Législation harmonisée : Macky veut éviter une  » compétition Ruineuse » entre pays africains

 Le chef de l’Etat sénégalais, Macky Sall, a fait part jeudi à Diamniadio (Rufisque) de son ambition de proposer à l’échelle de l’Union africaine (UA) une ’’législation harmonisée’’ dans le domaine pétrolier et minier, afin d’éviter la compétition ruineuse entre les pays pour attirer les investisseurs. ’’J’ai pour ambition de faire en sorte qu’à l’échelle de l’UA, nous puissions avoir une législation harmonisée ainsi bien dans le domaine pétrolier que minier afin d’éviter la compétition ruineuse entre pays pour attirer les investisseurs’’, a-t-il déclaré. Macky Sall présidait l’ouverture à Diamniadio du Sommet du bassin sédimentaire de la Mauritanie, du Sénégal, de la Gambie, de la Guinée Bissau et de la Guinée Conakry, communément appelé MSGBC Oil, Gas & Power Summit.  Selon lui, ‘’il est nécessaire pour les pays africains d’attirer des partenaires financièrement et techniquement fiables, sur la base d’une législation claire, qui sécurise l’investisseur et protège les intérêts de nos pays’’. ’’Sur l’exploitation elle-même, il nous appartient, en tant que pays, de faire les efforts nécessaires pour une participation dans l’actionnariat du business pétrolier et gazier pour en tirer le meilleur parti, au lieu de nous contenter de royalties’’, a ajouté Macky Sall. Il a signalé que de l’exploration, aux premiers barils de pétrole ou mètres cubes de gaz, les efforts d’investissement et de recherches sont ‘’énormes, coûteux et complexes, avec des risques tout aussi réels de ne rien trouver après’’. Le président de la République a invité à relever le défi de la formation de ressources humaines qualifiées dans ce domaine. ’’Les métiers du pétrole et du gaz sont multiples et aussi complexes les uns que les autres, si bien que l’expertise en la matière est fort diverse. Du sondage à l’interprétation des données, de l’évaluation au forage, en passant par le raffinage et la commercialisation des produits, pour ne citer que quelques aspects, il n’y a pas un seul expert qui maitrise toute la chaine de valeurs gazières et pétrolières’’, a-t-il souligné. Le chef de l’Etat sénégalais a en outre invité à la ’’sérénité et à la modestie’’ dans l’approche des problématiques aussi complexes que l’exploration et l’exploitation du gaz et du pétrole. ’’Pour défendre les intérêts de nos pays dans ce domaine, il nous faut former des ressources humaines de qualité à tous les niveaux, du soudeur à l’ingénieur, du courtier au jurisconsulte spécialiste des contrats pétroliers et gaziers. Ainsi, ceux qui connaissent pourront parler et agir chacun dans son domaine de compétence’’, a poursuivi le président Sall. Il a par ailleurs préconisé d’assurer une exploitation équitable et apaisée des gisements transfrontaliers comme le font le Sénégal et la Mauritanie autour du champ gazier Grand Tortue Ahmeyim.

Comments are closed.