Le cri de détresse des victimes de la Cité Tobaggo

TobaggoDeux mois après que les bulldozers ont démoli près de quatre-cent deux (402) maisons – dont la majorité était à l’étape des finitions – à la Cité Tobaggo, les victimes ne savent plus où donner de la tête. Et certains n’ont pas hésité à se confier à Dakar7.com pour implorer la clémence des autorités avec à leur tête le Président Macky Sall. «C’est l’économie de tout une vie qui a été réduit en poussière en une matinée. Certes, ceux qui ont vendu les terres ont fauté, mais les services de l’Etat ont laissé les habitations pousser comme des champignons. Donc, les responsabilités sont partagées», narre une victime. Avant d’ajouter : «J’étais dans les finitions et je devais aménager au plus tard en fin juillet. De ce fait, toutes mes prévisions étaient faites sur l’argent de ma location. Avec la tabaski qui approche, je ne pense même pas au mouton parce que je n’en ai pas les moyens. Donc, nous demandons au Président Macky Sall de se pencher personnellement sur notre sort car, des familles sont en train d’être disloquées».

Dans la même lancée, une victime, qui avait déjà écrit une lettre posthume, après avoir pris la décision de se suicider, remercie de prime abord le bon Dieu qui l’a inspiré à ne pas passer à l’acte. «N’empêche que la démolition de ma maison m’a traumatisé à jamais. Il ne se passe plus une seule nuit sans que je revoie le film de la démolition. Pis, même au plan professionnel, cela a des séquelles car mon rendement a baissé de moitié. Mais, je demeure convaincu que le chef de l’Etat, qui fut locataire, comprend le souhait de tout père de famille d’acquérir une maison pour sécuriser sa famille. Ce qui me fonde à croire qu’il diligentera ce dossier et que les victimes que nous sommes auront gain de cause», conclut-il.

Commentaires

commentaires