More

    Législatives 2017: le scrutin des « inédits »

    S’il est vrai que le Sénégal a une longue tradition en matière électorale, les législatives de cette année sont inédites à plusieurs égards. Car, jamais les législatives n’ont suscité autant d’engouement chez la classe politique.

    -47 Listes: Le premier fait inédit de ces élections, c’est le nombre de listes en compétition. De 27 en 2012, listes aux élection législatives sont passées à 47 en 2017. Cette inflation a suscité l’inquiétant bon nombre d’observateurs qui s’inquiétaient sur les conséquences de cette situation notamment sur le risque d’un fort taux d’abstention. Finalement, ces inquiétudes se sont dissipées puisque le pouvoir a, de concert avec une partie de la classe politique, autorisé les électeurs à prendre au moins 5 bulletins sur les 47.

    Tête de liste un prison: C’est la la première fois au Sénéga qu’une tête de liste nationale ne puisse pas battre campagne encore moins voter. Le maire de Dakar, Khalifa Sall, tête de liste nationale de la coalition  Manko Taxawu Dakar, en prison dans le cadre de la caisse d’avance, espérait participer à ces élections. Mais son rêve a été brisé par la Cour suprême qui a rejeté la demande de liberté provisoire introduite par ses avocats. Si les partisans du maire de Dakar dénonce un « dossier politique », le pouvoir, lui, parle de « délit financier ». Il demande à Khalifa Sall à rembourser les 1, 8 milliards F Cfa « détournés » s’il veut recouvrer la liberté.

    -Un candidat à 91 ans: C’est la grande curiosité de ces élections législatives. Me Abdoulaye Wade, tête de liste de la Coalition gagnante/ Manko Taxawu, a surpris plus d’un en revenant sur la scène politique après avoir été congédié  du pouvoir en 2012.  Age de 91 ans, l’ancien président de la République, a mené une campagne électorale sans répit qui l’a mené presque dans toutes les régions du Sénégal. Mieux, le pape du Sopi, décidé à en découdre avec son successeur Macky Sall, a même organisé une marche avortée pour dénoncer la non disponibilité des cartes d’électeurs. Ne lui demander surtout pas de prendre sa retraite politique. Car, Me Wade se veut clair: « Je ne me retirerai pas de la vie politique sénégalaise parce que je suis éternel. »

    A lire également  Législatives 2017: Macky Sall  finance 3 milliards Bby pour une majorité absolue
    A lire également  Récurrence des accidents : le président de l'ANPAVH Ousmane Ndoye, préoccupé

    -Des cartes d’électeurs non disponibles: S’il y a une chose qui restera dans les anales, c’est sans doute l’organisation catastrophique de ces élections législatives. Pour la première fois dans l’histoire politique du Sénégal, des électeurs n’ont pas pu retirer leur carte d’électeur par la faute du ministère de l’Intérieur. Malgré les 50 milliards F cfa dépensés,  la Direction de l’automatisation des élections est incapable de produire les 6, 2 millions de cartes prévues. Acculé par l’opposition, Macky Sall s’est vu obliger de trouver une solution palliative en permettant aux électeurs non détenteurs de leur carte de voter avec leur ancienne carte d’identité, passeports, ou récépissé. Mais l’opposition n’est pas d’accord. Elle soupçonne le pouvoir de vouloir « frauder » les élections.

    http://Dakar7.com

     

    Articles récents

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles