More

    Le Retour des diplômés sénégalais au menu d’un panel à l’Institut de géographie de la Sorbonne

    Etudiants sénégalaisPARIS La problématique du retour des étudiants africains vers leurs pays d’origine est une vive préoccupation. D’où le panel organisé, ce lundi, à l’Institut de géographie de la Sorbonne par l’Institut de géographie de la Sorbonne sous la houlette du Docteur Seydou Kanté. Principal animateur de la Conférence, le chef du Service de gestions des Sénégalais de l’extérieur a, dès l’entame de son exposé, campé le débat en indiquant : «D’habitude, on entendait parler de fuites de cerveaux mais, aujourd’hui, le vocabulaire a changé. Depuis une dizaine d’années, nous avons constaté une tendance discrète qui se dessine avec des Sénégalais qui, après leurs études, décident de rentrer. De plus en plus, on envisage la problématique du retour avec la crainte d’un retour raté, de l’insertion, de la pression de la famille etc.». Autant de raisons qui poussent Moise Sarr à souligner : «L’étudiant appréhende cette crainte du retour. Si l’étudiant retourne il y a le niveau du diplôme et, le plus souvent, le Drh qui le reçoit se demande si le nouveau venu le va pas lui prendre sa place dans quelques années. De même, 31% des diplômés de l’enseignement supérieur au Sénégal chôment, selon les dernières statistiques, sans compter le problème des ciriculas car, au Sénégal, l’écrasante majorité des diplômés sont issus des filières sciences humaines et assimilées».

    Très en verve, M. Sarr d’ajouter «que le retour doit être encouragé et il y a beaucoup d’éléments qui plaident en sa faveur». «Auparavant, quand on avait une mention on avait une bourse d’excellence mais, aujourd’hui, nous orientons les jeunes vers des filières qui cadrent d’avec les besoins des marchés et nous avons augmenté les taux. Mais, nous leur avons fait signer un engagement à servir le Sénégal. Au niveau de l’enseignement supérieur, on a réformé la loi portant sur les titres. Aujourd’hui, le docteur qui est recruté est considéré comme un Maitre de Conférences assimilé. Pour 2015, 210 enseignants ont été recrutés pour augmenter le taux d’encadrements des universités sénégalaises», détaille-t-il. Non sans préciser : «Pour les bourses doctorales, nous demandons désormais aux doctorants d’avoir une attache au Sénégal. Ainsi, ils feront six mois au Sénégal et six mois à l’étranger». Également, poursuit M. Sarr, «des conventions sont en train d’être signées avec le groupe Atos qui a décidé de s’installer au Sénégal. De même, l’Etat a mis en place pas mal de dispositifs, le Fonsis, l’Anpej, le Faise, le Pse-j, le Fongip, la Bnde, l’Adpme. Tout cela vise à faciliter l’insertion des jeunes du Sénégal et de la diaspora».

    A lire également  Importation de véhicules volés : La guéguerre entre la Douane et la Police favorise le business

    A l’en croire, «l’Etat créé un cadre incitatif permettant aux jeunes diplômés de rentrer sereinement à l’issue de leurs études mais la question du retour ne peut pas être prise en charge par les pouvoirs publics». Et, parmi les exemples de retour, il cite «la plateforme Wutiko spécialisée dans le recrutement des multinationale, Dakar Shuttle etc.». Concluant son propos, celui qui gère les bourses des étudiants de l’extérieur de dire : «Ce retour, bien qu’il soit appréhendé, je pense que nous devons y allons et y croire. L’avenir se joue en Afrique et si on n’y prend pas garde, ce sont les autres qui vont construire cette Afrique de demain à notre place. Soyons donc acteur et non spectateur comme disait l’autre». Sinon, l’écrasante majorité des intervenants ont soutenu avec forces détails que les portes leur sont fermées par leurs frères et sœurs sénégalais qui se disent qu’ils viennent leur prendre la place.

    Pape Sarr (Envoyé spécial)

    Articles récents

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles