More

    LETTRE OUVERTE A  NOS PARLEMENTAIRES(Par Ousseynou NIANG)

    A un peu moins de trois mois des prochaines élections législatives qui verront le renouvellement des députés pour cinq années encore, il nous parait important au regard des énormités relevées au cours de cette douzième législature, de rappeler à travers la présente contribution ce que doivent être le rôle et le comportement d’un représentant du peuple.

    Il n’est pas toujours aisé de s’approprier la représentation de certaines personnes qui affirment que « les hommes sont devenus fous ». En ce sens que pour nous, il ne s’agit aucunement d’une psychose mais tout simplement d’une perte de repères humains qui conduit certains individus à disputer aux animaux leurs espaces de prédilection existentielle. Ils ne prennent pas le temps d’analyser, d’observer et de reconnaître le contexte dans lequel ils évoluent. Ce qui rend problématique leur évolution dans une  société où chaque individu cherche à poser ses marques. D’où cette tendance, pour bon nombre d’entre eux, à reproduire une sorte de jungle où les plus faibles et les plus vulnérables, physiquement, socialement et intellectuellement ont cette impression d’être défavorisés. Il faut souligner qu’aucun effort référentiel n’a été consenti par nos représentants pour procéder à une optimisation des jalons d’humanisme posés amoureusement et consciencieusement par ceux qui les ont précédés. Certains individus n’ont aucune idée de cette distance qui les sépare de ces repères, d’où cette impérieuse nécessité  de faire l’effort de lever le voile qui couvre leur  visibilité et une facilitation de leur accessibilité.  D’aucuns diront que c’est le monde à l’envers, mais pour nous c’est plutôt l’envers d’un monde qui laisse apparaître au grand jour cette autre face cachée de la nature humaine qu’il n’est pas toujours indiqué d’exhiber sous le soleil bienfaisant de l’amour et de la fraternité entre les hommes. Une attitude souvent adoptée par certains de nos représentants au  niveau des institutions électives et nominatives.

    « Être député n’est pas un métier mais  une mission patriotique »

    Aussi est-il indiqué, pour eux, de procéder à une sorte d’introspection sur leur existence propre, de  mesurer les chemins parcourus, les obstacles surmontés, le nombre de désillusions et de déceptions enregistrées pour accéder à la station que l’on occupe au sein d’une institution censée défendre les intérêts des populations. Être député n’est pas un métier mais  une mission patriotique, une action républicaine qui se veut sacerdotale. Car le mandant et le mandataire sont liés l’un à l’autre par leur destin national collectif. Dans cette optique, il est quelquefois bon de s’arrêter un instant et d’avoir le courage de discerner que le nombre d’obstacles qu’il reste à franchir est souvent plus imposant mais aussi plus éprouvant  que ceux traversés. L’important est de savoir se munir d’un courage politique et civique et prendre conscience de la fonction que l’on occupe quelles que soient les vicissitudes et les incertitudes auxquelles on est confronté.

    Il faut se préparer à une évolution, mais non à une révolution, qui oblige à tourner la page du populisme pour se détacher de l’aventurisme politicien et ainsi jouer un rôle dans le processus de développement avec une volonté affirmée de répondre aux attentes et préoccupations des populations. D’où la nécessité de faire preuve d’un engagement argumenté pour assurer le devenir meilleur des populations, car les objectifs politiciens ne peuvent être les mêmes que ceux qui impulsent la conscience citoyenne. Un représentant à l’obligation de rendre audible la voix du peuple, non point en usant d’élucubrations politiciennes mais par la pertinence et  la cohérence des actes qu’il pose. Il doit savoir s’engager dans des chantiers porteurs qui épousent les contours des sacro-saints principes de droiture et d’honnêteté intellectuelle.

    Il peut paraître insultant de considérer l’autre comme quantité négligeable, quelqu’un dont on peut se servir pour satisfaire ses ambitions personnelles pour ensuite le repousser sans ménagement, une fois ses ambitions politiciennes satisfaites, parce que l’on a plus besoin de ses services. Toutefois, il existe des individus qui sont condamnés à accepter servilement les fantaisies de l’autre, l’essentiel et qu’ils puissent profiter aussi longtemps que possible de ses largesses. Aucune position sociale, économique ou intellectuelle, quelle que soit son importance ne peut servir de prétexte pour estimer que l’on est plus important ou plus utile que son semblable.

    « Chaque femme ou homme qui prétend pouvoir occuper des fonctions électives ou nominatives doit avoir cette capacité de s’approprier les préoccupations des populations »

    Dans cette optique il nous revient, chacun en ce qui le concerne, de privilégier l’intelligence de notre rapport avec l’autre pour affiner et parfaire notre perception du monde et des choses. Chaque femme ou homme qui prétend pouvoir occuper des fonctions électives ou nominatives doit avoir cette capacité de s’approprier les préoccupations des populations en épousant étroitement les contours de leurs spécificités et particularités culturelles. Sans ce préalable, sa représentativité au niveau de quelque sphère de consultation ou de décision qu’il soit ne saurait être objective mais purement subjective, voire outrageusement égoïste. Il s’agit ainsi, pour ceux et celles qui assument ou comptent assumer cette tâche de représentation nationale, d’effectuer une nette différenciation entre d’une part, les points de vue individuels et d’autre part ces préoccupations et attentes exprimées ou non exprimées par les populations. Des réalités socioculturelles et politiques qui doivent faire l’objet de problématiques auxquelles il faut apporter des réponses appropriées parce que circonstanciées.

    « Un représentant patriotique doit pouvoir se pencher sur les contraintes et exigences liées à la mission qui lui est confiée »

    Dans cette perspective, nos représentants au niveau des instances électives comme nominatives, se doivent  de faire preuve d’une capacité d’écoute, d’une modestie et d’une discrétion à toute épreuve. Ils se doivent de prendre en charge et véhiculer, vers qui de droit, les besoins   exprimés, mais aussi non exprimés, des populations dont ils se sont portés garants et, par voie de conséquence, s’atteler à leur satisfaction au lieu de s’adonner à des guéguerres de positionnement ou d’autorité.

    Un représentant patriotique doit pouvoir se pencher sur les contraintes et exigences liées à la mission qui lui est confiée  en se sentant doté d’une certaine dimension humaine qui doit inspirer respect et considération. Sous ce registre, la satisfaction des besoins des populations ne doit et ne saurait être éclipsée, voire confinée, sous les lambris d’ambitions personnelles. D’autant que c’est en s’efforçant d’apporter des solutions aux problèmes des populations, que la femme ou l’homme qui se réclame du statut de représentant du peuple dispose de plus de crédit et de sympathie au sein des populations, avec tout ce que cela comporte comme dévouement. Ce n’est pas en agitant à tout bout de champ le spectre de sa personnalité, ses origines sociales, confessionnelles et culturelles que l’on peut se mettre en évidence face à ses concitoyens. Une attitude  souvent perçue comme frustrante par ce vaillant peuple qui sait ce qu’il veut, avec qui il le veut, comment il le veut et quand et où  il le veut. Le respect qui s’attache aux fonctions de représentant du peuple passe d’abord par celui que l’on doit accorder à son pays et à son peuple pour mieux le répercuter à ses collègues au niveau de l’hémicycle. L’hémicycle ne saurait être le démembrement d’une instance de quelque formation politique que ce soit, mais un haut lieu de la représentation nationale, toutes chapelles politiques confondues.

    « L’hémicycle, est une institution qui symbolise le pluralisme politique »

    Alors il revient aux représentants du peuple au sein des différentes instances et autres postes de responsabilité étatique, de faire preuve de retenue afin de se mettre exclusivement à la disposition et au service exclusif de ce peuple,  au propre comme au figuré,  mais surtout avec la manière.  Il appartient à nos représentants  de se départir de ce   comportement  plus politicien que politique et éviter de s’adonner à des querelles de chapelles et de positionnement, voire des   invectives, des batailles crypto personnelles qui remettent en question le caractère démocratique de nos institutions. Certaines questions d’ordre politiciens, intra-partisans ne peuvent trouver solutions au niveau de la représentation nationale, car ne devant être connues et prises en charge que par les instances compétentes d’une famille politique. Agir autrement serait faire preuve d’un affaissement  démocratique dans le cadre des fonctions confiées aux uns et aux  autres au sein des institutions électives comme nominatives. Ces actions individuelles contribuent à détériorer profondément l’image d’une formation politique et écornent cette mouvance démocratique qui doit être partagée par tous et ne confortent aucunement cette faculté de dépassement démocratique qui doit exister au sein de l’hémicycle.

    L’hémicycle, est une institution qui symbolise le pluralisme politique et culturel de notre pays et maintient l’équilibre civique.  Etre un représentant digne de remplir cette noble et sublime fonction c’est d’abord savoir et surtout comprendre comment défendre l’honneur, la dignité de son peuple et l’intégrité de son pays, c’est aussi participer pleinement et significativement à la moralisation du paysage politique. Attitude qui doit trouver son répondant à travers les actes posés par nos représentants pour mieux répondre aux attentes des populations qui passe par une réelle prise  en compte  de leurs aspirations légitimes. Il incombe à nos représentants, à travers les actes qu’ils posent, d’esquisser les fondements d’un environnement socioculturel et politique sain et serein en prévenant les injustices et les déviations au niveau de leurs institutions respectives. Il faut que nos représentants soient en mesure de maintenir un lien solide et durable avec les populations dans l’optique d’un bien-fondé de leur fonction afin de parvenir à défendre énergiquement, non point leur personnalité, mais les aspirations des populations dans toute leur diversité. Les parlementaires ont obligation de s’engager dans un processus qui participerait à offrir à nos populations les conditions d’une tranquillité et d’une confiance aux actions  entreprises ou à entreprendre dans le strict respect des principes démocratiques assujettis au respect des lois et règlements en vigueurs au niveau de la représentation nationale.

    « Un (e) élu (e) du peule ayant à cœur de remplir ses fonctions doit savoir  éviter des élucubrations politiciennes »

    Nos parlementaires doivent ainsi mesurer l’étendue et soupeser le poids de cette confiance que des millions de sénégalaises et de sénégalais ont placé en eux leur offrant l’honneur de siégeait dans cette honorable institution. Ne pas en tenir compte équivaudrait à dévoyer les principes démocratiques, au profit de prétentions bassement politiciennes et adopter un comportement iconoclaste en foulant aux pieds cette courtoisie qui doit sous-tendre une cohabitation respectueuse dans une assemblée qui se veut républicaine. Une bonne appréciation des préoccupations des sénégalais appelle un  comportement pondéré qui prend en compte la paix des cœurs et des esprits, de même que l’amélioration du cadre de vie des populations. Un (e) élu (e) du peule ayant à cœur de remplir ses fonctions doit savoir  éviter des élucubrations politiciennes, à la limite immatures, qui mettent à nu  une incapacité de prendre et/ou de proposer des initiatives pertinentes et cohérentes allant dans le sens de l’élaboration  de décisions législatives et/ou réglementaires objectives. Ce faisant il apparaît nécessaire d’établir une rationnelle  adéquation entre d’une  part les statuts et règlements de en vigueur au sein de l’hémicycle et d’autre part les textes régissant les activités des appareils politiques. Dans cette optique nos représentants doivent s’aménager la possibilité et une honnêteté intellectuelle indispensable à cette obligation de légiférer et statuer en toute objectivité sans apriori politicien.

    Ils doivent se rendre compte que cette farandole de calculs politiciens ne participe aucunement d’un souci d’assainir le climat social que des errements ne peuvent que rendre délétère, voire étouffante. Qu’ils ne perdent pas de vue que leur objectif ultime c’est de s’attaquer rationnellement aux défis qui interpellent notre pays. Malheureusement c’est sous ce prisme déformant que s’inscrit l’impertinence que l’on constate chez bon nombre de nos parlementaires dont les actions sont en porte-à-faux avec l’engagement pris au nom du peuple. Illustration d’une dégénérescence politicienne qui décrédibilise, non seulement le parlementaire, mais aussi et surtout la formation politique qui l’a propulsé au sein de l’hémicycle.

    « L’hémicycle est une institution qui ne saurait être érigée en forum de stupidités »

    Bon nombre de nos représentants « forts-en-gueule » perdent de vue que le poids, voire la charge politique, des  dérapages verbaux observés, à l’occasion de manifestations et cérémonies solennelles, ne contribuent pas à redorer le blason de certaines familles politiques. Lesquelles comptent dans leurs des femmes et des hommes pondérés qui, pour rien au monde, ne se prêteront à de tels écarts de langage dégradants à la limite minoratifs. Des comportements qui portent atteinte à la conscience citoyenne au sérieux qui doivent présider aux débats de notre représentation nationale.

    L’hémicycle est une institution qui ne saurait être érigée en forum de stupidités où l’on se plaît à débiter des propos insultants, offensants et blessants à l’endroit, non seulement de collègues, mais aussi des membres du gouvernement et par ricochet un manque de respect à nos compatriotes.

    En ce sens que les propos tenus doivent s’inscrire dans un processus qui garantit le respect des règles démocratiques. Certains représentants se targueront d’une jeunesse laquelle ne peut être synonyme d’inconscience, d’insolence, d’arrogance et surtout de manque de respect à l’égard de personnes qui doivent avoir l’âge de leurs parents. Malheureusement il faut reconnaître que le comportement  d’une certaine jeunesse politicienne n’est que le pâle reflet de celui qu’ils adoptent au sein de leur environnement. En ce sens qu’il ne faut pas perdre de vue que le comportement d’un individu est souvent fonction de son éducation informelle, et par extension du contexte socioculturel dans lequel il évolue et qui lui colle à la peau. Il serait politiquement suicidaire  d’ignorer que la confiance accordée à un ou une  responsable politico administratif est fonction de l’intérêt et de l’importance ficelée aux attentes et préoccupations des populations, qui doit faire l’objet d’un renouvellement positif pour être durable.

    « Occuper une station politico-administrative ne peut être synonyme d’étalages de médisances moins encore d’un je-m’en-foutisme insultant »

    Nos parlementaires et autres aspirants politiciens et postulants politico-politiciens, qu’ils soient jeunes ou moins jeunes, doivent garder à l’esprit que ce n’est point par l’arrogance, le port hautain et l’insolence que l’on saurait remplir pleinement et dignement, une fonction  de représentants du peuple. Occuper une station politico-administrative ne peut être synonyme d’étalages de médisances moins encore d’un je-m’en-foutisme insultant. Adopter une telle attitude équivaut à ne  rien comprendre à la mission de représentation populaire dans une instance de délibération et/ou de décision. Quel que puisse être l’âge ou la position sociale d’un parlementaire, la seule préoccupation qui doit mesurer ses ambitions au niveau de la représentation nationale, c’est une coexistence saine  avec ses collègues illustrer par une mutualisation du respect. Certes le Sénégal est entré de plein pied dans la modernité avec tout ce que cela comporte comme contraintes et exigences qui drainent avec elles des attitudes qui sont loin d’épouser les contours de nos particularités et spécificités culturelles dans ce qu’elles ont de meilleur. Aussi il serait illusoire de perdre de vue que le Sénégal reste un pays profondément ancré dans ses traditions et coutumes qu’illustrent la respectabilité des actions, la décence des actes posés et surtout la retenue dans les propos. Une donnée socioculturelle qui interpelle et oblige nos parlementaires à porter un nouveau regard sur le panorama politique qui s’offre et qui fait des populations les maîtres du jeu non point politicien mais républicain.

    « Notre pays doit savoir dépasser sa crise d’adolescence démocratique »

    Réalités socioculturelles dont doivent tenir compte nos parlementaires, et autres représentants aux différentes instances législatives et nominatives de notre pays. Une réalité  qui les invite à prendre en compte cette diversité culturelle convergente de nos composantes ethnolinguistiques, qui ne saurait  être politico-politicienne. Ce qui implique une exigence, politique et civique, d’accorder une attention toute particulière aux différentes particularités ethnolinguistiques des populations, pour effectuer des ajustements au niveau de leur comportement dans l’optique  de la sauvegarde, de la protection et de la promotion de notre patrimoine culturel matériel et immatériel.  Il appartient à  celles et ceux qui prétendent vouloir assumer  cette délicate tâche de représentation nationale parce que dotés de cette capacité d’effectuer une nette séparation entre, d’une part les points de vue individuels et d’autre part ceux collectifs qui doivent faire l’objet de problématiques auxquelles il faut apporter des solutions adéquates parce que circonstanciées.  Il faut par voie de conséquence que nos parlementaires sachent faire œuvre d’efficacité, mais surtout de perspicacité. Notre pays doit savoir dépasser sa crise d’adolescence démocratique, d’où une obligation d’analyser sereinement les situations politiciennes pour donner une nouvelle impulsion à l’action politique.  Dans cette optique il est impérieux de prendre en compte les besoins exprimés et même non exprimés des populations au niveau de la représentation nationale, sous régionale et internationale.

    Il ne peut être question d’ergoter sur la souveraineté et l’intégrité de notre pays comme des textes qui régissent sa gestion, son organisation et son administration. Chaque  responsable politique, qu’elle que puisse être la fonction qu’il assume, la station qu’il occupe  et la mission qui lui est confiée au niveau de l’hémicycle, doit se sentir  porteur d’une charge patriotique et républicaine qui doit inspirer ses actions de tous les jours. Le comportement de nos représentants, particulièrement nos parlementaires, engage la crédibilité et la gravité de la mission que leur ont confiée le peuple, mais aussi leurs formations politiques lesquelles se doivent de procéder à un dosage et un équilibrage rationnels de leur casting. La fonction de parlementaire est une transmission de souveraineté populaire qui exige la moralisation du paysage politique et la sérénité du contexte socioculturel. L’assainissement socioculturel et politique s’impose à chacune et chacun d’entre eux. Ce qui doit leur conféré une certaine clairvoyance dans les actions entreprises ou à entreprendre au niveau de la représentation nationale, avec tout ce que cela exige comme affection pour son peuple et son pays. La fonction parlementaire constitue une position stratégique pour la prise en main des attentes des populations qui exige vivacité et engagement de se placer, éventuellement, au-dessus de la mêlée. Pour cela il faut éviter de se soumettre au timing des politiciens de métiers tapis dans l’ombre et qui souvent tirent les ficelles. D’autant que la sauvegarde de notre intégrité et la défense de nos institutions ne sauraient être éclipsées, moins encore garrotées, par les tergiversations et les ambitions personnelles des uns et des autres.

    « Nos représentants doivent garder à l’esprit qu’ils sont face à un  peuple »

    A lire également  A quoi joue Me El Hadji Diouf?
    A lire également  Retard, absence de bulletins de vote, manque d'organisation,.... Un scrutin catastrophique

    C’est en s’efforçant d’apporter des solutions aux problèmes auxquels sont quotidiennement confrontées nos populations, qu’elle que puisse en être la portée ou le poids,  que celui ou celle qui se réclame du statut de représentant du peuple, dispose de cette légitimité qui confère plus de crédit à son action et, par voie de conséquence susciter plus de sympathie, de la part  des populations. Ce que ne peuvent  déchiffrer certains politiciennes et politiciens de métier en  perte de crédibilité. Ce  n’est pas en agitant à tout bout de champ le spectre d’une personnalité en mal de confirmation, qui se targue d’une affiliation traditionnelle, confessionnelle ou confrérique circonstanciée que l’on peut se mettre en évidence et s’autoriser tous les écarts. Nos représentants doivent garder à l’esprit qu’ils sont face à un  peuple qui sait ce qu’il veut, comment il le veut et quand et où  il le veut et qui à la force et l’aptitude de choisir ses représentants au niveau des institutions. C’est cette même prise de conscience qui existe chez nos formations politiques, même si parfois ils commettent des erreurs de casting de représentativité. Certains leaders des formations politiques, exception faite de ceux qui ont du mal à grandir socialement et politiquement, possèdent cette faculté de discernement et cette capacité de dépassement qui leur permet de se mettre au-dessus de toute subjectivité politicienne au sein des institutions électives comme nominatives. Ces personnes jamais ne s’adonneront à des dérapages au sein de cet honorable et respectueux hémicycle dans lequel certains représentants sont arrivés par défaut.  

    Il revient aux représentants du peuple, mais surtout du parti au pouvoir et de la coalition majoritaire, au sein de ces différentes instances et autres postes de responsabilité étatique, de savoir faire preuve de courtoisie afin de faire honneur au peuple et  se mettre à la disposition de ce peuple, dans le fonds comme dans la forme mais surtout avec la manière. Négliger cette  ligne de conduite ôterait toute intégrité aux actions entreprises et à entreprendre parce que perçue comme étant subjective et égoïste. Une impression populaire à laquelle les femmes et hommes politiques doivent accorder une attention toute particulière s’ils veulent survivre dans cette jungle politicienne. Réalité  qui ne doit point échapper à  nos représentants au niveau des institutions électives comme nominatives. Il appartient à nos parlementaires de savoir s’appuyer sur une argumentation socioculturelle pour ainsi pouvoir donner du poids à leur action politique. Ils doivent se pencher de plus près sur les préoccupations des populations qui doivent, en tout temps, appuyées des propositions et des prises de décision qui peuvent comporter des répercutions durables sur le cadre de vie des populations.

    Une manière de démontrer la rationalisation des actes posés qui épousent étroitement les contours des attentes de leurs concitoyens. Une représentation nationale suppose rigueur, vigilance, discrétion et surtout  une réelle prise en compte de l’actualité souvent brûlante qui fait le quotidien des populations. Il faut que, par les actes posés, les parlementaires, et autres représentants, laissent percevoir que leur poids au niveau de l’hémicycle est réel et peut poser sur les décisions administratives et politiques. Pour cela, il leur faut inéluctablement être à même de consacrer aux actes qu’ils posent pour pouvoir décrypter ses lentes mais nécessaires mutations qui, souvent imperceptiblement mais graduellement, se produisent, au sein de leurs localités respectives en particulier et du pays en général. Ces femmes et hommes doivent pouvoir, rationnellement, faire remonter les attentes de leurs bases vers le haut.  Pour cela il leur faut avoir ce sens profond de la dignité et de décence politique. Toutefois il faut admettre, que patriotiquement, opposition ne rime pas toujours avec agressivité.  

    « Être représentant du peuple c’est surtout savoir défendre l’intégrité et l’honorabilité de son pays »

    Être un représentant ou une représentante du peuple capable, intellectuellement et moralement, de remplir cette noble et sublime fonction, c’est d’abord savoir ce que l’on est, pourquoi on  l’est et surtout  pouvoir assurer pleinement cette mission de défense de l’honneur et la dignité de son peuple. Être représentant du peuple c’est surtout savoir défendre l’intégrité et l’honorabilité de son pays à travers les actes que l’on pose pour mieux répondre aux préoccupations des populations et prendre en compte ses aspirations légitimes.  Les propositions de lois d’une part, et les actes posés d’autre part, doivent jeter les bases d’un environnement politique structurant  en prévenant les injustices et les déviations, pour offrir au pays et au peuple les conditions d’une causalité citoyenne assujettie au respect des lois et règlements en vigueur. Notre pays le Sénégal n’a nullement besoin de tels énergumènes qui n’ont pas leur place dans les instances de décisions et de régulation des actes administratifs et politiques et qui ne font point honneur à leur famille politique.

     

    « La jeunesse qui effectue un saut générationnel se doit faire valoir l’argument de la pondération »

    Ils doivent œuvrer pour l’urgence de la satisfaction des besoins des sénégalais, invite à une paix des cœurs et des esprits, la tranquillité et la sérénité des foyers et des familles entérinées par des actes pertinents et cohérents dans les prises de décisions législatives et réglementaires. 

    Pour sa part la jeunesse qui effectue un saut générationnel se doit faire valoir l’argument de la pondération et de la circonspection pour se faire le prolongement d’une partie de ce qui caractérisent  nos traditions et coutumes. Dommage que cela ne soit pas toujours le cas avec une certaine forme de représentation frontale et brutale. Ce qui implique, de la part des élus, cette capacité de faire montre d’une forte dose de patriotisme dénué de toute considération partisane. Faut-il encore une fois le rappeler, le patriotisme constitue le socle de l’éthique politique et de la morale citoyenne parce qu’obéissant à une aptitude de l’individu à s’approprier solidairement et résolument le fait social pour l’inclure dans sa démarche politique. En ce sens qu’il apparaît  comme étant une démarche républicaine indispensable à  une prise en charge de l’ensemble des aspirations des populations et à une recomposition tangible du contexte sociopolitique. Illustration  d’un patriotisme qui soit à même d’offrir à l’élu(e) l’opportunité et la capacité de procéder à une opération de progression des perspectives qui permettent l’évaluation d’un problème en fonction de la diversité des points de vue sous lesquels il se présente ou a été présenté. Ce qui inévitablement suppose un courage politique susceptible de relever les défis des controverses qui pourront se présenter lors des discussions soulevées par la question. Ce qui suppose une prédisposition à accepter les conditions posées par le contexte socioculturel et politique qui s’affirment dans le cadre de débats contradictoires et, par voie de conséquence, établir leurs modalités d’application qui doivent nécessairement se fonder sur  des argumentations rationnelles. Approche qui participe d’une optimisation de la démarche entreprise qui soutient sa communication auprès des populations.

     

    Nos parlementaires doivent se départir de cette incohérence, voire d’une confusion, politicienne qui souvent les habite et qui veut que tout progresse même si cela n’est pas toujours conforme à la réalité. Prise de position adoptée pour conforter leurs chapelles politiques  simplement parce que l’on n’est pas du même bord. Il s’agit là de la forme la plus pernicieuse et la plus nocive  la plus malhonnête, la pire duperie politicienne qu’un représentant du peuple puisse adopter au sein d’une instance de décision, de proposition ou de consultation.

    « C’est voguer à contre-courant que de croire que l’action politique est synonyme de grossièreté »

    Toutefois il importe de se faire à l’idée que les populations n’ont pas le même logiciel que les politiciens de carrière.  Nos représentants ont cette fâcheuse manie d’adopter des comportements qui mettent à nu leur inaptitude à   légiférer et statuer en toute objectivité au nom du peuple et pour le peuple. Alors politiquement et civiquement s’établit ainsi une réelle fracture entre eux et les populations. Par voie de conséquence ils doivent se rendre compte que la seule donnée qui mérite d’être prise en compte reste l’effort à déployer pour la satisfaction des besoins des sénégalais qui ne peut s’effectuer qu’à travers une efficace prise en charge de leurs aspirations légitimes. C’est voguer à contre-courant que de croire que l’action politique est synonyme de grossièreté, voire de dureté des propos. Elle se veut être objectivité, rigueur, respect, courage et probité intellectuelle mais aussi éthique et vertu morale. Certes notre pays le Sénégal est entré de plein pied dans le modernisme et navigue dans les eaux quelquefois troubles de la mondialisation.

    Toutefois il ne faut point perdre de vue qu’il entend rester un pays profondément ancré dans ses traditions et coutumes. Une donnée sociologique qui interpelle nos représentants auprès des différentes instances électives comme  nominatives de notre pays il va ainsi falloir qu’ils se rendent compte des contraintes de notre diversité culturelle convergente de nos composantes ethnolinguistiques. En ce sens qu’ils se doivent d’accorder une attention toute particulière aux différentes expression culturelles, que renferment les composantes ethnolinguistiques de notre pays, dans l’optique de la sauvegarde, de la protection et de la promotion de notre patrimoine culturel matériel et immatériel. Hélas certains individus nombrilistes à souhaits et imbus de leur petite personne n’hésitent aucunement à s’enorgueillir de leur appartenance sociale ou confessionnelle pour tenter d’impressionner certains de leurs collègues et les populations. De tels individus ne peuvent s’arroger ce droit de se faire reconnaître comme représentants du peuple, mais plutôt ceux de leurs milieux socioculturels ou de leur corporation. Pour se réclamer et justifier une représentativité nationale il leur appartient de mettre en avant l’unité nationale afin de mieux cerner les réalités du contexte socioculturel et politique.

    Céder à l’attrait d’un nombrilisme politicien et individualiste constitue une  manière prétentieuse de fouler aux pieds les normes qui président aux idéaux de leur propre famille politique. Une attitude qui contribuerait à créer au sein de leur propre formation politique une réelle tension durable et destructive, car nourrissant l’antagonisme des personnes qui ne se reconnaissent pas à travers les démarches engagées par certains de leurs représentants. Démonstration que subsiste et s’amplifie, chez ces individus, une réelle ignorance des enjeux auxquels notre pays et notre peuple doivent  faire face tant en interne qu’en externe. Une cécité politique qui laisse apparaître le dénuement intellectuel de  bon nombre de nos représentants qui évolue dans une forme d’inconnu source d’une incapacité avérée de déceler les réels défis socio-économiques, culturels et environnementaux auxquels notre pays est confronté. Dans notre pays le Sénégal, la problématique à nos représentants  c’est la manifestation d’un réel patriotisme, une conscience citoyenne avérée et surtout la volonté affirmée  de servir dans l’optique de contribuer à une évolution conséquente et profitable à tous.

    « Pour être performant (e) un (e) représentant (e) doit savoir et surtout pouvoir franchir le mur médiatique »

    Une connotation politique, au sens étymologique du terme, que ne peut transcender la perception politicienne de bon nombre de pseudo-représentants du peuple. Une disposition politico-politicienne loin d’épouser les contours d’un contexte socioculturel et politique dont les orientations, voire les directions, leur sont  incompréhensibles, voire indescriptibles. Il leur est ainsi difficile d’imaginer la présence soutenue et prégnante d’une réalité politique jusque-là inconnue, voire que ne pouvait soupçonner cette vision réductrice qu’ils ont toujours eu des préoccupations et attentes des populations rurales mais aussi urbaines. Ce qui, du coup, bouleverse profondément leur représentation de la solution politicienne qu’ils avaient estimé plus conforme à leur ambition d’atteindre sans obstacle le sommet de la pyramide sociale. Une impression qui s’est avérée caricaturale face à la nature du terrain qui impose sa détermination socioculturelle et politique à celles et ceux qui se prétendent représentants du peuple. Un contexte profondément antinomique à leurs attentes politiciennes qui du coup se  transforment souvent en terrain hostile à leurs prétentions. Une situation qui les rend agressifs et méfiants à l’endroit de celles et  ceux  qu’ils soupçonnent de chercher, à travers les actes qu’ils posent, entraver leur ascension sociopolitique et freiner la réalisation de   leur projet.  

    Pour être performant (e) un (e) représentant (e) doit savoir et surtout pouvoir franchir le mur médiatique en cherchant à rehausser sa fonction à travers les actes posés et les initiations prises au niveau de l’hémicycle comme les impressions suscitées au niveau de la population. En ce sens que certaines réactions sont en antinomie avec le souci de prendre en considération les considérations et les obligations qui se rattachent à la fonction. Au sein de l’hémicycle, comme en dehors de ses murs et même plus, nos représentants sont confrontés à de nouvelles thématiques brûlantes qui ne souffrent pas de simplification en porte-à-faux avec cette  impression purement politicienne qui préside à leur démarche. Ces parlementaires se trouvent ainsi face à une réalité politique qui peut mettre à nu  leur inaptitude, voire leur impuissance, à faire bouger les lignes du développement socioéconomique, culturel et environnemental. Par voie de conséquence ils se doivent de ménager les caractéristiques cette diversité culturelle indispensable au renforcement de l’unité nationale parce que terreau de dialogue et de concertation.

    Une évidence socioculturelle qui anime  un peuple  désireux d’atteindre un but commun parce trempant sa conviction dans une foi inébranlable animée par une volonté affirmée d’y parvenir dans une parfaite communion des cœurs et des esprits.

     

    Ousseynou NIANG.

    diadilniang@gmail.com

    PS: Les intertitres sont de la rédaction

     

    Articles récents

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles