More

    Le Président de la Chambre des Notaires : «La profession est peu connue et même mal aimée parfois»

    Me SambaréTenus au secret dans les actes d’authentification qu’ils posent, les Notaires ont toujours brillé par leur silence. Une déformation professionnelle que la Chambre des Notaires veut corriger après avoir longuement médité les propos de Paul Watzlawick, l’un des plus grands théoriciens de l’Ecole de Palo Alto en Californie dans les années 50, qui, définissant les grands axes de la communication, disait : «On ne peut ne pas communiquer». Mieux, pour M Watzalawick, «tout ce que l’on dit, ne dit pas, fait ou ne fait pas véhicule un message. Ceci signifie que l’on ne peut pas décider de communiquer ou de ne pas communiquer».

    De cette réflexion, nous pouvons affirmer sans risque de nous tromper que les Notaires, en se barricadant pendant des décennies dans leur Cabinet, ont laissé le doute subsister quant à l’essence même de leur profession. Et le Président de la Chambre des Notaires ne dit pas le contraire, à l’occasion de la quatrième édition des Journées portes ouvertes, lorsqu’il avance : «La profession notariale est peu connue et même mal aimée parfois. C’est peut-être lié au manque de communication sur notre métier». Un manquement que la Chambre des Notaires veut corriger selon son président. «En organisant ces Journées portes ouvertes, la Chambre des Notaires du Sénégal s’inscrit dans la dynamique de l’information continue du citoyen et de la sécurisation de ses transactions quotidiennes», détaille Me Diop.

    Avant d’ajouter : «L’objectif essentiel est de mettre l’accent sur l’importance de consulter un notaire et la valeur de l’acte notarié en tant qu’instrument de Paix Sociale. La société nous impose parfois un rythme rapide et nous pousse à agir sans retard. Malheureusement, les décisions hâtives apportent souvent des désagréments voire même des conséquences problématiques et coûteuses. Avant de prendre une décision importante ou de signer un document, la prudence recommande de consulter un notaire». Toutefois, relève-t-il, «ce notaire doit en toutes circonstances faire preuve de conscience professionnelle, d’égards et d’équité envers les usagers du notariat en leur assurant l’information la plus complète possible dans le respect inconditionnel du secret professionnel, qui en réalité lui appartient et dont le notaire n’est que le dépositaire».

    Très en verve, l’Officier public ministériel décortique l’acte notarié : «Outre son rôle de conseiller juridique, le notaire est un officier public investi par l’État. À ce titre, il a le pouvoir de conférer le caractère d’authenticité aux actes qu’il reçoit. Ainsi, l’acte notarié fait foi devant les tribunaux de son contenu, de l’exactitude de la date et des signatures apposées, sans qu’il soit nécessaire d’en faire la preuve. Cet acte a la force d’une chose jugée en dernier ressort. L’original de l’acte notarié est conservé par le notaire à son étude pendant trente ans avant d’être versé aux archives nationales, à l’abri des pertes et des destructions, de sorte qu’il est toujours possible aux parties d’en obtenir des copies conformes et authentiques».

    A lire également  ITALIE : Lettre ouverte à Madame le Consul du Sénégal à Milan (par Mme Mame Diarra Fam)

    Poursuivant son discours aux relents d’un cours magistral, Me Pape Sambaré Diop, qui légitime le choix du thème : «le notariat au service de la paix sociale», de marteler : «La pratique apaisée du droit, mise en œuvre quotidiennement par le notaire, se traduit par la pacification des relations sociales donc par un très faible taux de contentieux qui est forcément un élément de maitrise du budget de la Justice dont nous sommes aussi auxiliaires devant participer à sa bonne administration. En effet, il s’agit d’un besoin primaire, qu’il appartient à un Etat démocratique et solidaire de satisfaire».

    A lire également  Périphérie du Parc de Dioudj: Un policier mort noyé suite à une fausse manœuvre d'un véhicule

    «Par quel moyen» ? A cette interrogation, Me Pape Sambara Diop répond : «Par l’intermédiaire d’un grand service public de l’authenticité, basé sur la preuve non contentieuse et le conseil impartial. Qu’il s’agisse de construire son couple, de constituer un patrimoine, de le transmettre, chacun est en droit d’attendre de l’Etat la garantie de pouvoir mener sa vie juridique en toute sécurité et en toute sérénité. Cette obligation régalienne, ce besoin citoyen, constituent aussi un enjeu, voire une nécessité, pour les acteurs économiques».

    Concluant son propos, Me Diop de dire : «Juriste qualifié, le notaire fait en sorte que les conventions établies par les parties dans l’acte notarié soient conformes à la loi. Spécialiste du droit préventif, il rédige les conventions avec précision et clarté, de manière à diminuer les problèmes d’interprétation et éviter les conflits. C’est pour cela que nous avons choisi pour cette quatrième édition». Non sans donner l’assurance que «les autres jours aussi, leurs portes sont ouvertes». Attendons de voir !

    www.dakar7.com

    Articles récents

    PSG : Très bonne nouvelle pour Idrissa Gana Gueye

    Lors de la victoire du Paris Saint Germain (PSG) face à Nice 3-0, Idrissa Gana Gueye a été contraint de céder sa place à...

    LES NOMINATIONS DU CONSEIL DES MINISTRES DU 23 SEPTEMBRE 2020

    Monsieur Pierre FAYE, Conseiller des Affaires étrangères, matricule de solde n° 624.511/C, précédemment Ministre-Conseiller, Conseiller technique au Cabinet du Ministre des Affaires...

    COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU 23 SEPTEMBRE 2020

    COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU 23 SEPTEMBRE 2020 Le Président de la République, Son Excellence Monsieur Macky SALL,...

    FORMES SÉVÈRES DU CORONAVIRUS : UN NOUVEAU MÉDICAMENT À L’ÉTUDE AU SÉNÉGAL

    Aucun remède n’a, jusque-là, été trouvé contre le virus de la Covid-19. Pour autant, les scientifiques du monde entier se tuent à...

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles