More

    Leçons d’un référendum (FARY NDAO)

    Les sénégalais se sont prononcés sur le projet de révision constitutionnelle proposé par le chef de l’Etat. Leur choix est celui du OUI qui semble l’avoir emporté avec un score , à confirmer, de 60% contre 40% en faveur NON. Ainsi, ceux qui sont allés voter ont, dans leur majorité, approuvé les choix politiques du Président de la République, pas seulement à l’occasion de ce référendum mais depuis son accession au pouvoir. Car ne nous leurrons pas, ce référendum était un test de confiance politique pour le Président de la République. De manière plus spécifique, le texte soumis au vote portait quant à lui sur des points choisis par le Président, dont certains renforcent certes l’Etat de droit (limitation définitive des mandats, droits citoyens, candidatures indépendantes etc) mais dont la majorité ne remet pas en cause les logiques profondes qui retardent l’avènement d’une véritable démocratie au Sénégal. Fondamentalement, peu de choses vont changer avec ces nouveaux articles : Le Président de la République restera chef d’un parti, le conseil constitutionnel dépendra encore de lui à 80 %, les nominations à la tête des Sociétés et agences nationales resteront clientélistes car aucun appel à candidatures n’est lancé, tout continuera à dépendre des Ministres et du Président de la République. Ce projet de révision constitutionnelle aurait pu, aurait dû être plus ambitieux.
    Comprendre le fort taux d’abstention…
    Il faut cependant respecter et savoir décoder le verdict du vote. Il s’agit bien de parler de « verdict du vote », car au-delà du verdict des urnes qui a consacré la victoire du OUI, le taux de participation avoisine les 40 %, le plus faible de l’histoire des référendums organisés au Sénégal, ce qui signifie que beaucoup de sénégalais ne sont pas allés voter. La question est de savoir pourquoi ? Est-ce parce que la classe politique, dont je fais partie depuis bientôt 4 ans, a définitivement suscité le rejet des populations de par sa campagne qui a souvent versé dans la surenchère (caravanes politiques ostentatoires de la part du pouvoir, violences verbales et physiques, amalgames nauséabonds entre laïcité et homosexualité de la part de certains opposants etc). Est-ce parce que le référendum a été vidé du point que beaucoup considéraient comme central, c’est-à-dire l’applicabilité immédiate de la réduction du mandat de 7 à 5 ans, vu l’insistance du Président de la République sur le sujet ? Est-ce parce que les points soumis au référendum étaient trop complexes et que les gens n’ont pas voulu aller se prononcer sur un texte qu’ils n’ont pas pu comprendre ni eu le temps de décoder ? Toutes ces questions doivent être analysées froidement et de manière responsable par les deux camps pour rétablir le lien de confiance nécessaire et aujourd’hui cassé, entre la classe politique et les citoyens. Nous ne pouvons pas ne pas analyser cette forte abstention et ne pas nous remettre en question, face à ce signal fort des sénégalais.
    …Et décoder la victoire du OUI
    L’autre signal fort est la victoire du OUI. Couplée à l’abstention et de par sa marge relativement réduite sur le NON, cette victoire du OUI doit pousser le régime du Président Macky Sall à redoubler d’efforts en s’appuyant sur le nouvel attelage constitutionnel qui va entrer en vigueur. Transformer les dispositions constitutionnelles nouvelles en lois et décrets d’application rapidement, continuer d’exécuter et d’évaluer les programmes et les politiques publiques, protéger les plus faibles, lutter contre le radicalisme religieux et l’obscurantisme en faisant la promotion des valeurs de tolérance, d’altruisme et de la République, donner l’exemple en haut lieu, voilà ce que beaucoup de sénégalais attendent, y compris dans le camp de ceux qui ont voté OUI. De 65 % de confiance en 2012, le camp présidentiel est passé à environ 60 %, sa majorité électorale tient encore mais 4 ans de gestion marquée par la transhumance, le clientélisme et l’arrogance de certains des plus hauts représentants du pouvoir, l’ont effritée. Nier ce fait, pour retomber dans des querelles politiciennes, serait la plus grosse erreur que pourrait commettre le Président de la République et sa majorité.
    Les partisans du NON, dont je suis, doivent également tirer des leçons de cette victoire du OUI. Il serait irresponsable de dédaigner les centaines de milliers d’autres sénégalais qui ont voté OUI, librement, comme nous avons-nous aussi librement choisi de voter NON. Les Sénégalais ont renouvelé leur confiance au Président de la République, à travers cette consultation populaire et nationale. Il a été élu pour 7 ans et il lui reste trois ans pour implémenter sa vision en projets, en réformes et en réalisations. Beaucoup de sénégalais du monde rural, des familles pauvres, ont bénéficié de certaines de ses réalisations (bourses familiales, réduction des loyers en zone urbaine, mise en œuvre du PUDC en zone rurale etc). Ces choses-là, qui changent le quotidien des beaucoup de gens, même si cela peut paraître marginal, ont peut-être pesé dans le choix des partisans du OUI. Le désir de stabilité politique et sociale a également pu jouer. Car il est probable que beaucoup de nos compatriotes ont estimé qu’une victoire du NON, vu le niveau du débat proposé par certains opposants politiques du Président de la République, mettrait le pays sous tension et en campagne électorale permanente d’ici les législatives de 2017 puis au-delà, jusqu’à la Présidentielle de 2019. Je pense donc que ce OUI est aussi un avertissement aux opposants, un appel à plus de responsabilité dans leurs propos, et à plus d’humilité dans leur manière de considérer l’électorat. « Kenn moomul sénégalais yi, kenn moomul sen kaddu ».
    Une culture électorale solide avec des acquis et des tares.
    Les sénégalais sont des électeurs matures et notre culture électorale l’est également. En effet, c’est faire preuve d’expertise que de décider d’organiser un référendum en un mois, déployer tout le matériel sur toute l’étendue du territoire national, trouver un représentant de chaque camp pour siéger dans les bureaux de vote, décompter les résultats dès la fermeture de ces bureaux, fournir ces mêmes résultats aux médias qui attendent à l’entrée des bureaux et finir par avoir des tendances lourdes, à l’échelle nationale, à peine trois heures après la fermeture des bureaux : tout cela doit faire notre fierté. Le Sénégal a une administration fiable et réactive en ce qui concerne le vote, des médias engagés, des citoyens vigilants qui veillent à la sécurisation de leur choix et des électeurs habitués à effectuer leur devoir dans le calme. Ainsi, contrairement à d’autres partisans du NON, je n’ai jamais craint la possibilité de fraudes massives. Nous avons définitivement réglé ce problème au Sénégal depuis les élections de Mars 2000 qui ont vu l’arrivée au pouvoir du Président Abdoulaye Wade.
    Nous sommes cependant encore loin du compte, les pratiques anti-démocratiques, qui influent de manière marginale le vote mais qui restent graves dans leur nature, existent encore et doivent nous pousser à rester vigilants. Ces pratiques consistent à :
    Faire campagne avec l’argent du contribuable : ce qui pose encore une fois la question d’un Chef de l’Etat ; Président de la République qui est en même temps Président d’un parti, c’est-à-dire d’une organisation privée. Les directeurs de sociétés nationales, d’agences nationales, les ministres etc qui utilisent voitures de fonction, carburant, bénéficient des fonds politiques du Président de la République, pour battre campagne. Tout cela doit cesser dans un pays qui aime à se présenter comme une Démocratie majeure en Afrique.
    Utiliser la télévision nationale publique comme une télévision de propagande : la RTS, chaine la plus largement diffusée au Sénégal, a notoirement pris position en faveur du OUI. Les avertissements du Conseil National de Régulation de l’Audiovisuel (CNRA) et de son Président Babacar Touré, n’y ont rien fait. Militant du parti au pouvoir, le DG de la RTS, a utilisé la télé qui appartient à tous le sénégalais pour favoriser une partie des sénégalais. Et depuis le Président Senghor, nous en sommes encore au même point.
    Corrompre et tenter des achats de conscience : ces tentatives d’achats de conscience sont encore légion. Et ils sont le fait des partisans du OUI comme de ceux du NON. Il y’a notamment celui du bulletin de vote que l’on échange contre de l’argent. Le mode opératoire est le suivant : on demande à quelqu’un qui s’apprête à entrer dans le centre de vote, de ressortir avec le bulletin de « l’ennemi » pour prouver qu’il a bien voté pour notre camp. S’il ressort avec ce bulletin, on lui donne un billet de 5000 FCFA. De tels cas ont été dénoncés encore à la radio. Les autres techniques, tout aussi dégradantes pour le respect de la dignité des votants, est la distribution de denrées alimentaires en période de campagne, notamment aux familles pauvres vivant dans les banlieues des zones urbaines ou dans les zones rurales. Ce scandale a encore été observé et photographié pendant la campagne. Autre niveau, autre moyens : les nombreuses visites des politiques aux dignitaires religieux, avec à chaque fois de l’argent distribué en espérant recevoir des consignes de votes des marabouts envers leurs disciples.
    Organiser une élection en pleine période de révision des listes électorales : Environ 200 000 sénégalais ont été privés de vote car les listes électorales sont en train d’être révisées. Ce qui est là aussi, une entorse au droit de vote, un des droits les plus fondamentaux dans une démocratie. Et 200 000 personnes privées de vote, cela fait beaucoup de voix non entendues.
    Se remettre au travail et poursuivre l’engagement citoyen
    Enfin, et contrairement à beaucoup de gens, je pense que ce référendum, s’il aurait pu être repoussé ou être plus ambitieux dans le texte qu’il proposait, ne devait pas être annulé et voir la quasi-totalité de ses points passer par l’Assemblée Nationale. Un pays démocratique a besoin de ce genre de communion, où les divergences apparaissent et où le vote sanctionne et réoriente les postures et les actions de tout un chacun, notamment celles de la classe politique. Cela peut parfois coûter de l’argent – coût estimé du référendum, environ 2 milliards de FCFA – mais cela permet de continuer à construire le Sénégal. Construire le Sénégal se fait aussi et surtout par le travail, la créativité, l’entrepreneuriat, le bénévolat dans les associations, l’engagement citoyen. J’ai partagé avec beaucoup d’amis, virtuellement et sur le terrain, cet engagement citoyen, cette volonté de diffuser nos convictions pour le pays tout comme les partisans du OUI l’ont fait. Je suis content d’avoir écrit, sillonné mon quartier pour faire du porte à porte, rencontré de nouvelles personnes, parlé à d’autres, qui étaient tous engagés. L’engagement est une nécessité, cela reste ma conviction. Cet engagement est multiforme : Engagement citoyen pour continuer à jouer le rôle de sentinelle pour la société civile, engagement politique pour pousser l’actuel pouvoir à respecter les lois de la République et introduire les ruptures tant attendues dans la gestion de l’Etat et engagement personnel dans nos vies de tous les jours : refuser la corruption aux feux rouges, nous battre dans les associations, prendre la plume et défendre des idées, poser les débats douloureux qui concernent notre pays, refuser la culture de l’argent facile, respecter le bien commun et notre environnement, s’entraider entre concitoyens, être tolérants et respectueux les uns envers les autres, etc. Voilà comment, au-delà des OUI et des NON, des alternances et des régimes, nous pourrons bâtir le Sénégal que nous voulons pour nous et pour les générations futures.
    Fary Ndao
    Membre du PDR – Parti Demain la République

    Articles récents

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles