More

    L’ancien patron de l’Afd avertit : L’Afrique plongée de nouveau dans un processus d’endettement

    DetteDix ans après le mouvement des annulations des dettes des pays africains consentis par les pays développés, l’Afrique se trouve à nouveau dans un processus d’endettement. Le constat est de l’ancien patron de l’Agence française de développement (Afd) Dov Zerav. Selon ce dernier, depuis plus de dix-huit mois, l’Afrique est de nouveau engagée dans un engrenage d’endettement. Pourtant le dernier rapport de la Banque africaine de développement (Bad) laisse entrevoir que l’Afrique a enregistré en 2013 une croissance de 4%, supérieure de 1 point à celle du monde. Mieux, 2014 a connu une croissance proche de 5% et les projections établissent qu’elle devrait être de 5,7% en 2017.
    Des perspectives qui avaient même laissé croire à l’ancien patron de l’Afd que la croissance africaine ne pouvait plus être tributaire des prix des matières premières, qu’elle est même endogène, voire durable. D’autant plus que la baisse des prix des matières premières avait fait craindre à d’aucuns le pire, la rechute et le retour en arrière. C’est que, au cours des années 80, l’Afrique a connu une quinzaine d’années très difficiles marquée par la très forte baisse des prix de ces matières premières. Un mouvement qui n’avait pris fin qu’au début des années 2000. Seulement, c’est durant cette période des années 2000 que l’Afrique a été marquée par les Politiques d’ajustements structurels, d’austérité qui ont fortement marqué les ménages démunis, et qui étaient édictées par la Banque mondiale (Bm) et le Fonds monétaire international (Fmi). Une situation que personne pensait insoutenable pour l’Afrique.
    Effacement des dettes de l’Afrique
    Pourtant, c’est pendant ces années fortement marquées que l’Afrique a su faire preuve d’une formidable capacité de résilience grâce aux mécanismes de solidarité qui lui sont propres, à en croire M. Dov Zerav. Ensuite, ces Politiques d’ajustements structurels et d’austérité, accompagnées de l’annulation de ses dettes, ont permis à l’Afrique de rebondir. Au point d’être attractive aux yeux des pays développés, des économistes, des investisseurs et de tous ceux qui l’avaient rangée aux oubliettes, attirés par les dragons d’Asie. L’effacement des  »dettes a porté sur 40 Mds $ et pour 18 pays pauvres très endettés, ainsi que sur 15 Mds$ pour 20 autres pays ». Mais l’ancien patron de l’Afd note pour s’en inquiéter, que depuis plus de 18 mois, son mouvement de croissance ainsi que ses énormes besoins en infrastructures ont poussé l’Afrique à recourir de façon accrue à l’endettement pour financer des investissements pas toujours très productifs.
    Spécialiste chez Moody’s de la notation des dettes souveraines africaines, Matt Robinson insistait récemment sur l’évolution de la dette africaine passée « d’une dette bilatérale concessionnelle à une dette constituée de bons d’Etats émis sur le marché. » Ainsi, quotidiennement, sont annoncées des émissions publiques dont certaines dépassent le milliard de dollars. Selon l’Agence de notation Fitch, l’endettement africain représente 44% du Produit intérieur brut (Pib) contre 87,4% pour l’Europe. Mais le pourcentage était de 34% il y a cinq ans. Cette situation générale recouvre de fortes disparités entre les pays : Afrique du Sud, Egypte, Maroc, Nigéria et Soudan sont les plus endettés ; les moins endettés sont la Centrafrique, Djibouti, Guinée Bissau, Sao Tomé et Prince, et Swaziland.
    Quand des pays comme la Chine encouragent l’Afrique à s’endetter
    Cet emballement de leurs dettes, les pays africains le tiennent aussi de pays émergents, plus particulièrement la Chine qui leur consente de crédits commerciaux, afin de sécuriser leurs besoins en matières premières. Ces pays consentent à l’Afrique d’importants volumes de crédits commerciaux pour financer des constructions d’infrastructures assurées par leurs propres entreprises. Le problème est d’autant plus aigu que les besoins de financement de l’Afrique sont énormes, compte tenu des nombreux défis auxquels est confronté le continent.
    Explosion de la population urbaine en Afrique
    En effet, l’Afrique doit faire face à sa croissance démographique accompagnée de l’explosion de sa population urbaine. Or, l’accueil de cette population urbaine, dont la moyenne d’âge est de 25 ans, exige un effort continu dans le domaine des infrastructures. Ce qui est nécessaire pour son approvisionnement en nourritures, logements, électricité, transports, soins… Un défi d’autant plus considérable, qu’aujourd’hui déjà, le manque d’infrastructures amputerait la croissance en africaine de 2% en moyenne par an. S’y ajoute que l’Afrique plus que d’autres régions du monde devrait être la plus touchée par le changement climatique au cours ces prochaines années.
    Pour rappel, l’endettement à nouveau des pays africains avait poussé la Directrice générale du Fonds monétaire international (Fmi) à tirer la sonnette d’alarme, lors d’une conférence tenue à Maputo, en mai 2014. Elle s’inquiétait de l’endettement public africain situé à un niveau qui pourrait encore être beaucoup plus préoccupant. Surtout que la perspective de l’augmentation des taux américains ne rassure guère, car augmentant davantage le service de la dette.
    www.dakar7.com

    A lire également  Chavirement pirogue en Espagne : Six Sénégalais sont morts

    Articles récents

    PSG : Très bonne nouvelle pour Idrissa Gana Gueye

    Lors de la victoire du Paris Saint Germain (PSG) face à Nice 3-0, Idrissa Gana Gueye a été contraint de céder sa place à...

    LES NOMINATIONS DU CONSEIL DES MINISTRES DU 23 SEPTEMBRE 2020

    Monsieur Pierre FAYE, Conseiller des Affaires étrangères, matricule de solde n° 624.511/C, précédemment Ministre-Conseiller, Conseiller technique au Cabinet du Ministre des Affaires...

    COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU 23 SEPTEMBRE 2020

    COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU 23 SEPTEMBRE 2020 Le Président de la République, Son Excellence Monsieur Macky SALL,...

    FORMES SÉVÈRES DU CORONAVIRUS : UN NOUVEAU MÉDICAMENT À L’ÉTUDE AU SÉNÉGAL

    Aucun remède n’a, jusque-là, été trouvé contre le virus de la Covid-19. Pour autant, les scientifiques du monde entier se tuent à...

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles