More

    Le dialogue : Une tradition démocratique du Sénégal (Par Pape Mahawa Diouf)

    Pape MahawaIncontestablement, l’exercice auquel s’est prêté le Président SALL ce 28 mai fût inédit tant dans son esprit que dans son procédé médiatisé.  En rassemblant pendant huit tours d’horloge les forces vives de la nation, alors qu’aucune crise ne l’y obligeait,  il a réaffirmé plus que jamais cette singularité de notre pays d’être une des démocraties modèles d’Afrique voire du monde. Il est admis que le Sénégal est une démocratie pour avoir réussi consécutivement deux alternances au sommet de l’Etat à travers des élections transparentes et relativement apaisées.Toutefois, les élections libres ne suffisent pas toujours pour instaurer la démocratie comme culture. Autrement, les démocraties pourraient parfois ressembler en une dictature provisoire d’une majorité sur une ou une minorité. En démocratie le dialogue est l’instrument idéal pour résoudre les problèmes. Lui seul permet de prendre des décisions acceptables pour tous. Elle consacre une place réservée au dialogue et à la recherche de solutions permettant de rapprocher les points de vue divergents. Notre pays qui a entrepris très tôt la  libéralisation de sa vie politique, fait office de pionnier en Afrique. D’abord, le multipartisme, ensuite une presse d’opinion, et enfin, des mouvements syndicaux forts ainsi qu’une une société civile bien ancrée. Dès lors, comment ne pas penser à l’œuvre colossale du président fondateur Léopold Sédar Senghor ? Il avait fait du dialogue au-delà d’une philosophie humaniste africaine, un mode de gouvernance, la base de notre nation forte.

    Pour assumer son sacerdoce historique de fonder une communauté de citoyens uni dans le même destin, le Poète président usera de dialogue qu’il appela alors le « DISSO ». L’esprit de dialogue lui vaudra la confiance des populations pourtant majoritairement musulmanes, il se fera toujours élire contre des adversaires eux-mêmes musulmans. Partisan fervent du dialogue religieux, il fera de la Laïcité un des principes de base de la nouvelle république, et du  Dialogue sa méthode. Depuis, le Sénégal conserve jalousement la culture de dialogue comme son modèle de  « contrat social ». Le successeur de Senghor ne fera pas moins dans la consolidation de la démocratie et le renforcement du dialogue politique. Il met en place un Gouvernement élargi à l’opposition. Mieux il accepta toutes les conditions institutionnelles demandées par son opposition qui vont permettre à sa défaite électorale le 19 mars 2000.

    Léopold Sédar Senghor a laissé derrière lui un pays stable et un projet démocratique encadré qui a permis l’éclosion d’une société civile insoumise et insolente ainsi qu’une solide administration déterminée à instaurer une culture civique et citoyenne. Toutefois, l’extraordinaire popularité du Sénégal sur la scène internationale et sa grande stabilité politique cachait mal  l’état de son économie en désuétude et la paupérisation des masses rurales contraintes à l’exode vers les villes. Le président WADE à son tour va constitutionnaliser la liberté de la presse et élargir les libertés en général. En outre, il va mettre en place une politique ambitieuse de développement des infrastructures à travers le pays, et c’est une religion chez lui : point de développent sans infrastructures.

    A l’international, il a véritablement décomplexé les rapports entre l’Afrique et ses partenaires traditionnels occidentaux ouvrant ainsi la page de la diversification des partenaires internationaux et des investissements directs étrangers.  Il marque l’Afrique entière par son activité intense autour du plan OMEGA qui finit par faire voire le jour au NEPAD, grand moment d’espérance continentale. Toutefois, son bilan est moins élogieux sur le plan du dialogue, il divise le tissu identitaire du pays, torture la laïcité « senghorienne », malmène à plusieurs occasions la cohésion et les repères traditionnels du dialogue national. Ces relations avec la presse nationale comme avec l’opposition seront heurtées jusqu’à sa sortie en mars 2012. Voilà pourquoi, par cette lumineuse initiative le Président SALL perpétue une tradition bien de chez nous qui consiste à parler des problèmes qui concernent tout le monde.

    A lire également  Expropriation foncière à Rufisque: un promoteur et des fonctionnaires pointés du doigt

    MACKY SALL L’HOMME DE SYNTHESE

    Issu de l’école Républicaine bâtie par Senghor,  Macky SALL incarne parfaitement cette  aspiration de notre peuple à vivre  dans une démocratie inclusive, participative et apaisée. Dans son mode de gouvernance il a organisé des consultations dans tous les domaines majeurs qui engagent notre pays. Concertation sur l’enseignement supérieur, assise de l’éducation nationale, Forum national de l’administration, etc.  Quant à la  CNRI qui a inspiré le projet de révision constitutionnel soumis à référendum, elle a travaillé avec toutes les forces vives du pays y compris les partis politiques avant de formuler des recommandations. Au demeurant, le débat sur le Dialogue ne doit pas occulter l’action du Pr SALL à mi-parcours sur les infrastructures et ses résultats au plan économique où il se révèle être un véritable pionnier transformateur.

    En quatre années, les statistiques du Président SALL affolent tous les compteurs, et les observateurs internationaux avec un taux de croissance du PIB  qui est passé en quatre ans, de 01.7 à 6.6%. Symbole de cette dynamique ; l’Agriculture qui voit notre pays atteindre des productions jamais égalé de puis l’indépendance ; et la formation sous nos yeux d’une ville moderne qui va transformer le visage de notre pays : Diamniadio. Il engage les autoroutes de Diamniadio-AIBD-MBOUR, et AIBD-THIES-ILA TOUBA avec en pierre angulaire le nouveau pôle urbain de Diamniadio qui compose en soit plusieurs grands projet (CICAD, Stade ARENA, la Gare des gros porteurs, Cité des savoirs, etc.…).  Mieux il engage le retour du rail dans la cartographie des voies de communication territoriales de notre pays. Le chantier du train express régional (TER) électrique, première liaison ferroviaire électrique rapide d’Afrique subsaharienne est lancé pour une mise en circulation dès 2019. Il desservira 14 stations depuis Dakar jusqu’à l’AIBD pour un trajet de 57 km en quarante-cinq minutes, et un trafic passagers estimé à 115 000 voyageurs par jour.

    A lire également  Egypte: un avion de ligne russe s’écrase dans le Sinaï avec 212 personnes à bord

    Le monde rural n’est pas en reste. Lancé en juillet 2015, pour « construire ou réhabiliter 3.050 kilomètres de pistes rurales, 250 forages et châteaux d’eau pour 1.016 villages, et électrifier 325 villages », le PUDC mettra également « cinq mille équipements ruraux » (des décortiqueuses, des batteuses, etc.) à la disposition du monde rural. Il devra raccorder 92 villages au réseau électrique et construire « 100 structures de santé (cases de santé, dispensaires, postes de santé, centres de santé), créer 400 petites entreprises rurales (moulins, cordonnerie, ateliers électriques, etc.), électrifier au moins 155 établissements scolaires et 500 boutiques ». Sans oublier sur le plan social les innovations qui se révèlent être de vrais succès : la Carte d’égalité des chances, la Bourse de sécurité familiale et Couverture maladie Universelle (CMU). A mi parcours le Président SALL dirige une coalition stable. Une coalition qui reste sur une dynamique de victoire et qui est majoritaire. De plus, Benno Bokk Yakaar dispose de  d’une longévité exceptionnelle dans notre histoire démocratique. Véritablement ce pays n’est pas bloqué !

    Et c’est fort de ces résultats salués par toutes les institutions  internationales et du plébiscite de nos compatriotes lors de la consultation référendaire,  que le Président SALL a choisi de s’inscrire dans la tradition sénégalaise de l’ouverture et du dialogue. Homme qui s’est bâti dans la roche et la tectonique des plaques politiques, le Président SALL a démontré une capacité d’écoute et une ouverture d’esprit à la hauteur de l’aspiration démocratique de nos compatriotes. On est bien loin d’une autre culture du dialogue teintée de compromission que nous avons connue par le passé de la part de Monsieur SECK. Celle là sombre et tortueuse teintée d’affaire de gros sous, autour d’un protocole, d’un livre entre « lui l’autre », et des « cd1 et cd2 » dont on attend toujours la suite.

    Papa Mahawa DIOUF

    Alliance pour la République (Apr)

    mahawdiouf@yahoo.fr

     

     

    Articles récents

    L’ÉTAT DU SÉNÉGAL ASSIGNÉ EN JUSTICE

    Le Sénégal encourt la condamnation aux Etats Unis. Selon l’Obs qui cite Inner City Press, un média spécialisé dans la couverture des...

    OFNAC : 20 RAPPORTS REMIS AU PROCUREUR DE LA RÉPUBLIQUE

    Invitée de l’émission Objection (Sud Fm), la présidente de l’Office national de lutte contre la corruption Seynabou Ndiaye Diakhaté a révélé que...

    URGENT : Décès de Idrissa Diallo maire de la commune de Dalifort.

    C'est une triste nouvelle qui vient de s'abattre sur la coalition Taxawu Sénégal de Khalifa Ababacar Sall. En effet l'un de ses...

    LA NOMINATION DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 02 Décembre 2020

    Monsieur Abdoulaye DIASSE, titulaire d’un DESS en Finance et d’un Master en Banque, est nommé Secrétaire général du Fonds de Garantie des...

    COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 02 Décembre 2020

    COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 02 Décembre 2020  Le Président de la République, Son Excellence Macky SALL,...

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles