Les trois enjeux du Sommet de la Francophonie

Élection de la secrétaire générale de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), participation des chefs d’État et étude des demandes d’adhésion à l’organisation : le point sur les trois sujets à surveiller lors du XVIIe sommet de la Francophonie, qui se tient jusqu’au 12 octobre à Erevan, en Arménie.

• Comment se passera l’élection de la secrétaire générale ?

Le suspens autour du duel entre la secrétaire générale sortante Michaëlle Jean et la ministre rwandaise des Affaires étrangères Louise Mushikiwabo est largement redescendu depuis mardi soir. Le Canada et le Québec, deux des principaux soutiens de Jean, ont en effet fait savoir dans des communiqués qu’ils ralliaient le « consensus » autour de la candidature rwandaise.

Reste à savoir comment se déroulera la sortie de Michaëlle Jean, elle qui était si déterminée à se défendre jusqu’au bout. Son entourage dit encore espérer un débat lors du huis clos des chefs d’Etat. Aura-t-il lieu et, si oui, laissera-t-il des traces ?

• Combien de chefs d’État feront le déplacement ?

Le succès de ce genre de sommet se mesure souvent au nombre de chefs d’État et de gouvernement présents. La possible confrontation entre la France et le Canada a un temps fait craindre une faible participation, inquiétude qui ont depuis disparu.

L’Arménie attend une quarantaine de chefs d’État et de gouvernement, ce qui parait optimiste – ils étaient 17 à Antanarivo en 2016. La venue de Charles Michel (Belgique), Patrice Talon (Bénin), Justin Trudeau (Canada), Denis Sassou Nguesso (Congo-Brazzaville), Emmanuel Macron (France), Paul Kagame (Rwanda), Macky Sall (Sénégal) ou encore Idriss Déby Itno (Tchad) est confirmée.

Commentaires

commentaires