More

    Ma réponse à la réponse de Mody Niang

    J’attends qu’on nous montre à quoi il sert au sein de l’OFNAC qui n’a encore traité aucun cas de corruption depuis sa création le 28 décembre 2012

    Je commence par préciser que je ne me suis jamais considéré comme un analyste politique et je n’ai nullement la prétention de m’enjoliver de ces fioritures embarrassantes. J’ai remarqué que l’inspecteur de l’Education en retraite et aujourd’hui conseiller technique et porte-parole de l’OFNAC n’a pas mis de temps pour retrouver sa faconde caustique. Dans sa réplique peu amène parue dans le journal Le Témoin, dont je suis le chef du service politique, et sur le site SenePlus où je suis éditorialise, Mody Niang, furax et atrabilaire, me reproche, dans le titre de son texte du Témoin, de l’avoir traité de chien. Tous les lecteurs lucides qui ont parcouru sans passion ni haine mon texte savent qu’en aucun moment, je n’ai traité Mody de chien. Toutefois la référence à l’essai de Paul Nizan, Les Chiens de garde, n’induit pas que je traite le conseiller de Nafi Ngom de chien. Je suis toutefois étonné que l’inspecteur, qui manipule excellemment la langue de Molière et qui a prodigieusement produit plusieurs ouvrages et articles de presse, puisse comprendre que la seule évocation du titre de l’ouvrage de Nizan le classe dans la race des canidés.

    Sous l’emprise de la colère, Mody cite l’ouvrage de Nizan en parlant de Les Chiens se taisent. Certainement il doit avoir beaucoup lu l’œuvre d’Aimé Césaire Et les chiens se taisaient au point de la confondre avec celui de Nizan. Ce lapsus scripti en dit long sur le mutisme dans lequel s’est calfeutré Mody depuis sa prise de service à l’OFNAC. Je précise que même l’expression «chien de garde» n’a rien de péjoratif. Là, je renvoie le paranoïaque Mody à Edwy Plenel, le fondateur de Mediapart et ancien directeur de la rédaction du journal Le Monde qui, lors de son intervention à la Fnac de Strasbourg le vendredi 9 octobre 2009, à l’occasion de la sortie du livre du journaliste Philippe Gavi, Faut-il croire les journalistes ? disait que le journaliste a une fonction de chien de garde de la démocratie. N’est-ce pas valorisant ? Maintenant la cause que l’on défend peut pervertir le sens de l’expression qui trouble tant le porte-parole de l’OFNAC.

    Dans sa réponse vitriolée, le porte-parole de l’OFNAC, exaspéré, me traite péjorativement et avec morgue d’«individu» (homme que l’on ne veut pas nommer parce qu’on le méprise ou parce qu’on veut se moquer de lui. « Littré ») comme si, au bas du texte, il n’est pas signé Saliou Guèye dont le seul tort est de n’avoir pas compulsé sa riche bibliographie et son press-book. Notre disert Mody me fait grief d’être un prétentieux, un insolent et un donneur de leçons qui n’a rien écrit. Horresco referens ! Mon infertilité intellectuelle est passée par là.

    A lire également  Sécurité frontalière: l'Ong West Africa et ses partenaires veulent "briser les barrières"

    Parlant ainsi, je suis littéralement d’accord avec lui sauf que je préfère me cloîtrer mortellement dans mon silence plutôt que de produire des navets qui, en réalité, ne sont que des fatras d’attaques ad hominem patentes ou latentes.

    J’ai eu à parcourir les six contributions écrites en 14 mois (depuis sa prise de service à l’OFNAC en décembre 2014) par le conseiller technique de Nafi (cette brave et impavide femme qui fait partie des femmes qui travaillent plus qu’elles ne parlent, avec méthode, rigueur et honnêteté comme il semble l’insinuer dans son article «une administration meurtrie. La rupture promise toujours attendue ») et j’ai constaté qu’elles sont écrites dans la même veine avec le même feu et le même venin que celles crachées sur Abdoulaye Wade. A la seule différence que Mody, dans une posture bifide, essaie de ménager laborieusement la chèvre et le chou. La technique équilibriste est comprise. On frappe encore sans aménités sur le président Wade pour effleurer son successeur Macky Sall. Je considère que l’essentiel ne se trouve pas dans la noria des contenants mais dans la nature des contenus.

    A lire également  Pikine: Un tailleur viole une mineure de 13 ans

    Je ne terminerai pas mon propos impertinent sans préciser que je ne péjore pas en parlant des piges de Mody Niang à l’OFNAC. Et là je suis littéralement abasourdi quand l’inspecteur de l’Education s’emberlificote dans des considérations sémantiques et appréhende, au premier degré, le sens de mon propos. Je veux simplement dire, sans donner des leçons, que le pigiste, dans un sens par extension, est le travailleur qui est rétribué selon une tâche donnée. Je pourrais dire la même chose pour le mot «sulfureux» qui signifie dans un sens désuet «sarcastique».

    Toutefois je m’attends toujours à ce que le porte-parole (personne qui, officiellement ou de façon reconnue, exprime les idées d’une autre personne ou d’un groupe, parle en leur nom) de l’OFNAC qui doit sa présence dans cette structure grâce au Président Macky Sall (même s’il s’en défend mordicus) nous montre à quoi il sert au sein de cette structure superfétatoire qui n’a encore traité aucun cas de corruption depuis sa création le 28 décembre 2012. A moins qu’il ne fasse siens les propos de Julien Green : «le silence vaut mieux que n’importe quelle avalanche de paroles» et de San-Antonio : «parler est le plus moche moyen de communication. L’homme ne s’exprime pleinement que par ses silences». Je n’ose pas y croire, ce serait trop ubuesque.

    Cordialement !

    sgueye@seneplus.com

    Articles récents

    L’ÉTAT DU SÉNÉGAL ASSIGNÉ EN JUSTICE

    Le Sénégal encourt la condamnation aux Etats Unis. Selon l’Obs qui cite Inner City Press, un média spécialisé dans la couverture des...

    OFNAC : 20 RAPPORTS REMIS AU PROCUREUR DE LA RÉPUBLIQUE

    Invitée de l’émission Objection (Sud Fm), la présidente de l’Office national de lutte contre la corruption Seynabou Ndiaye Diakhaté a révélé que...

    URGENT : Décès de Idrissa Diallo maire de la commune de Dalifort.

    C'est une triste nouvelle qui vient de s'abattre sur la coalition Taxawu Sénégal de Khalifa Ababacar Sall. En effet l'un de ses...

    LA NOMINATION DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 02 Décembre 2020

    Monsieur Abdoulaye DIASSE, titulaire d’un DESS en Finance et d’un Master en Banque, est nommé Secrétaire général du Fonds de Garantie des...

    COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 02 Décembre 2020

    COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 02 Décembre 2020  Le Président de la République, Son Excellence Macky SALL,...

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles