Les chiffres alarmant du Sida dans l’Armée au Sud du pays!

On en sait davantage sur les chiffres de nos “Jambaar”s vivant avec le Vih/Sida. En effet, le Programme Sida des armées  qui suit plus de 300 malades, a enregistré une dizaine de personnes qui ont arrêté le traitement, pour zéro décès, durant l’année 2014-2015.

Si l’on en croit le Colonel Babacar Faye, qui a accordé une interview à Sud Quotidien, on est à un taux de prévalence de 0,7%  légèrement inférieur à celui de la population générale (0,74%).

Ce n’est pas tout, car toujours à en croire le colonel-pharmacien de l’hôpital de Ouakam, “au Sénégal, le taux de prévalence est bas au niveau de la population  en général. Mais, le militaire comme le gendarme demeure une cible vulnérable  de par leur mobilité, ils sont souvent projetés dans des pays hors du Sénégal où la prévalence est très élevée et où ils vont séjourner pendant une année.

Deuxièmement, ils demeurent dans la partie méridionale à Ziguinchor où on constate que les prévalences au niveau national sont les plus élevées. Il y a de facto un fort lien entre la sécurité, la capacité opérationnelle et le VIH. L’objectif et la mission de ce programme sont le maintien de la capacité opérationnelle des forces avec une prévalence qui doit être inférieur à 2%”, a révélé le Colonel Faye.

Actusen.com

Comments are closed.