« Le niveau élevé’’ des créances bancaires impayées font peser un risque sur le financement de l’économie

 Les procédures pénales auxquelles les acteurs des banques sont confrontées dans le cadre de recouvrement de créances et « le niveau élevé » des dettes bancaires peuvent exposer les acteurs du secteur et fragiliser le financement de l’économie sénégalaise, a soutenu, mardi, à Dakar, le président de l’Association des professionnels des banques et des établissements financiers du Sénégal (APBEF), Bocar Sy.
« Nous voudrions souligner qu’il nous arrive dans le recouvrement de nos engagements d’être attraits personnellement en procédure pénale pour des affaires commerciales », a-t-il avancé lors d’une rencontre entre le ministre de l’Economie, des Finances et du Plan, Amadou Bâ et les acteurs du secteur des banques.
De telles situations sont de nature à exposer les travailleurs des banques et à fragiliser le financement de l’économie, sans compter « le niveau élevé des impayés dont la gestion contentieuse » peut également être « source d’une grande inquiétude de la part de notre profession », a indiqué M. Sy.
Le président de l’Association des professionnels des banques et des établissements financiers du Sénégal a déploré les attitudes et comportements de « certains débiteurs », avant de saluer « les efforts de l’Etat » à travers les réformes judiciaires engagées, aboutissant à la création d’un Tribunal de commerce par exemple.
Bocar Sy a dit souhaiter la poursuite de ces réformes « pour renforcer le financement des PME », soulignant que de leur côté, les banques et établissements financiers ont démarré depuis le 1er janvier la mise en œuvre du nouveau plan comptable banque révisé et la transposition du dispositif Bâle 2 et 3.
« Nous suivons l’impact que ces mesures auront sur le crédit, la bancarisation, la fiscalité, le traitement des créances en souffrance et la performance de nos institutions », a-t-il souligné.
Avec Aps

Commentaires

commentaires