L’émigration irrégulière ; savoir pour agir


« Contrairement à ce que certains disent, nous ne sommes pas aujourd’hui confrontés à une
vague d’immigration. (…) Le sujet de l’immigration ne devrait pas donc inquiéter la
population française. (…) Nous ne devons pas mentir à nos concitoyens : l’immigration n’est
pas quelque chose dont nous pourrions nous départir. De surcroit ; l’immigration se révèle
une chance d’un point économique, culturel, social. Dans toutes les théories de la croissance,
elle fait partie des déterminants positifs. Mais, à condition de savoir la prendre en charge.
Quand on sait les intégrer, les former, les femmes et les hommes renouvellent notre société,
lui donnent une impulsion nouvelle, des élans d’inventivité, d’innovation.» Emmanuel
Macron
C’est vrai. Depuis quelques temps, j’avais fini par perdre mon habitude ; celui d’écrire, de
me confier à mon carnet secret. Demain, j’ai un rendez-vous important au cours duquel, je
devrais expliquer, détailler, argumenter pour convaincre et faire adhérer à l’objectif pour
lequel je me suis déplacé. Alors, je me dois de me préparer mentalement avant d’aller avec
des idées désordonnées, un argumentaire incohérent. C’est au cours de cet exercice ou je
couche l’encre sur du papier blanc quadrillé que les idées me viennent pour aborder un sujet
d’actualité qui a fini par devenir une préoccupation pour ne pas dire l’épicentre des politiques
de nos Etats africains : l’émigration irrégulière. Depuis la semaine dernière à dire vrai j’y
songe, mais les idées, n’étaient point au rendez-vous. Tout d’abord je précise que je ne suis
pas contre de l’émigration en tant que telle, d’ailleurs, je considère que c’est normal et c’est
un besoin naturel. Les êtres humains que nous sommes, ont un besoin naturel de se déplacer,
de se mouvoir pour s’accomplir, satisfaire notre curiosité, aller à la conquête d’autres
horizons, de l’inconnu entre autres. Ensuite, il faut le rappeler pour s’en convaincre, l’être
humain a connu des mutations profondes entre le paléolithique et le néolithique ou pendant
des siècles, des millénaires l’homme a été nomade allant à la recherche d’un mieux vivre
avant de se fixer avec sa sédentarisation. Cette sédentarisation s’est faite à la suite d’un long
processus qui a permis à l’être humain de développer son ingéniosité, certaines aptitudes et
une meilleure manière de vivre, subvenir à ses besoins à travers l’agriculture et s’instruire à
travers la découverte de l’écriture et l’invention des métaux pour étancher sa soif de connaissance. A travers ces mutations profondes en perpétuelle quête, l’être humain a su
s’adapter à chaque fois de besoin. Aussi, le prophète Issa (Jésus) n’a-t-il pas émigré en Egypte
pour échapper à la mort ? N’a-t-il pas quitté Bethlehem à l’âge de 3 ans pour échapper aux
foudres du roi Hérode qui voulu attenter à sa vie sentant sa royauté menacée avec sa
naissance? De même le prophète Mohammed (PSL) à son âme n’a-t-il pas émigré de la
Mecque à Médine ; l’hégire en 622 pour échapper à des détracteurs qui voulaient l’arracher la

vie ? Le prophète Moïse également a émigré de l’Egypte en terre d’Arabie chez le prophète
Souaibou alors qu’il était recherché pour meurtre. Au Sénégal dans les années 1970 où on a
connu les premières vagues de migration, les peuples soninkés et peulhs n’ont-ils pas émigré
vers l’Europe à la suite des catastrophes naturelles et climatiques de l’époque, avec comme
conséquence la famine et la sécheresse ? Autant d’exemples qui montrent à suffisance que
l’homme se déplace par nécessité et que souvent c’est pour combler un vide, un manque. La
migration a toujours une motivation voire un soubassement. Cependant, par le temps, elle a
fini par adopté plusieurs formes engendrant des appellations et définissions diverses selon la
sensibilité ou du côté duquel l’on se situe. C’est dire d’ailleurs de la complexité de la question
pour ne pas dire du phénomène. Hélas ! C’est un phénomène qui a fini par dépasser nos
politiques, nos Etats tant africains, européens, qu’américains et autres. Si l’on considère que
c’est souvent un manque qui est à l’origine de la migration et qu’on diagnostic et identifie la
nature de ce manque, il est impérieux voire nécessaire de mettre en place un dispositif pour
traiter ce manque et arrêter l’hémorragie au niveau des pays de départ. Aujourd’hui, l’accent
est surtout mis sur les Etats africains qui peinent à apporter des solutions concrètes aux
exigences et besoins des populations, notamment les jeunes et les femmes avec la
féminisation du phénomène. Par voie de conséquence les jeunes, femmes, intellectuels
également émigrent dans l’espoir d’une meilleure vie. Si cela peut être considéré comme une
illusion forcenée pour d’aucuns, d’autres par contre y voient comme une concrétisation de
rêves. Il apparaît donc, qu’il faille encadrer et permettre un meilleur déplacement de ces
derniers. Il faut pour ce faire, des politiques courageuses, muries et réfléchies pour permettre
et faciliter la libre circulation des personnes dans le monde et entre les continents, qu’il y’ait
une fluidité des déplacements et non choisis. A partir du postulat que tous les êtres humains
naissent égaux devant le Tout Puissant Créateur, il est ahurissant de permettre à un européen,
américain ou autre de se déplacer comme il veut, et de restreindre ce même droit à certaines
personnes, notamment les africains ? On nous sert comme explication que notre tourisme
balnéaire, culturel entre autres y dépend fortement. Bien qu’étant profane et inexpert sur la
question de l’économie touristique, l’économie de façon globale, je n’y crois pas vraiment.
C’est même absurde pour moi de penser que le développement de notre tourisme passe
forcément par le simple fait de laisser venir des touristes librement chez nous. C’est aussi
simple que ça. Il faut d’une part mettre en place une politique incitative qui pousse les
sénégalais et africains de façon globale à voyager et visiter chez eux pour connaître et
valoriser leur patrimoine culturel et touristique, et d’autre part que la même facilité que ces
personnes d’autres continents ont pour venir chez nous, dépenser de l’argent, se déplacer
comme elles veulent à l’intérieure de nos terroirs, soit accordé aux africains et sénégalais en
particulier. Bref ! On doit seulement être logé à la même enseigne. L’africain qui voyage en
Europe, Amérique ou ailleurs ne voyage pas sans argent. Il part avec un projet, un plan bien
muri et il a de l’agent à dépenser. Tout ce dont il a besoin, c’est l’encadrement et la
facilitation du voyage. Ce n’est que justice rendue d’ailleurs. Pensez-vous que si le visa était
facile à obtenir pour rallier l’Europe, les Etats-Unis ou ailleurs, on assisterait au
développement du phénomène de l’émigration irrégulière ? Pensez-vous que s’il y’avait une
bonne règlementation qui permette la libre circulation des personnes entre les continents
qu’on assisterait à cette situation regrettable ou l’Afrique est entrain de payer un lourd tribu
chaque année ? Il faut du courage aux Etats africains pour un changement de paradigme. La coopération entre l’Afrique et le reste du monde doit être revu pour un meilleur rééquilibrage
et pour plus de justice et d’équité. Cela doit être accompagné par une volonté politique et un
engagement ferme à rompre avec ce dictat des puissances occidentales qui n’a que trop duré.
Régler la question de l’accessibilité au visa et la question de l’émigration irrégulière serait un
vieux souvenir. Continuer avec cette politique restrictive, le phénomène ne fera que
s’aggraver et adoptera d’autres formes qui peuvent constituer une menace pour la sécurité
intérieure même de nos Etats. Ensuite, il faut dire que le discours servi par la presse
occidentale est loin de reflétée la vérité sur la question des migrations. La migration entre
l’Afrique et l’Europe est moins importante que celle entre États africains qui est de 81%.
Alors pourquoi vouloir ameuter le monde en faisant croire que l’Europe est envahi par les
africains pour ne pas dire les migrants ? Lorsque la population européenne envahissait le nord
de l’Afrique pour fuir la furie de Hitler lors de la deuxième guerre mondiale, ceux qui crient
au scandale aujourd’hui étaient ou ? Ont-il perdu la mémoire ? On n’est pas sénile pour
oublier de sitôt et l’histoire est là. Quand bien même, il urge de déconstruire les clichés reçus
et s’enraciner davantage dans nos valeurs. C’est de la seulement manière qu’on peut prendre
conscience de l’importance et du patrimoine (Afrique) qu’on doit préserver devant un
prédateur sans vergogne ni considération si ce n’est pour ses intérêts. Les médias occidentaux
nous montrent souvent des images obscènes, tristes, choquantes de l’Afrique. On nous montre
une Afrique meurtrie, divisée, déchirée, assoiffée, affamée, pauvre et misérable à côté d’une
Europe bien dotée, ou il fait bon à vivre avec de beaux coins et recoins qui donnent envie et
font tourner la tête. Bref ! Font rêver. Ces mêmes choses existent en Afrique. Pourtant, il me
semble qu’on l’occulte sciemment pour peindre un tableau sombre de l’Afrique. C’est un
drame qu’on vit et la vague dans l’âme pour s’en offusquer. Les jeunes africains ne doivent
pas tomber dans ce piège vicieux, car l’Afrique est la table dinatoire ou tous les continents
accourent. Il est temps de se réveiller et travailler au développement de notre continent, le
Sénégal en particulier.


Par Moussa Seydou DIALLO
Journaliste/Auteur
Secrétaire général et chargé de partenariat
de l’Association des journalistes en migration
Et Sécurité du Sénégal (Ajms)
Email : ms-diallo@outlook.com

Commentaires

commentaires