L’intégration du Maroc à la Cédéao: Les réserves de l’économiste, Idrissa Yaya Diandy

L’intégration du Maroc à la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao) devrait être corrélée à un certain nombre de « critères de convergence économique » entre les états déjà membres de cette organisation, estime l’économiste Idrissa Yaya Diandy, enseignant à l’Université Cheikh-Anta-Diop de Dakar.

« La création d’une zone économique suppose l’existence d’un certain nombre de préalables et de facilités des Etats membres. S’il y a trop de disparités entre les adhérents, il peut y avoir des effets non désirés », avertit M. Diandy.

Il intervenait à un atelier de formation du Collectif des journalistes économiques du Sénégal (COJES), dimanche, à Saly-Portudal (ouest), sur « le rôle de la monnaie dans des économies comme le Sénégal ».

« Le Maroc a une économie beaucoup mieux structurée que celle des autres pays de la Cédéao. Si ce pays adhère à l’espace Cédéao, tous les efforts de convergence déployés par les pays appartenant aux deux institutions (la Cédéao et l’UEMOA) en vue de la création d’une zone monétaire optimale seront anéantis », prévient Idrissa Yaya Diandy.

Il estime en cas d’intégration du Maroc à la Cédéao, « il y aura une très grande hétérogénéité à cause de laquelle il serait très difficile pour ces pays de partager une monnaie commune ».

« Pour qu’il y ait une zone monétaire optimale, il faut que le développement des pays ne soit pas trop grand. Il faut que les niveaux de développement des pays membres soient proches les uns des autres, pour qu’il y ait une politique économique cohérente », a souligné M. Diandy.

Pour que des Etats aient une monnaie commune, il faut qu’ils aient « une économie monétaire com

Commentaires

commentaires