More

    les Cadres libéraux soupçonnent le Président Macky Sall de vouloir installer « un Etat policier »

    A travers un communiqué parvenu à dakar7.com,  la Fédération nationale des cadres libéraux (Fncl)  »regrette fortement les agissements du ministre de l’intérieur ainsi que ceux du Président Macky Sall relatifs à la gestion de la sécurité nationale ». En effet, à les croire, « depuis un certain temps, leurs sorties maladroites, sources de psychoses au sein de la population, sont faites de menaces, d’intimidations et de signaux alarmistes sous le prétexte de la sécurité intérieure du pays face au terrorisme ».
    C’est pourquoi la Fncl  »invite le gouvernement à plus de sérénité et de responsabilités dans les propos, à laisser nos forces de sécurité et de défense, dont leur professionnalisme n’est plus à démontrer, à s’acquitter convenablement de leurs missions ». Non sans soupçonner « fortement l’objectif d’instaurer un Etat policier, voire l’état d’urgence, par Macky Sall et son ministre de l’intérieur, sous le prétexte de la préservation de la sécurité nationale, en vue d’un musellement de toute expression des libertés démocratiques et d’un possible report des élections présidentielles de 2017.
    Au plan judiciaire,  »la Fncl considère les propos du président Macky Sall, relatifs à une possible réforme de la Crei, comme un aveu d’échec de la grande entreprise de traque de biens supposés mal acquis ». Pour ces cadres, « cette nouvelle posture du chef de l’Etat conforte l’idée selon laquelle cette cour d’exception n’était, en réalité, destinée qu’à casser un opposant, un adversaire politique redoutable ». Mieux, relevant que  »cette position fortement reprise par le Garde des Sceaux, ministre de la Justice, renseigne à juste titre, sur le caractère politique de l’arrestation du frère Karim Meissa Wade, sur son procès et sur sa détention, la Fncl  »exige la libération immédiate et sans condition du candidat du Pds à la prochaine élection présidentielle et, demande à l’Etat du Sénégal, de faire prendre toutes dispositions utiles, en vue de le dédommager et de le réhabiliter, conformément à l’avis du groupe de travail des Nations Unies contre la Détention arbitraire ».
    www.dakar7.com

    A lire également  Le bilan des attentats de Paris s’alourdit : 132 morts et 350 blessés

    Articles récents

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles