LES COUTURIERS DE LA PETITE-CÔTE VEULENT ACCÉDER AUX FINANCEMENTS ET AUX MARCHÉS PUBLICS

Mbour, 7 jan (APS) – Les tailleurs de Mbour (ouest), regroupés au sein de l’Association des couturiers de la Petite-Côte (ACPC), souhaitent accéder aux financements et aux marchés publics afin de pouvoir jouer ‘’pleinement’’ leur rôle dans le processus de développement du Sénégal enclenché par le régime en place, a indiqué leur président, Ibrahima Ndao.

‘’Nous sommes un corps de métiers, dont le rôle est primordial dans le processus d’émergence tel que défini par les pouvoirs publics, notamment dans le cadre de la mise en œuvre du Plan Sénégal émergent (PSE). Et pour ça, nous avons besoin de financements mais aussi d’avoir accès à des financements’’, a plaidé M. Ndao.

Il s’exprimait, dimanche à Mbour, à l’occasion d’une journée de réflexion organisée pour, entre autres, mettre en place une Fédération départementale des couturiers de la Petite-Côte (FDCPC).


‘’Nous estimons que c’est l’union qui fait la force. C’est pour cette raison, que nous décidé d’étendre notre association à toutes les autres localités du département à travers la création d’une fédération qui va devoir prendre en charge les préoccupations de tous les couturiers’’, a expliqué le président de l’ACPC.


Reconnaissant que leur corporation souffre d’un manque criant d’organisation, Ibrahima Ndao et ses collègues estiment qu’il leur faut des sessions de formation en gestion des entreprises, en comptabilité et en management.


‘’Nous sommes dans un secteur où nous contribuons considérablement à la formation de jeunes sénégalais, gratuitement. Mais, malgré nos efforts, nous ne bénéficions d’aucun soutien aussi bien de la part des pouvoirs publics que des collectivités qui, dans la dotation de subventions, ne pensent même pas aux couturiers qui, pourtant, font un travail remarquable’’, a fait valoir M. Ndao.


Il se dit persuadé qu’une bonne organisation et un soutien des pouvoirs publics et des collectivités locales contribueraient à une meilleure formation de leurs apprentis qui, pour la plupart, sont des enfants et des adolescents qui doivent subir ‘’une très bonne formation’’ pour prétendre assurer, un jour, la relève dans le domaine de la couture.7

Il a affirmé que plusieurs rencontres ont été tenues avec les responsables de l’Agence pour la promotion et le développement de l’artisanat (APDA), mais sans aboutir à rien de concret.


‘’Nous entendons parler du Fonds pour le financement de la formation professionnelle (3FP), mais nous ne disposons d’aucune information sur ces fonds-là pour pouvoir connaître leurs tenants et aboutissants. Nous avons vraiment besoin de plus d’informations afin de pouvoir saisir les opportunités qui s’offrent à nous’’, a lancé M. Ndao.


Les membres de l’ACPC dénoncent le fait qu’ils ne sont jamais impliqués dans l’organisation des foires et expositions. Par conséquent, avec un peu d’appui, ils comptent organiser leurs propres foires et expositions pour mieux vendre l’artisanat sénégalais.

APS

Commentaires

commentaires