More

    Les élections reportées de trois jours en Centrafrique

    centrafikimages                   Les autorités centrafricaines ont proposé jeudi de reporter au 30 décembre les élections présidentielle et législatives prévues vendredi, en raison de problèmes logistiques. Cette nouvelle date doit être validée par la Cour constitutionnelle.

    Le Premier ministre centrafricain, Mahamat Kamoun, a annoncé jeudi 24 décembre que le premier tour des élections présidentielle et législatives prévu dimanche avait été repoussé de trois jours en raison de problèmes logistiques. Reporté à plusieurs reprises du fait de l’insécurité persistante dans plusieurs zones de Centrafrique, le scrutin devrait avoir lieu le 30 décembre, d’après l’Autorité nationale des élections (ANE), chargée d’organiser le vote.

    La validation d’une nouvelle date reste toutefois suspendue à une dérogation de la Cour constitutionnelle, sans que l’on sache exactement quand la Cour sera saisie. L’éventuel second tour de la présidentielle et celui des législatives – pour lesquelles quelque 1 800 candidats sont en lice – sont prévus le 16 janvier.

    Retard de livraison des urnes

    Justifiant le report du vote, le chef du gouvernement par intérim a déclaré que les urnes avaient été reçues tardivement. Mettant ce retard sur le compte de « problèmes d’avion et de fret », il a assuré que le matériel électoral se trouvait désormais à Bangui. « Il faut le faire avec du matériel sophistiqué pour éviter la fraude. Le report est nécessaire si on veut avoir des bons résultats », a déclaré Mahamat Kamoun, qui a expliqué que certains assesseurs devaient encore être formés à utiliser ce matériel.

    Commentant ce changement de dernière minute, le porte-parole de l’ONU Stéphane Dujarric s’est voulu optimiste. « Je ne dirais pas qu’il s’agit d’un revers » pour le processus de transition, a-t-il estimé. « Étant donné la situation de sécurité très délicate dans le pays, il est important que ces élections se tiennent dans les meilleures conditions possibles », a-t-il souligné. Et de rappeler que l’ONU (Minusca) va continuer à aider à distribuer les bulletins de vote et à soutenir les forces de sécurité de République centrafricaine.

    A lire également  Remise d’un appareil de radiologie numérique au centre de santé du plateau, mercredi
    A lire également  bagarre devant La Poste : Plusieurs blessés et de nombreux dégâts

    Un défi logistique et sécuritaire

    Sur le plan logistique l’organisation des élections est un défi, vu l’état des moyens de communications, particulièrement des routes et de la téléphonie. La présence de groupes armés issus de l’ex-Séléka ou des milices majoritairement chrétiennes et animistes anti-balaka, qui tendent des embuscades le long des axes routiers, compliquent les modalités de tenue du scrutin.

    Quelque10 000 Casques bleus de la force Minusca sont mobilisés pour assurer la sécurité du vote et aider à l’acheminement du matériel électoral (urnes, bulletins) tandis que les forces de sécurité nationales restent embryonnaires. « La Minusca, en partenariat avec les forces de sécurité intérieure centrafricaines et (la force française) Sangaris, veilleront à ce que chaque Centrafricain puisse voter en toute sécurité », a indiqué mercredi la force onusienne, précisant que des mesures avaient également été prises pour « protéger les candidats » en campagne.

    Malgré les obstacles, dans ce pays de 4,8 millions d’habitants parmi les plus pauvres au monde, les électeurs se sont massivement inscrits sur les listes électorales, témoignage d’une forte volonté d’en finir avec la loi des armes.

    Avec AFP et Reuters

    Articles récents

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles