Le ’’journal rappé’’ expliqué par xuman

 Le « journal rappé’’, un style mêlant satire, humour et critique, peut être un véhicule d’information adapté aux jeunes et à leur ’’façon de parler’’, estime le rappeur Matar Fall dit Xuman, un de ses promoteurs au Sénégal.
« La révolution technologique a fait que nous recevons un flot d’information. Et dans une situation pareille, nous avons du mal à faire un tri pour mieux digérer l’information », a soutenu le « journalartiste », mercredi à Dakar, au cours d’un panel organisé par la Ford Fondation.
Cette rencontre a été organisée en partenariat avec le Centre d’études des sciences et techniques de l’information (CESTI) et l’ONG Enda-Lead-Afrique francophone, une initiative visant une plus grande participation des jeunes au suivi et à la gestion efficace des affaires publiques au Sénégal.
Selon Xuman, le journal rappé peut jouer un ’’rôle de catalyseur de l’information » et compte parmi les initiatives pouvant véhiculer des messages de sensibilisation à la jeunesse, « mais tout dans le respect. »
« A chaque fois que nous citons un nom, nous évitons de faire des accusations gratitudes », a-t-il dit, précisant que le ’’journal rappé’’ se base sur des ’’faits réels pour ensuite formuler des critiques’’ à travers des commentaires sur l’actualité.
Le « journalartiste » s’est réjoui de l’innovation représentée par le ’’journal rappé’’, un style lancé en 2013 au Sénégal et qui s’est depuis propagé dans « plus de dix pays africains’’ selon Xuman qui rappelle que le rap sénégalais jusque-là « ne faisait que copier’’ le modèle américain depuis la fin des années 1980.
Source: Aps

Commentaires

commentaires