Londres souhaite renforcer son partenariat avec Dakar après le Brexit

 La Grande-Bretagne souhaite devenir le premier investisseur au Sénégal dans les années à venir a affirmé, vendredi, son ambassadeur à Dakar, George Hodgson.
« Ici au Sénégal, nous nous attendons à ce que la Grande-Bretagne devienne, dans les années à venir le premier investisseur non seulement dans le secteur pétrolier et gazier, mais aussi grâce à une panoplie d’autres investissements dans l’agriculture et les énergies renouvelables », a-t-il dit.
S’exprimant lors d’une conférence sur « L’impact du Brexit », organisée dans le cadre des « Vendredis de Supdeco », il a affirmé que l’objectif du Royaume Uni, après sa sortie de l’Union européenne (UE) sera de renforcer ses partenariats et son engagement avec les pays africains.
’’En quittant l’Union européenne, nous continuerons à offrir aux pays en développement, une trentaine en Afrique dont le Sénégal, un accès à notre marché en franchise de douane ainsi qu’une diminution des tarifs douaniers sur l’exportation », a dit le diplomate Britannique.
M. Hodgson a soutenu que son pays souhaite « intensifier » ses accords commerciaux avec les Africains. Il promet que l’aide au développement sur le continent, estimé à plus de cinq milliards d’euros par an, restera un élément important dans ces relations.
’’L’Afrique et la Grande-Bretagne entretiennent des liens historiques, linguistiques, culturelles, économiques et institutionnelles. Nous sommes les premiers investisseurs en Afrique. Nous consacrons près de cinq milliards d’euros par an à l’aide au développement sur le continent », s’est-il félicité.
Le représentant de la diplomatie britannique au Sénégal a souligné que « l’Afrique est un continent en mouvement avec une population estimée à un milliard. Ce chiffre sera doublé d’ici 50 ans. Ce qui prévoit une importante croissance économique ».
’’Le poids du continent va augmenter et les opportunités seront énormes pour l’Afrique elle-même, et pour le reste du monde », a dit M. Hodgson, qui précise que le « commerce sera au cœur de leur partenariat avec l’Afrique ».
Le diplomate Britannique a aussi assuré que son pays s’engage à relever, avec les Africains, les défis de l’emploi, de la croissance économique durable et équitable, la paix et la sécurité, ’’promouvoir la démocratie et bonne gouvernance et protéger l’environnement’’.
’’Nous avons prévu la création de nouvelles ambassades dans le monde et en Afrique ainsi que le renforcement de (notre) corps diplomatique », a annoncé George Hodgson qui a précisé que la Grande-Bretagne reste un pays européen et gardera de « bonnes relations avec l’Union ».
Le « Brexit » est une abréviation de « British Exit », désignant la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne.
Le 23 juin 2016, lors d’un référendum organisé par l’ancien Premier ministre David Cameron, 51,9% des Britanniques ont choisi de quitter l’UE.
Le 29 mars 2017, le gouvernement britannique a fait une notification formelle de quitter l’UE et dispose de deux ans pour préparer sa sortie effective de l’Union. Jusqu’à cette date, le pays reste donc membre de l’Union européenne.
Avec Aps

Commentaires

commentaires