More

    Le Secteur informel tue le Sénégal !

    secteur-informel-senegalPour rappel, il faut savoir que le secteur informel est un espace où les agents économiques qui y interviennent ne sont pas formels. C’est-à-dire qu’ils n’ont pas de NINEA (Numéro d’Identification National des Entreprises et des Associations) et échappent à la comptabilité nationale. C’est un secteur qui occupe une grande part (50 %) du PIB sénégalais, selon le rapport de la DPEE.  La tendance est la même en Afrique de l’Ouest, d’ailleurs,  ainsi que dans plusieurs autres pays du monde, car il résulte souvent des crises économiques et de la pauvreté. Toutefois, force est de constater qu’une forte présence du secteur informel dans le PIB d’un État constitue un signe de sous-développement. L’autre constat est que la plupart des employeurs du secteur informel sont des hommes même si on y trouve quelques femmes. En ce qui concerne ce secteur, le constat est unanime, il s’agit d’un éternel frein pour nos pays sur plusieurs plans.

     Sur le plan de l’emploi

    Le secteur informel emploie près de 80 % de la population active en Afrique de l’Ouest, selon le rapport 2008 de l’OCDE. Ces employés ne sont pas recrutés sur la base des règlements du code du travail ou de toute autre législation, leur recrutement se fait sur la base de la connaissance le plus souvent ou sur entente tacite.  Cependant, il convient de signaler qu’ils travaillent souvent dans des conditions précaires (cf http://www.ansd.sn/ressources/rapports/Rapport-final-ENSIS.pdf). D’ailleurs, ils ne sont ni affiliés à la caisse de retraite et encore moins à la caisse de sécurité sociale. Ce qui pourrait leur apporter des soucis après la retraite où ils n’auront aucune ressource. Dans le secteur informel, l’employeur privilégie toujours la maximisation du profit et la réduction des coûts.

    Sur le plan de la fiscalité

    Le constat global est que le secteur informel ne paie pas ses impôts et ceci pourrait constituer un frein pour la bonne marche des pays dans la mesure où les impôts et taxes permettent aux gouvernements de fonctionner. L’évasion fiscale constitue le véritable problème de ce secteur. Aujourd’hui, des milliards échappent à nos pays à cause de ce phénomène. Pourtant, ne serait que sur le plan de la fiscalité, si les entreprises du secteur informel se formalisaient, le développement de l’Afrique se ferait plus rapidement. Cette situation s’explique par le fait que les démarches administratives sont souvent jugées compliquées et onéreuses, alors qu’en ce qui concerne les coûts, les entrepreneurs informels ne pensent qu’à les réduire. Cependant, certaines d’entre elles commencent à avoir des NINEA et sont enregistrées au registre du commerce, mais ce n’est qu’une infime partie.

     

    Sur le plan du respect des lois et règlements qui régissent les sociétés

    Comme son nom l’indique, dans le secteur informel, tout est quasiment informel avec une tenue de la comptabilité qui n’est pas régulière, elle n’existe même pas dans la plupart des unités de production industrielle. La recherche d’un maximum de profits est l’objectif de tout entrepreneur informel même si les conditions de travail sont précaires.

    A lire également  Birima Mangara: "l’Etat va procéder à l'examen approfondi de cinq ODD’’

    Sur le plan de la productivité 

    Comparées aux entreprises formelles qui sont de grandes tailles, les entreprises informelles ont une productivité qui est très basse. En effet, les conditions ne permettent pas aux employés de bien travailler et d’avoir une productivité à la hauteur des professionnels. En outre, la recherche de profits pousse l’employeur à rechercher le lieu le moins cher possible pour l’implantation de son activité. Il minimise toujours ses charges. Ce manque d’infrastructure adéquate affecte la productivité de ces sociétés.

    Sur le plan de l’accès aux services publics

    Ce sont des entreprises qui n’ont souvent pas accès aux services publics. Elles ne peuvent pas bénéficier de certains avantages dont bénéficient les entreprises formelles.

    Le secteur fonctionne selon ses propres règles. La concurrence y est souvent déloyale. Les entrepreneurs malgré le fait de générer des bénéfices ne souhaitent pas agrandir la taille de leurs entreprises pour rester dans l’informel et se passer des taxes et autres contraintes imposées par l’État et pire dans certains secteurs, ceux qui se sont formalisés subissent une concurrence déloyale des entreprises de ce secteur.  Donc, le constat est unanime, le secteur informel constitue un frein au développement économique de nos États africains.

    A lire également  Le quai dénommé Seydina Limamou Laye a coûté 400 millions FCfa au gouvernement

    Toutefois, ce secteur peut être un facteur de développement économique, dans le sens où il occupe une importante place dans l’économie de nos pays. Pour que cela puisse se réaliser, il faudra que nos États adoptent des politiques qui facilitent la formalisation du secteur. Ceci peut se faire avec des campagnes de sensibilisation et des propositions de formations des entrepreneurs de l’informel voire même des autres acteurs. C’est aussi le lieu de réduire les coûts des démarches administratives, même si d’importants efforts sont faits en ce sens, pour encourager les entreprises qui souhaitent se formaliser.

    Selon le site Afrology, la banque mondiale et le FMI sont conscients du fait que ce secteur est un pilier de développement. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’ils sont en train de le favoriser. Ils ont lancé des politiques qui poussent les entreprises à se formaliser. C’est le cas au Mali et au Burkina Faso où ils accompagnent les paysans dans leurs projets tout en les formant en économie de marché et à la manière de gérer la concurrence.
    En somme, il est important de noter que malgré ses multiples inconvénients qui freinent éternellement le développement économique des pays africains, le secteur informel a des avantages.  Nos pays doivent ainsi adopter des politiques de réduction des coûts des démarches administratives pour leur donner la chance de se formaliser. Sinon le phénomène risque de s’aggraver et le développement de nos pays tardera à se faire.

     SENECOPLUS

    Articles récents

    L’ÉTAT DU SÉNÉGAL ASSIGNÉ EN JUSTICE

    Le Sénégal encourt la condamnation aux Etats Unis. Selon l’Obs qui cite Inner City Press, un média spécialisé dans la couverture des...

    OFNAC : 20 RAPPORTS REMIS AU PROCUREUR DE LA RÉPUBLIQUE

    Invitée de l’émission Objection (Sud Fm), la présidente de l’Office national de lutte contre la corruption Seynabou Ndiaye Diakhaté a révélé que...

    URGENT : Décès de Idrissa Diallo maire de la commune de Dalifort.

    C'est une triste nouvelle qui vient de s'abattre sur la coalition Taxawu Sénégal de Khalifa Ababacar Sall. En effet l'un de ses...

    LA NOMINATION DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 02 Décembre 2020

    Monsieur Abdoulaye DIASSE, titulaire d’un DESS en Finance et d’un Master en Banque, est nommé Secrétaire général du Fonds de Garantie des...

    COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 02 Décembre 2020

    COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 02 Décembre 2020  Le Président de la République, Son Excellence Macky SALL,...

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles