Langues nationales à l’ école « Vaincre nos peurs « (Par Abdou Fall)


Le débat sur la politique linguistique en Afrique post coloniale se pose avec d autant
plus d ‘ acuité que nos pays sont encore confrontés aux défis de la construction
d’une école suffisamment performante pour développer les capacités de la
jeunesse et des forces actives du continent de vivre pleinement dans le temps de
la révolution scientifique et technique qui bat son plein à l échelle du monde .
Sous ce rapport , la question de la langue d enseignement dans nos écoles et la
place des métiers dans nos systèmes d éducation et de formation constituent des
sujets majeurs qu’on ne peut continuer d ‘occulter au risque de porter hypothèque
sur les chances de décollage réel de nos pays .
Or la particularité de l Afrique sur la question linguistique, c est que contrairement
aux colonies des autres continents , l’Asie en particulier, les peuples de ces nations
avaient déjà accès , avant la pénétration coloniale, au code écrit dans leur langue
maternelle .
Le pouvoir de l écriture leur a permis de garder intacts des référentiels religieux et
culturels bâtis depuis des millénaires leur conférant une capacité de résilience
certaine , d autant qu’elles ont été, à des étapes de l histoire de l humanité, à l
avant garde dans la production culturelle et scientifique.
En ce qui concerne l Afrique , c est principalement le Pr Cheikh Anta Diop , par
l’egyptologie , qui nous a renseigné sur la contribution essentielle des peuples noirs
dans la civilisation universelle.
Nos chercheurs qui ont poursuivi son oeuvre ont certes conforté ses thèses, mais
ils ne nous ont pas encore fourni les éclairages sur les périodes de ruptures et les
facteurs endogènes qui ont provoqué ce déclassement qui nous poursuit encore
avec cette situation d extrême vulnérabilité dans laquelle les nations et les peuples
du continent sont plongés depuis des siècles.
Non seulement nos territoires ont été conquis comme les autres il est vrai , mais au
surplus , et c est lâ que réside la différence, je ne dirai pas nos âmes comme
certains , mais nos modes de production culturelle n ont pu résister â la puissance de
feu et aux poids de l appareil idéologique des forces dominatrices.
En déménageant sur notre continent, elles n ont pas seulement occupe’ et
gouverne’ nos territoires, elles ont aussi lourdement investi dans le champ de la
culture dans le but d exercer le contrôle sur nos visions et nos modes de pensée
dans le cadre d une politique assumée d’asservissement culturel
Une résistance farouche s’est certes dressée tout au long de ces périodes de
domination mais les écarts dans les rapports de force étaient tels que presque
aucun pays du continent n a pu échapper durablement à la domination politique,
économique et culturelle de l occident.
Par la religion et les écoles qui l’ont accompagnée, les arabes comme les
occidentaux ont fait émerger une nouvelle élite qui s est émancipée socialement et
politiquement par l accès aux savoirs aux moyens d’une écriture et d une science
produites de l extérieur . Ils n’ont pas , en toute vraisemblance, trouvé sur place un
système suffisamment structuré de production, de collecte , de conservation et de
diffusion des savoirs et savoir-faire locaux consignés dans des documents produits dans nos langues .
A partir de là , Ils ont été plus l aise pour concevoir et mettre en place un nouveau
système social et politique encadré par des élites intellectuelles préparées par leurs
soins , pour la plupart dans l incapacité d échapper à leur influence .
J ai pensé que le préalable de camper le décor de ce contexte qui reste à être validé
par la recherche aiderait à mieux appréhender la question linguistique dans l ‘
environnement culturel de nos pays pour éclairer sur les obstacles psychologiques
voire les résistances à la promotion des langues nationales dans nos écoles et nos
administrations.
La vérité est que contrairement à la plupart des grandes nations anciennement
colonisés , l’ Afrique noire est du lot de celles qui ont manqué le rendez vous de
l’acces au code écrit.
Des écoles de pensées certes ont prospéré’ partout dans nos pays, mais elles n ‘ont
eu le bénéfice d’etre portées par une écriture propre à notre génie.
Sans sous-estimer le poids et la richesse de l oralité dans nos sociétés, tout en
saluant au contraire le génie auquel il a fallu recourir pour bâtir des protocoles
efficaces de perpétuation de notre mémoire collective, force est de reconnaître
que l’écriture reste nettement supérieure en ce qu’elle permet une conservation qui
en garantit l authenticité. En même temps elle offre une base solide sur laquelle la
société peut prendre appui pour fournir des efforts ininterrompus de recherche et d
approfondissement dans les différents domaines du savoir .
C est pourquoi il peut être permis de penser que si la Chine et l’ Inde ont pu rebondir
plus rapidement que l’Afrique dans leurs efforts d émancipation par l accès , entre
autres, â la science et la technique, il est possible de l expliquer par l existence d un
important stock de connaissances et de savoir faire consignés depuis des
millénaires dans leur patrimoine culturel national .
A l exception de certains pays comme l Éthiopie et l expérience du swahili dans
d’autres régions du continent , les langues africaines écrites n ont pas eu
significativement droit de cité dans notre patrimoine culturel commun .
Certes dans la ferveur des combats nationalistes de l époque coloniale et post
coloniale, des options volontaristes en faveur d une véritable révolution culturelle
dans nos écoles n ont pas manqué ; mais force est de reconnaître que les
résultats n ont pas été probants en terme de capacité de refondation du système
légué par la colonisation , notamment sur le plan linguistique.
Relever le défi linguistique en jetant les bases d une nouvelle école , democratique
et de qualité , se pose en Afrique post coloniale dans des termes connus nulle part
ailleurs .
Le principal obstacle à surmonter, c est qu il faut réaliser cette rupture à partir de
langues nationales qui n ont pas fait historiquement leurs preuves dans le champ
de l écrit . Nos élites constituées ont acquis les savoirs qui leur ont confère’ du
pouvoir dans l état et la société à partir d’écoles étrangères certes , mais qui ont
joué un rôle éminemment révolutionnaire dans le processus de construction d un
nouvel ordre social libère’ de certaines formes d archaïsme pour céder la place à un
autre ordre , plus démocratique fondé sur d autres critères , parmi lesquels la
compétences et de mérite.
Je reste convaincu que si on ne s’astreint pas à cet effort de compréhension du
contexte socio culturel du débat sur la place de nos langues dans la gouvernance
politique et intellectuelle de nos pays , on court le risque de rester dans un
immobilisme handicapant dont l école et les nations africaines n ont que trop
souffert .

Car il est difficile d envisager le développement
d ‘un pays sans la mobilisation de toutes ses ressources humaines quand on sait que
 » l homme est le capital le plus précieux  » d une nation .
L école dans ses différentes fonctions a un rôle capital à jouer dans la préparation de
la jeunesse et des citoyens à la maîtrise des outils de transformation de notre
économie et de notre société . Or il est vrai que les langues maternelles , tout en
étant de puissants leviers de démocratie sociale , offrent les plus solides garanties
de rendements scolaires dans les activités langagières et mathématiques .
Toutes les expériences réalisées depuis les indépendances dans le système scolaire
senegalais ont établi la qualité des résultats des élèves ayant effectué leur formation
de base dans leurs langues premières , quelle que soit par ailleurs la langue d
acquisition .
Il est par ailleurs tout autant établi que les mêmes performances sont réalisées dans
l apprentissage de la langue française, dés lors que les mécanismes de
fonctionnement d une langue parlée et écrite ont été acquis â partir de la langue
propre de l enfant .
Loin de nous toute idée d une éducation de base par nos langues dans le but d en
faire des supports de facilitation de l’enseignement du français.
Nous pensons depuis longtemps qu il faut se garder d’opposer, sur une base
politique et idéologique, les langues africaines aux langues étrangères.
Autant cette posture était parfaitement compréhensible dans le contexte de l
affirmation identitaire de l époque coloniale et post coloniale, autant avec tous les
progrès de la recherche sur ces sujets et l évolution actuelle du monde , ce débat ne
peut continuer d être posé dans les mêmes termes .
L arabe et le français sont objectivement devenus des éléments de notre patrimoine
culturel et linguistique. Ces langues se sont tellement confondues avec l histoire de
nos élites et de nos sociétés qu’ elles sont , quelque part, marqueurs de notre
identité.
Sous ce rapport, le multilinguisme est la voie royale pour mettre â contribution l
ensemble de notre patrimoine linguistique national afin de réussir le pari de capture
de notre dividende démographique.
Par les langues nationales â l école et l alphabétisation fonctionnelle et de masse
dans le système éducatif non formel , nous pouvons nous donner les moyens d
effets de leviers d envergure pour mobiliser notre énorme potentiel de
connaissances et d ingénierie au service du développement de nos nations .
L on n insistera jamais assez sur la nécessité de garder à l esprit la contrainte du
sentiment d aventure qui peut nous habiter en toute bonne foi du fait de l inexistence
d expériences premieres testées et évaluées à partir d une mise à l
échelle effective .
Les seules expériences connues de cet ordre, vérifiées comme moyens d accès
aux sommets des savoirs sur les plans religieux et scientifique ,ont été réalisées à
partir de l arabe et du français.
Il faut avouer que dans ces conditions, les peurs ne peuvent être absentes ; d autant
que les exemples de réformes volontaristes vécues en Afrique francophone, celle
de la République populaire de Guinée avec le Président Sékou Touré et celle de l île
de Madagascar avec le Président Didier Ratsiraka n ont pas été concluantes du fait
du poids des pesanteurs idéologiques qui ont prévalu sur les soucis d adhésion
populaire et de la nécessaire préparation qui sied sur ces questions au double plan
scientifique et pédagogique .
Un pays comme le Vietnam a mis en avant les exigences de consensus au point d’abandonner les signes de leur alphabet traditionnel pour les adapter aux caractères
latins connus dans les périodes où ce pays était sous domination étrangère .
C est dire que même dans l exemple de pays qui avaient accès à l écriture depuis
des millénaires, les dérèglements de la période coloniale ont rendu la tâche ardue
aux politiques et aux chercheurs sur les sujets linguistiques, à plus forte raison des
pays comme les nôtres où la colonisation européenne n a trouvé sur place aucune
langue nationale codifiée . Ils n’y ont rencontré ‘ que l arabe , elle même langue
étrangère , mais tirant sa legitimite du statut privilégié de langue de la religion
majoritaire au Senegal . Et même là , il faut savoir que son usage populaire est plus
mémorisé qu’il n est écrit sinon par des érudits qui ont su , avec génie , l’ adapter à
notre contexte socio culturel pour en faciliter la diffusion.
Il convient de souligner que nous sommes lâ sur un sujet difficile qu il y a lieu d
aborder avec la plus grande sérénité si tant il est vrai que nous ne sommes animés
que par un souci de résultats.
Nous devons d abord convaincre que nos langues maternelles sont traitées avec une
égale dignité et que leur aptitude est prouvée sur le plan scientifique à fournir les
mêmes résultats en terme de connaissances que le français au stade des
apprentissages de base.
On n est pas par ailleurs dans une logique de compétition encore moins d opposition
à la langue française, mais plutôt dans une démarche d inclusion où, dans le cadre d
un bilinguisme savamment planifie’, il est organisé à l échelle des communautés,un
couplage langue nationale/ français dans une pédagogie où chaque
langue s’enrichit du génie de l autre. Le seul but visé est d améliorer les rendements
du système scolaire qui se mesure avant tout â partir des performances de nos
élèves dans la maîtrise de leur langue d apprentissage, ce qui est le préalable des
réussites en mathématiques et les sciences en général, domaines dans lesquels
notre pays accuse des retards évidents .
L étape de l éducation de base est fondamentale dans la construction du socle d un
système éducatif de qualité en terme de rendements internes et externes .
Ii est par conséquent indispensable que ce tournant soit abordé dans une approche
suffisamment ouverte et inclusive pour emporter les décisions politiques au niveau
le plus élevé de l état.
Ce thème aurait bien sa place dans les délibérations du dialogue national dans la
perspective de la refondation et de la gouvernance rénovée de notre système
éducatif .
Abdou Fall
Mediateur pédagogique
Ancien Ministre

Commentaires

commentaires