More

    Le double standard des États-Unis : quand est-ce que les coups de feu doivent être tirés ?

    Depuis le mouvement Occupy Central de 2014, la réputation de la police de Hong Kong est passée d' »un modèle pour l’Asie » à « une police anti-émeute », alors que l’ombre de la brutalité policière plane sur les 30 000 policiers.

    Certains médias libéraux et politiciens occidentaux ont été les premiers à accuser la police de Hong Kong de brutalité. Mais aujourd’hui, il semble que leur soutien aux manifestants violents à Hong Kong se soit retourné contre eux, car la même question de brutalité policière aux États-Unis, ainsi que le racisme, a déclenché une nouvelle série de manifestations à travers l’Amérique.

    Le meurtre de George Floyd par la police, un homme noir non armé, à Minneapolis, a déclenché des manifestations à l’échelle nationale. L’officier blanc a ensuite été limogé et accusé de meurtre et d’homicide involontaire, mais cela n’a pas calmé l’indignation nationale.

    Après de telles émeutes, la première réponse du président américain Donald Trump a été d’appeler les manifestants « voyous » et de dire que « lorsque les pillages commencent, les fusillades commencent. »

    Les commentaires de Trump rappellent le passé non glorieux de l’Amérique. De 2013 à 2019, au moins 1 100 personnes ont été tuées par la police chaque année, 36 hommes noirs non armés ont été tués par balle en 2015.

    « La revue Science a, après avoir fait des recherches, publié une statistique qui montre qu’un homme noir sur 1 000 risque de se faire tuer par la police au cours de sa vie. C’est un chiffre assez incroyable. Les États-Unis, en tant que démocratie, se place devant les autres démocraties du monde, et de loin, pour ce qui est des abus de la police » a déclaré Douglas Ingraham, avocat des droits civiques aux États-Unis.

    L’utilisation de la force par la police a toujours été un point de discorde. Dans toute société, le travail principal de la police est de maintenir la stabilité. L’utilisation de la force est parfois nécessaire. Mais ce qui est sans aucun doute injuste, c’est que certains médias occidentaux et politiciens ferment les yeux sur la manière inappropriée dont la police américaine a géré la violence, tout en ne manquant aucune opportunité de critiquer la police de Hong Kong.

    « Pour ce qui est de la police, nous avons été injustement traités, si on peut le dire simplement. Nous sommes habitués aux critiques et nous les prenons de manière constructive. Mais lorsque les accusations et les allégations ne sont fondées sur rien et sont fabriquées, cela nous fait mal », a déclaré Kowk Yam-shu, commissaire adjoint de la police à Hong Kong.

    Et n’oubliez pas que les manifestants violents à Hong Kong, en particulier vers la fin, étaient entièrement équipés avec des armes dont des arcs, des flèches et des cocktails Molotov. Le 18 novembre dernier, l’Université polytechnique de Hong Kong a été transformée en champ de bataille par les émeutiers. 3 989 cocktails Molotov et 1 339 explosifs ont été retrouvés à l’université.

    A lire également  Guerre au Yémen : la vente d’armes à l’Arabie saoudite par Paris dénoncée

    Pendant le chaos, un policier a été blessé au mollet par une flèche et un autre a été touché au nez par du plomb.

    S’agit-il d’une « manifestation pacifique » « réprimée » par la police de Hong Kong ?

    Moins d’un mois après le début des manifestations à Hong Kong, Amnesty International avait déjà « vérifié » « l’usage non nécessaire et excessif de la force par la police ». Et lorsque les manifestants ont défilé à la Maison Blanche, Trump a immédiatement menacé d’utiliser « les chiens féroces et les armes les plus menaçantes » pour les repousser. Les troubles ont continué pendant un an à Hong Kong, et les médias occidentaux tels que CNN, la BBC et le New York Times ont été peu disposés à reconnaître la violence parmi les manifestants, même après qu’un homme a été immolé par le feu. Cependant, cette fois-ci, combien de temps a-t-il fallu pour qu’ils nomment les manifestants « les émeutiers » afin de justifier les actions de la police ?

    A lire également  Niger : les enfants contaminés au fluor indemnisés 20 ans après

    Le sénateur Tom Cotton, qui a toujours joué un rôle de premier plan dans le mouvement anti-Chine, a appelé à une action ferme contre « l’anarchie, les émeutes et le pillage » en Amérique. Dans une interview accordée à Fox News, il a menacé d’utiliser la « 110e Division aéroportée » contre les « anarchistes ».

    Mais l’année dernière, il a fait l’éloge des émeutiers au PolyU en disant que c’étaient des « individus courageux », et que « la violence policière contre les manifestants à Hong Kong était inacceptable ». Mais les policiers ne font-ils pas le même travail pour protéger les citoyens locaux ?

    Si « la liberté et la démocratie » peuvent justifier la violence, comment se fait-il que « l’antiracisme » ait perdu de son charme ? Est-ce que ce ne sont pas toutes des valeurs importantes longtemps promues par les États-Unis ?

    Ou se pourrait-il que le double standard soit une manifestation de l’hypocrisie de l’Amérique ? Ils se voileraient la face et politiseraient chaque question concernant la Chine. Par conséquent, le maintien de la stabilité à Hong Kong est considéré comme une répression, et aux États-Unis celui-ci est entièrement justifié.

    Dans ce cas, l’administration Trump n’a pas tort en appelant au rétablissement de la paix et de la stabilité. Mais quand on fait référence à Hong Kong, son geste est considéré comme ridicule. Cela montre comment Washington est en équilibre instable pour ce qui est sa supériorité morale auto-proclamée conçue pour un théâtre de l’absurde. 

    Articles récents

    Air Sénégal : Reprise timide des vols internationaux

    La compagnie aérienne Air Sénégal annonce la reprise de ses vols internationaux après plusieurs mois d'arrêt en raison de la pandémie de...

    Covid-19: Un vaccin efficace à 95% annoncé

    La société pharmaceutique Moderna annonce que son candidat vaccin contre la Covid-19 est à 94,5% efficace pour réduire le risque de contracter...

    TOUBA – 4 CENTRES COMMERCIAUX DU MARCHÉ OCASS RÉDUITS EN CENDRES

    C’est la catastrophe au marché Ocass de Touba. Pour cause, un incendie d’une rare violence s’y est déclaré vers une heure du...

    LA RÉACTION D’ABDOULAYE WADE À L’ANNONCE DE SON DÉCÈS PAR RFI

    La nouvelle a rapidement fait le tour du web. Victime d’un bug lié à la migration de son site vers un autre...

    Abdoulaye Diouf Sarr : « Le Sénégal fera partie des pays qui auront le vaccin contre la covid-19 »

    La recherche du vaccin contre le covid-19 se poursuit à l’échelle internationale. Une fois découvert, le Sénégal se positionne pour faire bénéficier...

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles