More

    L’or n’est plus synonyme de valeur refuge

    3d rendered illustration of gold bars, close up
    3d rendered illustration of gold bars, close up

    Aux yeux des investisseurs, l’or n’est plus synonyme de valeur refuge en période d’instabilité politique et financière mais est devenu un instrument financier comme un autre. Ceux qui ont acheté du métal précieux au moment où il approchait d’un record de 1.920,30 dollars l’once ne recherchait ni protection ni diversification de leur portefeuille; il s’agissait juste de faire une plus-value rapide, l’or n’ayant alors aucun statut spécial à leurs yeux. Ces investisseurs ont largement contribué à la flambée des cours de 2008 à 2011, les 183 dollars l’once de gains annuels moyens dépassant largement les 80 dollars de la période 2001 à 2007.

    « Lorsque le marché montait, le nombre de clients investissant dans des fonds or avait augmenté de 185% », constate Adam Laird, gérant de fonds de Hargreaves Lansdown, observant que ces investisseurs y voyaient surtout un vecteur de croissance et non pas un produit de sûreté. Adam Laird ne voit pas l’or monter à court et moyen termes. « Le ralentissement de la croissance des marchés émergents ne peut pas soutenir la demande et les taux d’intérêt sont une menace constante », explique-t-il.

    Depuis son record de septembre 2011, le métal jaune a chuté de quelque 40% à 1.180 dollars l’once environ. Il a subi ses plus grosses pertes, de près de 30%, en 2013, année où la Réserve fédérale avait dit qu’elle pourrait bientôt réduire son programme de rachats obligataires, formule qui semblait préluder à un cycle de remontée des taux directeurs.

    Les tensions entre la Russie et l’Europe occidentale au sujet de l’Ukraine, l’instabilité au Moyen-Orient et la crise de la dette grecque, autant d’événements qui jadis auraient soutenu l’or, n’ont pas produit l’effet escompté et cela vaut aussi pour le risque d’atterrissage brutal de l’économie chinoise. Ce constat s’appuie aussi sur les recherches d’économistes de la Banque d’Angleterre (BoE), qui battent en brèche l’image de l’or comme valeur refuge face au risque et à l’incertitude.

    « Les investisseurs veulent quelque chose de plus pour conserver de l’or au regard des emprunts d’Etat dénués de risque », expliquent les économistes de la BoE Michael Chin et Zhuoshi Liu. « Nos conclusions vont à l’encontre de l’opinion commune voulant que l’or offre un degré élevé de couverture, au sens que ses rendements vont à rebours du cycle ». Les destinées de l’or dépendent aussi de celles des fonds indiciels (ETF) matières premières, où la décollecte a été forte. Ils ont perdu plus de 40% en volume, à 42 millions d’onces vis-à-vis d’un record de plus de 76 millions d’onces datant de décembre 2012.

    A lire également  L’ucad va acquérir 4.000 lits "fin Novembre"

    « L’un des traits marquants de la décennie jusqu’à fin 2013 a été l’explosion des ETF, qui a sans doute attiré quelques investisseurs en quête de spéculation, ce qui ne correspond pas à ce qui se faisait par le passé », relève Mick Gilligan, de Killik & Co. « L’or a été rentable quelques années et cette dynamique s’est sans doute prolongée plus longtemps qu’elle n’aurait dû », ajoute-t-il, précisant que son fonds a réduit son exposition sur l’or l’an passé. La flambée de l’or au début du XXIe siècle fut allumée par toute une série d’événements: l’éclatement de la bulle internet, les attentats du 11 septembre, la chute des taux américains à des niveaux sans précédent en 2003 et l’invasion de l’Irak, en 2003 également.

    A lire également  Chambre criminelle : Thierno Wade Faye tente de tuer son fils à coups de couteaux

    Les craintes de voir la politique monétaire ultra-accommodante des Etats-Unis, entre autres pays, déclencher une inflation galopante avaient également contribué à affoler le marché de l’or. Mais en fait, l’inflation est restée en basses eaux et Charlie Morris, gérant de fonds d’Atlas Pulse, ne voit pas en elle une véritable menace dans les années à venir. « (Néanmoins), s’il y avait un stimulant monétaire de grande ampleur, allant au-delà de l’assouplissement quantitatif (QE) et qui vise plus précisément la croissance nominale du PIB, alors l’inflation commencerait à remonter », dit-il.

    (Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Marc Joanny)

    Articles récents

    LES NOMINATIONS DU CONSEIL DES MINISTRES DU 23 SEPTEMBRE 2020

    Monsieur Pierre FAYE, Conseiller des Affaires étrangères, matricule de solde n° 624.511/C, précédemment Ministre-Conseiller, Conseiller technique au Cabinet du Ministre des Affaires...

    COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU 23 SEPTEMBRE 2020

    COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU 23 SEPTEMBRE 2020 Le Président de la République, Son Excellence Monsieur Macky SALL,...

    FORMES SÉVÈRES DU CORONAVIRUS : UN NOUVEAU MÉDICAMENT À L’ÉTUDE AU SÉNÉGAL

    Aucun remède n’a, jusque-là, été trouvé contre le virus de la Covid-19. Pour autant, les scientifiques du monde entier se tuent à...

    Urgent-Touba : Serigne Mountakha donne le Ndiguel pour la célébration du Grand magal…

    La décision a été confirmée par le Khalife général des Mourides, Serigne Mountakha Mbacké. Regardez...

    Limogeage de Me Moussa Diop: 3e mandat, l’arbre qui cache la forêt

    Me Moussa Diop a été limogé ce mercredi 02 septembre 2020 de la direction générale de Dakar Dem Dikk (DDD). Un limogeage...

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles