LES AMBIGUITES SEXUELLES : Ça ne sexeplique pas !

Caster Semenya, un cas d’ambivalence sexuelle connus du grand public
 Caster Semenya, un cas d’ambivalence sexuelle  connus du grand public

Caster Semenya, un cas d’ambivalence sexuelle connus du grand public

Certains parents ne peuvent pas répondre à la question, à l’apparence anodine : «c’est une fille ou un garçon ?». Car il arrive qu’un enfant vienne au monde sans un sexe déterminé ou présente à la fois des organes masculins et féminins. Les ambigüités sexuelles, mal connues au Sénégal, créent pourtant de graves souffrances dans les familles.

 

Taboues, les ambigüités sexuelles sont considérées comme une anomalie honteuse. Les cas de bébés entre deux sexes ne relèvent pas de l’imaginaire populaire. C’est une réalité au Sénégal. Environ 16 cas recensés par an par les médecins. Ce sont des enfants nés avec un sexe difficile à déterminer à l’œil nu. Cette situation crée un malaise chez les parents, qui se trouvent ainsi dans l’impossibilité de choisir un prénom à leur enfant. Ceci cause de secrètes souffrances dans les foyers, car la naissance d’un bébé est souvent attendue par tout le voisinage. «Les ambigüités sexuelles correspondent à une discordance entre les organes génitaux internes, le sexe apparent, et les caractères sexuels secondaires comme la pilosité, la voix rauque, la musculature», explique Pr Faye. Il peut s’agir aussi de présence d’un sexe de morphologie ambigüe, dont la simple observation ne permet pas de reconnaître s’il agit d’un garçon ou d’une fille.

 

Face à ces cas, les médecins demandent souvent des tests pour la détermination du sexe génétique. Les diagnostics sont effectués dans deux laboratoires spécialisés, logés à la Faculté de Médecine de Dakar et à l’Hôpital Aristide Le Dantec. Entre 2002 et 2012, les deux structures ont reçu 155 demandes cumulées de tests biologiques. Les patients viennent du Sénégal et de la sous-région. «Ce sont les cliniciens qui, pour éclairer leurs diagnostics, orientent ces cas au Labo. Nous avons les moyens de faire un diagnostic de certitude du sexe génétique. Ce qui facilite le choix du sexe à adopter», précise le Pr Faye, qui est à la tête des deux labos de Dakar spécialisés dans ce type de test.

 

Il peut arriver que le sexe doive être changé après que l’enfant ait déjà reçu un prénom. Dans ce cas, le Pr Faye conseille de rectifier le tir très tôt, avant que des discordances apparentes entre le sexe adopté et le sexe éducationnel, psychologique et comportemental, ne soient notées par l’entourage. Ce qui serait une source de stigmatisation.

 

Prévention et traitement

 

Selon le Pr Faye, il est possible d’éviter ou de traiter les ambigüités sexuelles. Un traitement permet, par exemple, de freiner l’activité de certaines hormones susceptibles de masculiniser un fœtus programmé à l’origine pour être de sexe féminin.

 

Aussi, poursuit le spécialiste, suivant le degré d’ambigüité du sexe à la naissance ou dès les premiers mois de la vie, des corrections peuvent être apportées par traitement médicamenteux ou par intervention chirurgicale. Cela permet d’éviter les anomalies dont la presse s’est fait l’écho. En mars 2002, par exemple, à Yeumbeul, une prostituée serait morte subitement à la vue des attributs de son client : un homme à deux pénis. Devant une morphologie aussi insolite, la femme aurait eu une attaque cardiaque. «Plus on cache cette maladie, plus les conséquences deviennent désastreuses, aussi bien au niveau individuel qu’au niveau social», note le professeur. En 2006, il reçoit dans son labo un jeune enfant venant de Thiaroye, dans la banlieue dakaroise. C’est ce que les spécialistes appellent un «hermaphrodite». Il souffrait d’ambivalence sexuelle, avec présence des deux sexes (mâle et femelle) à sa naissance. «Je lui ai fait un test de détermination génétique de sexe», renseigne le biologiste, qui n’a va pas voulu nous révéler le résultat de son diagnostic.

 

 

 

Selon le Pr Faye, «il est morphologiquement impossible de distinguer un embryon mâle d’un embryon femelle avant la sixième semaine du fœtus». Car, jusqu’à ce stade du développement intra-utérin, l’embryon est à la croisée des chemins sexuels. A cette étape, rappelle M. Faye, les « appareils sexuels » sont identiques pour l’homme et la femme. «L’embryon est bipotentiel à ce stade. Il cohabite chez lui les équipements nécessaires pour évoluer en femme ou en homme».

 

Mais au plan génétique, le sexe est déterminé dès la fécondation. Lors de sa rencontre avec l’ovule, le spermatozoïde apportant le chromosome Y pour former un enfant de sexe mâle (XY) ou un chromosome X pour donner naissance à une fille (XX).

 

Le biologiste rappelle qu’un bon suivi de la grossesse, impliquant toutes les visites recommandées, pourrait permettre un diagnostic précoce de certaines perturbations. A défaut, certaines ambigüités sexuelles pourraient être identifiées dès la naissance par les techniciens de la santé, offrant ainsi des possibilités de traitement. Et surtout, l’avantage n’est pas négligeable : les parents pourront réfléchir sereinement sur le nom à donner à leur enfant.

 

Ces ambivalences sexuelles célèbres

 

Des cas d’ambivalence sexuelle sont connus du grand public. L’athlète sud africaine, Caster Semenya, «la drôle de dame du 800 m», a suscité la curiosité publique au sujet de sa morphologie et de ses traits masculins. Il y a aussi l’athlète indienne Santhi Soundararajan déchue de sa médaille gagnée aux jeux asiatiques. Le comité olympique indien a jugé qu’elle avait échoué à un test d’identité sexuelle, subi après la course. A travers le monde, des championnes ont connu un sort similaire. Certains sportifs ont réussi à échapper au détecteur d’identité sexuelle. Stanisława Walasiewicz, athlète de course à pied polonaise, a été reconnue hermaphrodite après sa mort. Elle a eu de la veine : ses médailles n’ont pas été reprises

 

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires

commentaires