voisins guinéens. C’est cela la rupture dont le slogan, ‘’la patrie avant le parti’’, est aux antipodes de la réalité.

    A lire également  Collectivités locales : l’Intersyndicale s’apprête à décréter, ce jeudi, un mot d’ordre de 144 heures

    WWW.DAKAR7.COM

     

    Articles récents

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles