More

    Le journaliste Adama Gaye, craint pour sa sécurité…

    En déplacement à l’étranger,  le journaliste Adama Gaye va de nouveau revenir au bercail dans les prochaines heures. Dans une publication dans sa page facebook parcouru par Dakar7, il montre sa préoccupation pour sa sécurité après ses révélations sur l’affaire pétro-tim. Il craint pour sa vie  et tient à mettre en garde le régime de Macky Sall contre toute atteinte qui pourrait viser sa personne. Il dit alerter les médias nationaux et internationaux (Libres). « J’informe les organisations de défense des droits de l’homme, du Sénégal et du reste du monde. Je vous informe, vous, mes précieux amis et partenaires de Facebook, en sachant que vous serez nombreux dans ce combat qui est le nôtre.

    A la Justice sénégalaise, je me tiens disposé à donner ce que je sais. Aux forces de défense et sécurité, je leur demande de se mettre du côté du peuple, de l’intérêt Général », écrit le journaliste, spécialiste des questions pétrolières, également engagé pour la transparence dans la gestion des ressources naturelles du pays, notamment sur l’affaire Petro-Tim, un scandale pétrolier impliquant Aliou Sall, frère cadet du Président Macky Sall. « Si je parle, tu tombes, un point, un trait », avait-il écrit, récemment, dans un post adressé au Président Macky Sall avant d’ajouter : « Ceux qui parlent ne savent pas (…). Je ne suis ni Abdoul Mbaye, ni Sonko, moi je sais ».

    A lire également  Sénégal : 20 milliards de FCFA pour moderniser la ville de Ziguinchor

    Adama Gaye, qui dit faire l’objet de menaces, confie également avoir reçu un coup de fil « incongru d’un Commissaire Amadou Tall ». « Le temps des brimades est REVOLU », minimise-t-il. Désirant anticiper sur d’éventuelles accusations qui pourraient viser sa personne et destinées à le faire arrêter, une fois à Dakar, le journaliste avertit encore : « J’enregistre un bagage sur le vol de la RAM. Cela fait près de 40 ans que je voyage dans le monde entier sans être mouillé dans quelque scandale que ce soit. Si à Dakar des ripoux mettent drogue ou n’importe quoi dans mes affaires, ça ne me concerne pas. La police et la douane françaises auront vu mes bagages pendant mon transit venant de Londres. Je suis obligé de prendre date ».

    Articles récents

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles