L’Aps assiégé par des nervis

Depuis ce matin, aucun article ne passe sur le site de l’ agence de presse sénégalaise. Toutes les activités du site sont paralysés. Les voitures de reportage ont été bloquées Syndicat, direction, techniciens, journalistes, sont tous devant les locaux de la Maison de la presse pour manifeste. A origine   la présence de nervis à leur service. Pour le moment on n’est pas encore édifié sur la provenance de ces personnes étrangères.
Toutefois la direction a fait appel à la gendarmerie de Thiong pour constater les faits. Et les cinq individus en question viennent d être transférés à la gendarmerie pour audition. Affaire à suivre…

                                                                    

Depuis ce matin, aucun article ne passe sur le site de l’ agence de presse sénégalaise. Toutes les activités du site sont paralysés. Les voitures de reportage ont été bloquées Syndicat, direction, techniciens, journalistes, sont tous devant les locaux de la Maison de la presse pour manifeste. A origine   la présence de nervis à leur service. Pour le moment on n’est pas encore édifié sur la provenance de ces personnes étrangères.
Toutefois la direction a fait appel à la gendarmerie de Thiong pour constater les faits. Et les cinq individus en question viennent d être transférés à la gendarmerie pour audition. Affaire à suivre…

                                                                    

Depuis ce matin, aucun article ne passe sur le site de l’ agence de presse sénégalaise. Toutes les activités du site sont paralysés. Les voitures de reportage ont été bloquées Syndicat, direction, techniciens, journalistes, sont tous devant les locaux de la Maison de la presse pour manifeste. A origine   la présence de nervis à leur service. Pour le moment on n’est pas encore édifié sur la provenance de ces personnes étrangères.
Toutefois la direction a fait appel à la gendarmerie de Thiong pour constater les faits. Et les cinq individus en question viennent d être transférés à la gendarmerie pour audition. Affaire à suivre…

                                                                    

Commentaires

commentaires