Le Musée des civilisations noires: l’entrée gratuite jusqu’au 1er février prochain

Le Musée des civilisations noires (MCN) de Dakar, ouvert gratuitement au public mercredi après-midi, a accueilli « plus de 512 visiteurs » en l’espace de deux heures, a constaté l’APS.

Des Sénégalais pour la plupart, mais aussi des visiteurs d’autres nationalités africaines et même des Occidentaux ont pris d’assaut l’espace dès son ouverture à 16 heures.

« Le public est là, nous avons enregistré par nos compteurs attachés à nos portiques de sécurité en l’espace de deux heures plus de 512 personnes », a rapporté à des journalistes le ministre de la Culture Abdou Latifa Coulibaly.

Avec cette ouverture, le public pourra ainsi visiter l’exposition inaugurale de 1300 pièces intitulée « Civilisations africaines : création continue de l’humanité ».

Ceux qui ont déjà visité l’exposition dont l’entrée est gratuite jusqu’au 1er février prochain, ont pour la plupart jugé le contenu « formidable et intéressant ».

Amadou Ndao par exemple, trouvé dans la salle dédiée aux « Appropriations africaines des religions abrahamiques », a profité de cette période de gratuité pour visiter le Musée des civilisations noires qui dit-il « est magnifique ».

E Hadji Ndiogou Mbaye, autre visiteur de nationalité sénégalaise, remercie lui les trois présidents sénégalais qui ont contribué à la réalisation de ce musée, d’avoir « offert une chance pareille aux Sénégalais ».

Il a cité « Léopold Sédar Senghor qui avait ses idées, Me Abdoulaye Wade est venu les concrétiser et Macky Sall qui les a achevées ». « Tout le monde y trouve son profit’’, jusqu’aux élèves et étudiants qui « feront de belles découvertes dans cet espace rare en Afrique », a poursuivi ce visiteur, qui n’a semble-t-il pas fini d’être émerveillé.

Pour lui, « ce Musée nous apprend quelque chose que l’on ignorait, que l’on entendait et que l’on découvre ici. C’est un plaisir ».

Assane Aw, professeur d’éducation artistique se réjouit également du fait que le Musée des civilisations noires permet une appropriation de l’histoire du continent africain et de sa diaspora. Il ajoute cependant que pour davantage réconcilier l’Afrique et son histoire à travers principalement les jeunes, le musée doit faire œuvre de pédagogie.

Commentaires

commentaires