Le maudit poste.(Par Badou, le Mediateur)

L’unique problème du Sénégal, c’est le poste de Président de la République.
Le contenu de ce poste doit changer. Depuis le premier Président jusqu’au dernier présentement, ce poste est le point de départ de notre sous – développement. Du déséquilibre des institutions. De la déperdition des valeurs morales de notre Nation. De la disparition de la compétition qui est la base de la sélection qui met le Sénégalais qu’il faut à la place qu’il mérite. De la mal – gouvernance. Bref ! La cause de tous nos malheurs.

Le Président Senghor au sortir de la crise de 1962, renforce son propre pouvoir au détriment de l’Assemblée Nationale.
Abdou Diouf arrive et avec ses pouvoirs démantèle l’industrie et une partie de l’Administration sous les injonctions du FMI et de la BM pour juste conserver son pouvoir. C’est une constitution taillée pour ce poste qui le lui permet.
Abdoulaye Wade dit qu’il peut même nommer son chauffeur ambassadeur et faire un projet qui engloutit des centaines de milliards et dire  »Que ça coûte mille milliards et après? ». Il a raison, c’est la constitution qui le lui permet.
Macky Sall arrive et dilapide nos ressources tout en mettant en mal l’intégrité de la Nation. Tout ça est possible parce qu’une constitution le lui permet.

Pour des Institutions solides, comme pour tout ce qui se construit durablement, il faut des fondations ou des fondements profondément ancrés, des briques solides comme le roc, des liants ultra résistants et qui puissent résister à l’usure du temps et aux agressions des ambitions. Il faudrait construire des forteresses qui prendraient une vie entière à tout individu qui tenterait simplement d’en défaire un seul pan.
Les grandes démocraties sont construites de cette manière, les hommes et les contextes changent mais pas l’encadrement institutionnel. Le bénéfice de solides institutions, c’est qu’il permet d’aller à l’essentiel si on veut arriver à quelque chose, du citoyen qui veut bâtir sa carrière à l’homme politique qui ambitionne le sacre suprême. Les chemins sont balisés pour les plans de carrière, de l’artisan à l’universitaire en passant par ceux qui veulent nous diriger. Toutes les ambitions doivent être encadrées, cadrées et les outils d’accès à la disposition de Tous.

Le problème du Sénégal est et reste la constitution qui donne tous ces pouvoirs à un homme qui a tout notre destin en mains. Une constitution que chaque Président change pour ses intérêts propres.
Quiconque veut un changement fondamental pour ce pays doit lutter contre la constitution qui fait de ce poste un outil légal maudit de domination d’un peuple.

Comments are closed.