Les trucs et astuces des joueurs pour influencer les arbitres

9472dLes cris, les roulades et les coups de bluff: les joueurs utilisent toute une palette de techniques pour influencer l’arbitre. Avec plus ou moins de réussite.

«J’ai pas touchéééé»

Prenons une action typique sur le sujet, tirée du match Rennes – Lille lors de la 4e journée. A la 69e minute, Giovanni Sio, lancé en profondeur, percute le gardien du Losc Vincent Enyeama et obtient un penalty (qui ne sera pas marqué) et l’expulsion de son adversaire. Sur cette action, deux techniques ont été utilisées pour forcer la décision de l’arbitre: la chute au-devant du gardien et le geste des bras voulant dire: «Il ne l’a pas touché». Une phrase devenue célèbre grâce à Brandao, qui se prenait quand même des cartons quand il l’utilisait…

Se rouler par terre

En Ligue 1, il existe d’autres procédés pour essayer d’influencer les arbitres. A Lyon, par exemple, il y a un certain Mathieu Valbuena qui n’a pas son pareil pour accentuer les fautes qu’il subit. «Au bout d’un moment, les arbitres te connaissent et savent comment tu es. Ils peuvent se tromper une fois mais ils regardent des vidéos et connaissent les caractéristiques de chaque joueur», explique un joueur de Ligue 1, qui a réclamé l’anonymat. «Il exagère mais il y a souvent faute et les arbitres ne les sifflent pas.»

Hurler

Les Troyens, eux, en utilisent un autre: le hurlement sur un tacle. Yoann Court et Corentin Jean s’en sont servi avec un volume rare lors de la défaite contre Caen (1-3, 5e journée), comme s’ils avaient été sauvagement agressés (1’14’’ sur la vidéo). Sans réussite : M. Varela ne s’était pas laissé avoir : il n’avait sanctionné ni Ronny Rodelin, ni Alaeddine Yahia…

Encercler l’arbitre

Se regrouper autour de l’arbitre pour lui mettre la pression après un gros tacle d’un adversaire, c’est une pratique que toutes les équipes partagent. Mais elle n’est pas travaillée. «Dans mon cas, ça vient naturellement. Je ne dis pas que c’est bien. Mais, moi, je suis né comme ça. C’est très difficile de changer», raconte notre témoin. «Les arbitres parlent avec les arbitres de touche, le quatrième arbitre. Quand ils prennent une grosse décision, ils la prennent à quatre. Je ne pense pas que l’on arrive à les influencer.» Alors pourquoi le font-ils ? «On leur demande des explications…»

Confisquer le ballon

Il existe deux autres méthodes couramment utilisées. La première est insupportable, mais elle fonctionne: attraper le ballon avec les bras quand on se retrouve au sol. Les arbitres accordent le plus souvent la faute et ne mettent pas de carton pour cette main volontaire. L’autre est plus marrante.

Jouer le bluff

Quand les équipes encaissent un but, il est fréquent que tous les joueurs lèvent les bras pour contester, en espérant qu’un hors-jeu ou une faute quelconque soit sifflée. Ça ne sert à rien, le but est toujours accordé. «Quand on est joueur, on ne s’en rend pas compte», sourit notre professionnel témoin. Alors pourquoi le faire? «Sur une action, tu peux beaucoup gagner ou beaucoup perdre, c’est difficile d’accepter leurs décisions. C’est vrai qu’ils font parfois des erreurs. Il faut l’accepter.» Et faire pareil avec les joueurs qui utilisent parfois ces techniques, même si ça nous fait rire…

Lequipe.fr

Comments are closed.