LETTRE OUVERTE A MOMAR NDIONGUE

CRISE D’INTERPRETATION

Dans une Lettre Ouverte publiée le 7 Mars 1994, Serigne Cheikh Tidiane Sy dénonçait la Crise d’Interprétation en ces termes : « Il n’y a de crime plus odieux que d’appliquer à une réalité un nom qui ne lui convient pas. C’est une sorte d’insulte destinée au ciel. » Un esprit buté ne peut et ne doit nullement s’aventurer à interpréter les discours d’un Chef Spirituel de la trempe de Serigne Moustapha Sy. Et vous fallait-il dicter tout ce tas d’inconvenances pour arriver à faire croire que l’homme est incohérent dans sa démarche ? Et le plus triste encore reste le fait que vous ayez pour cible un  Responsable Moral dont chacune des paroles ou paraboles ne cesse de peser sur la conscience collective, et ceci d’année en année. Qu’il fascine ou qu’il dérange, il reste l’un des leaders à avoir formé une génération d’hommes spirituellement fort, intellectuellement bien servis et socialement utiles.

ET ENCORE UNE HORREUR MEDIATIQUE !

Il faut être un pur produit de « l’Horreur Médiatique » pour oser s’inviter dans le cercle des hommes les plus savants du commun des mortels. Le Coran dénonçait l’ignorance des savants avec un ton qui attirerait même l’attention d’un néophyte en ces termes ; « Et malgré leur savoir, ils agissent en égarés. » Il ne suffit pas de disposer de diplômes universitaires ou d’avoir versé dans de hautes études de journalisme pour pouvoir interpréter les dits d’un homme dont le verbe sublime et les volontés confirmées surpassent de loin les esprits rachitiques.

Dans votre Article de ce Lundi 26 Septembre sur Dakarmatin, le premier aspect qui choque reste le fait d’évoquer une dichotomie. Si Serigne Moustapha Sy reste « scotché », comme vous le dites, à la fois à la politique et à la religion, c’est parce que ces deux domaines sont liés à l’image d’une feuille de papier dont il est toujours impossible de dissocier les deux faces. Tout musulman initié à l’Histoire Sainte sait parfaitement que le Prophète de l’Islam (psl) a été à la fois Chef Politique & Guide Religieux. L’on se souvient encore de son choix de soutenir les chrétiens dans ce domaine au détriment des perses. Quand on enfourche le cap de propagateur de la Philosophie Mahométane, on ne peut faire autrement. Si vous préférez plutôt l’atmosphère des bibliothèques ou s’entremêlent les récits en plusieurs tomes de l’histoire de la Conscience Universelle, je vous renvoie au christianisme avec le clergé. Il a fallu que des hommes malintentionnés comme Constantin 1er s’empare du pouvoir à Rome pour que le mariage de raison entre la politique et la religion passe à une simple alliance conjoncturelle. Phénomène qui s’observa, avec l’évolution, partout dans le monde et dans les trois religions révélées. Il est bel et bien l’affaire des hommes politiques et non celle des hommes religieux, qu’ils soient d’appartenance chrétienne, musulmane ou juive.

 

NDIGEUL ET AUTRES HISTOIRES

Serigne Moustapha Sy n’est pas que le guide de « betes  éléctorales » comme vous dites-Il faut être d’une arrogance démesurée pour parler de la sorte,- il est aussi un leader d’opinions qui sait éclairer le chemin de milliers de Moustarchidines pour éviter que pas mal de chefs politiques parsèment leur chemin d’embuches. Quant au Ndiguel dont vous faites allusion, vous versez dans une incohérence pour une raison assez simple : quand on se déclare disciple d’un guide, on en fait un « directeur de conscience »….A quoi bon vouloir se faire orienter pour bénéficier d’une source de grâce et en même temps être libre dans ses choix dans le cadre du vote? Et votre ton montre parfaitement que vous faites des guides cités des « citoyens ordinaires » dont on en a « marre-à-bout », alors laissez leur donc le droit de créer une organisation politique, parce que vous savez autant que moi que ceux dont les sénégalais ont marre, c’est plutôt les adeptes de l’obscurantisme politique. Et tenez-vous bien ! Un ndigeul ne se prononce pas de la sorte. Il passe par des « canaux de communication» que vous êtes loin de maitriser. Un de vos ainés journalistes soutenait d’ailleurs qu’on n’enseigne pas la communication à un Moustarchidine, puisque le cadet du Mouvement sait où et quand recevoir une information. Aussi « Dougnou Gaganetiko thi Mbédd » (l’opinion publique ne peut leur servir de source). Ne confondez donc pas témoignage et consigne de vote.

Ce qui demeure choquant dans vos écrits, c’est surtout le fait que vous n’avez compris, encore moins interprété aucun des discours de Serigne Moustapha Sy, mais plutôt les titres à la Une des journaux, et ceci depuis 1993. Et un savant arabe du siècle passé de rétorquer : « Les lieux ou s’exposent les journaux sont devenus des espaces ou  la dignité des âmes honnêtes se vend à des prix défiants toute concurrence. » Et que dire à l’ère des réseaux sociaux et autres sites d’actualité ? Les propos de l’oiseau téméraire face aux menaces de Salomon avaient été interprétés comme suit par Serigne Moustapha Sy : « Je viens, de ce pas, vous fournir une information vérifiable, vérifiée et de source sure. » Il faut être vacciné contre la jalousie et les « mixtures » de mensonges et d’indignité pour pouvoir prendre le temps d’écouter et de reporter dignement les dits d’un guide spirituel. Autrement, on ne peut avoir pour sources, et donc pour recours, que des coupures de presse recueillies çà et là, et qui en disent beaucoup sur la promotion de la médiocrité. Le fait que vous soutenez que le guide en question s’adressait à ces disciples dans une conférence de presse en dit beaucoup sur votre ignorance de la méthode de l’homme.

 

IL EST VRAI QUE LE RIDICULE NE TUE PLUS

C’est triste de voir à quel point la Crise de Mémoire sévit dans ce pays. Comment est-ce que le Livre d’Abdou Diouf pourrait-il servir d’élément justificatif dans cette démarche ? Même les anciens collaborateurs de « l’homme au destin démagogue » ont témoigné de l’incohérence qui peignait le contenu de ces feuilles. L’on sait que de 1988 à 1995, d’aucuns se demandaient si Serigne Cheikh Tidiane Sy n’avait pas pris un bail pour la postériorité. C’est seulement le 8 Avril 1995 qu’il refaisait surface, suite à une demande de Serigne Moustapha Sy, pour une conférence publique au CICES. L’on sait aussi que la réaction de Serigne Moustapha Sy, que vous jugez hostile à l’égard d’Abdou Diouf, faisait suite au journal crée de toutes pièces et publiant à la Une des propos injurieux à l’égard de l’homme au Djelaba, complot que le régime de l’époque avait tramé. Et vous dites vrai. Le ridicule ne tue plus, du moins il ne le faisait pas lorsque le Président Abdou Diouf, que vous citez, soutenait dans son ouvrage qu’il a été comme « inspiré », un soir, du fait qu’Al Maktoum allait le laisser tomber. Et oui ! Les politiciens sont les vrais marchands d’illusion pardi !

Et en citant Serigne Moustapha Sy, vous évoquez la chose politique à l’image d’un jeu d’échec et de la stratégie dans lequel il tente en vain d’être toujours le premier à jouer sur un nouveau registre. Il faut aller demander à ceux qui soutenaient que le D.M.W.M est un mouvement illicite et illégal s’ils sont arrivés à le dissoudre ; ou mieux, faire de vos accointances avec les socialistes un socle pour rapprocher Ousmane Tanor Dieng, et l’interpeller sur le fait qu’il ait soutenu que Serigne Moustapha Sy et Serigne Cheikh Tidiane Sy sont les seuls guides religieux devant bénéficier du droit de prendre parti dans l’arène politique, puisque c’est l’histoire de ce pays qui leur a attribué un tel mérite. Et à quoi bon vouloir s’improviser avocat du diable, au risque de refuser le fait que pas mal de votes dans ce pays étaient loin d’être transparents ?

 

VOUS AVEZ DIT DESILLUSION ?

Vous évoquez un terme que Serigne Cheikh Tidiane qualifie comme n’étant nullement dans son jargon, celui de désillusion. Aucune réalité ne peut surpasser la logique de ces hommes, encore moins celle de leurs disciples nourris à la sève de l’enseignement prophétique. Vous dites de quelqu’un qui s’est déclaré, il y’a de cela une dizaine de jours, «enfant gâté du ciel », qu’il a soutenu être un « looser ». Tant s’en faut. C’est parce que chez vous, les « winners » sont ceux qui gagnent des élections tout en continuant à perdre la confiance des sénégalais et en n’arrivant guère à servir correctement le peuple.

Laissons aux sénégalais le soin d’interroger convenablement leur conscience et de choisir leur camp. Un « marchand d’illusion » peut être encore plus raisonnable qu’un esprit rachitique qui met sa dignité aux enchères, histoire de ternir l’image des âmes honnêtes. Et si vous vous engagiez à mener une lutte plus noble, celui évoqué par le tonitruant Jean François Kahn, de combattre l’Horreur Médiatique tout en promouvant l’Honneur Médiatique ? Et si vous vous battiez pour que chaque journaliste de cette nation qui nous est très chère puisse avoir l’intelligence de son langage à l’élan séducteur et non instructeur ?  A moins que la prophétie des frères Goncourt n’ait sa place ici : «  Dans le journalisme, le malhonnête est celui qu’on paie pour avoir l’opinion qu’il n’a pas. » Ce qui mène forcément à la logique de Jules Janin : « Le journalisme mène à tout, à condition d’y sortir. » Faites vos jeux Momar Ndiongue, s’il vous reste encore un peu de logique et de bon sens à l’esprit.

Maam Cheikh

 

 

 

 

 

 

 

Comments are closed.