L’éclipse, entre science et religion(Par Ismaila NDIAYE)

L’information sur l’éclipse lunaire qui aura lieu dans la nuit du 27 au 28 juillet 2018 relance le débat sur la compatibilité entre science et religion. Si les scientistes pensent que les phénomènes astronomiques n’ont rien  à voir avec la religion, et que chercher à leur donner une quelconque explication religieuse relève de l’aberration, les religieux quant à eux , soutiennent qu’au delà du phénomène astronomique, il s’agit de signes par lesquels, le créateur de l’univers, calculateur fin des phénomènes qui s’y produisent, communique avec sa créature.

Loin de nous la prétention de clore le débat; ce que nous cherchons,  c’est de rétablir la relation de complémentarité entre science et religion, loin de l’athéisme des scientistes et de l’obscurantisme d’une certaine interprétation religieuse des phénomènes naturels.

Il est évident que la science et la religion ont des angles de vue différents quand il s’agit d’expliquer les interactions dans l’univers.

Si la science décrit les phénomènes, mécanismes et principes auxquels nous sommes soumis, en un mot le «comment» de l’existence et des phénomènes, la foi (essence de la religion) quant à elle s’intéresse aux questions existentielles concernant le sens de la vie, la réalité de l’au-delà, l’existence de Dieu, la relation des hommes avec Lui et s’intéresse donc au « pourquoi » de l’existence et des interactions dans l’univers.

Si la science se définit comme « l’observation, l’identification, l’investigation expérimentale et l’explication théorique de phénomènes », la religion quant à  elle est  la manière de rechercher — et éventuellement de découvrir — des réponses aux questions les plus profondes de l’humanité.

Pour l’homme de foi, l’explication scientifique d’un phénomène naturel ne lui enlève en rien sa dimension transcendante qui fait appelle aux comportements et attitudes à avoir devant le phénomène sans superstition, mais dans une supra-rationalité très au delà de la raison humaine.

En tout temps, la survenue d’éclipses est vectrice de croyances populaires et de superstitions pour de nombreux peuples. Les diverses civilisations et croyances à travers l’histoire ont cherché à interpréter et expliquer les éclipses de soleil et de lune. Si dans la civilisation antique, l’éclipse était  signe d’un mauvais présage, dans la péninsule arabique qui a vu naître l’islam, le phénomène annonçait le décès d’une grande personnalité.

C’est ce qui fait d’ailleurs, qu’on retrouve dans la tradition le récit du décès de Ibrahim, fils du prophète de l’Islam, qui a coïncidé avec une éclipse solaire. Aussitôt, les gens ont voulu faire le rapprochement, cherchant à souligner le caractère miraculeux de l’évènement.

A cette occasion, le comportement du Prophète de l’islam fut tout à fait édifiant. Il rassembla sa communauté dans la mosquée, et y fit une prière pendant la durée de l’éclipse. Après quoi, il se leva et tint un discours en ces termes :

 » Le soleil et la lune sont deux signes parmi tant d’autres de Dieu. Jamais ils ne s’éclipsent pour la naissance ou pour la mort de quiconque. Quand vous constatez leur éclipse, invoquez Dieu, glorifiez-Le, priez et faites une aumône.  » 

Si le scientifique peut observer le phénomène, le contempler, l’analyser, en tirer des données pour le futur, l’homme de foi quant à lui comprend que l’ordre de l’univers obéit invariablement à la loi du Créateur, et que les choses et les êtres ne sont que signes de langage que le créateur utilise à l’endroit de sa créature, leur sens ultime étant de nous ramener à reconnaitre la grandeur du Créateur. Les deux acceptions et angles de vue étant  parfaitement compatibles. L’harmonie des grandes figures célestes, l’alignement des astres, les données scientifiques précises qui soutendent les interactions dans l’univers sont donc pour nous autres croyants, un langage que nous avons la vocation de déchiffrer pour mieux admirer le cosmos. Cette façon de percevoir les phénomènes est à l’origine de l’essor remarquable qu’ont connu très tôt les sciences expérimentales, de l’astronomie à la médecine dans le monde musulman. Et jamais, il ne s’est agit d’opposer l’islam à la science. D’ailleurs, et à ce niveau, les versets du Coran, la tradition prophétique authentique et les signes du livre immense de la création ne se contredisent point. L’islam encourage à la recherche de la science et du savoir utile dans tous ses aspects et spécialités. le Prophète de l’Islam n’aurait-il pas dit: «La recherche du savoir est une obligation pour tout musulman».

Il dit ailleurs: «Applique toi à chercher ce qui t’est profitable, aie recours à Allah et ne faiblis pas !»

Les sciences telles que les mathématiques, la chirurgie et l’astronomie ont connu un fulgurant développement après l’avènement de l’islam et que c’est la foi des musulmans qui a motivé leurs découvertes effectuées dans le but d’apporter quelque chose à l’humanité…Nous en voulons pour témoignage les propos de Gustave le Bon qui dit:

«Examiné à ce point de vue, l’islam peut être considéré comme une des plus importantes religions qui aient règne sur les âmes. …… Avant Mohammad, l’Arabie se composait de provinces indépendantes et de tribus toujours en guerre ; un siècle après son apparition, l’empire des Arabes s’étendait de l’Inde à l’Espagne, et dans toutes les villes où flottait la bannière du prophète, la civilisation brillait d’un étonnant éclat. C’est qu’en effet l’islam est une des religions les plus compatibles avec les découvertes de la science, et une des plus aptes en même temps à adoucir les mœurs et à faire pratiquer la charité, la justice et la tolérance.» La civilisation des Arabes.

Au sujet des éclipses, l’islam donne des enseignements que les musulmans mettent en pratique. Au delà des constatations scientifiques, c’est la dimension transcendante de ces phénomènes et le respect scrupuleux de la tradition prophétique qui attirent l’attention du musulman. Car, de la même manière qu’il lui est enseigné d’implorer d’Allah quand le coq chante, lorsque le ciel se couvre et lors des 5 prières à différentes heures de la journée, l’islam lui enseigne de célébrer la grandeur du créateur, de lui être reconnaissant pour ses grâces infinies, à chaque fois que l’occasion se présente; et le phénomène astronomique d’éclipse en est une.

Cette célébration devant se faire dans le respect de la tradition du prophète de l’Islam PBSL.
A l’occasion des éclipses, le rite connu sous le nom de salat al-khousôuf est celui recommandé. En fait, il ne faut pas y chercher de raison autre que l’opportunité même de remercier le Seigneur de nous accorder le jour et la nuit. 
Dans le Coran on a les versets suivants :
1. « Le soleil ne vient pas à la lune la toucher et la nuit ne domine pas le jour, chaque astre suit une trajectoire propre. » (Cor. 36,38-39)
2. « Dis: «Que diriez-vous? Si Allah vous assignait la nuit en permanence jusqu’au Jour de la Résurrection, quelle divinité autre qu’Allah pourrait vous apporter une lumière ? N’entendez-vous donc pas ? » Dis :  » Que diriez-vous ? Si Allah vous assignait le jour en permanence jusqu’au Jour de la Résurrection, quelle divinité autre qu’Allah pourrait vous apporter une nuit durant laquelle vous reposeriez ? N’observez-vous donc pas ? » C’est de par Sa miséricorde qu’Il vous a assigné la nuit et le jour: pour que vous vous y reposiez et cherchiez de Sa grâce, et afin que vous soyez reconnaissants. » (Cor. 28,71-73).

L’alternance entre le jour et la nuit, même banale à nos yeux, vue sa fréquence, ne constitue pas moins un grand bienfait du Créateur des cieux et de la terre.

 

Pour conclure, entre l’Islam et la science, une complémentarité réside beaucoup plus qu’une contradiction. Car l’Islam, par le Coran et la Sounna, ne contient guère d’irrationnel, mais peut contenir l’inaccessible à la raison humaine, du supra rationnel. Encore, faudrait-il perfectionner cette Raison pour y faciliter l’accessibilité.

Les phénomènes d’éclipse constituent des moments forts de rappel du Tout Puissant, et les musulmans leurs consacrent un rite nommé Salat al Khousouf conformément à la tradition du prophète de l’islam PBSL.

 

 

 

Les règles de la Prière de l’éclipse

La prière de l’éclipse constitue une forte recommandation (sounnah mou’akkadh). Elle est faite pendant l’éclipse et est suivie d’invocations jusqu’à sa fin. Si on rate l’éclipse on ne rattrape pas la prière.

On prie la prière de l’éclipse deux rak`ah, dans chaque rak`ah on fait deux inclinations (roukôu`) et deux redressements. On récite longuement durant les positions debout la fatiha et une sourate et on fait le tasbîH (glorification de Dieu) longuement durant les inclinations. Après les deux rak`ah de l’éclipse l’imam fait deux discours.

Il faut aussi respecter les conditions de la prière, comme couvrir la zone de pudeur, avoir la purification, de diriger vers la Qiblah,

Une particularité de la prière de l’éclipse lunaire est qu’elle peut se faire de manière individuelle.

Que Dieu le tout puissant accepte nos bonnes actions et expie nos péchés.

 

Ismaila NDIAYE

Analyste-Chercheur

Membre de la Ligue des Imams du Sénégal LIPS

ismandiaye777@yahoo.fr

 

Commentaires

commentaires