More

    Légalisation de l’avortement médicalisé au Sénégal : La plaidoirie des droits de « l’hommiste « 

    Avor

    La Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (FIDH), ses organisations membres au Sénégal et les organisations de la société civile membres de la Task Force sénégalaise  veulent que l’avortement médicalisé soit une réalité au Sénégal. C’est pourquoi elles n’ont pas hésité à envoyer une lettre au Président de la République afin que leur voix soit entendue.

    Dakar7.com vous livre la lettre adressée au Président de la République.

    «Excellence, Monsieur le Président,

    La Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (FIDH), ses organisations membres au Sénégal et les organisations de la société civile membres de la Task Force sénégalaise pour l’accès à l’avortement médicalisé, ci-dessus citées, ont l’honneur de vous solliciter au sujet de la légalisation attendue de l’avortement médicalisé. Nos organisations tiennent tout d’abord à vous renouveler leurs remerciements pour le dialogue ouvert et suivi engagé avec votre gouvernement et vous-même sur cette question si importante et dont nous connaissons, pour être directement impliqués dans un plaidoyer constant auprès de l’ensemble des interlocuteurs pertinents, la sensibilité dans le contexte national. Il y a six mois, le 10 novembre 2015, vous avez reçu une délégation de la FIDH, en présence du Premier ministre et du Garde des Sceaux. En février 2015, vous avez reçu une délégation de l’Association des juristes sénégalaises ainsi qu’une délégation de l’Association des femmes médecins du Sénégal. A chaque fois, vous avez marqué votre indignation devant la situation des femmes sénégalaises qui, parfois mineures, sont incarcérées pour avoir avorté, ou de celles qui en viennent à commettre un infanticide à l’issue d’une grossesse non désirée, voire issue d’un viol. À chaque fois, vous avez réaffirmé avec fermeté votre engagement à faire évoluer la législation nationale dans les meilleurs délais tout en tenant compte du contexte social actuel, pour mettre un terme à cette situation insupportable. Engagées dans une démarche constructive, nos organisations, à commencer par la Task Force sénégalaise pour l’avortement médicalisé, ont produit et soutenu une proposition de projet de loi, en collaboration avec les ministères concernés. À l’issue de plusieurs ateliers avec les services ministériels compétents, cet avant-projet de loi est désormais finalisé. Monsieur le Président, de l’évolution de la législation nationale dépendent la vie, la santé et le bien-être de très nombreuses femmes sénégalaises. De cette évolution dépend également le respect par l’État sénégalais de ses engagements internationaux, et singulièrement du Protocole de Maputo à la Charte Africaine des droits de l’Homme et des Peuples, ratifié en 2005, qui engage les Etats parties à autoriser l’avortement médicalisé, en cas d’agression sexuelle, de viol, d’inceste et lorsque la grossesse met en danger la santé mentale et physique de la femme ou la vie de la femme ou du fœtus. www.fidh.org n°SIRET: 352390082 00035. Par la présente, nous vous demandons donc de garantir la concrétisation de votre engagement répété, afin que ce texte puisse être porté, au plus vite, devant l’Assemblée nationale. Nos organisations resteront mobilisées pour accompagner cette réforme, auprès de la représentation nationale, des acteurs sociaux et de l’opinion publique, et permettre sa mise en œuvre effective. Dans cette attente, nous vous prions de croire, Monsieur le Président, en l’expression de notre plus haute considération.

    A lire également  URGENT: Guy Marius Sagna en garde à vue (avocat)
    A lire également  Krim Xrum Xax arrêté par la Police à la place de l’Obélisque

    Les organisations signatrices :

    Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (FIDH)

    Ses organisations membres au Sénégal

    dakar7.com

    Articles récents

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles