Macky Sall est moralement disqualifié pour diriger le pays(Par Boubacar SADIO)

« Le ProphèteMahomet(PSL) faisait toujours montre d’un égard scrupuleux envers ses engagements. » (George Bernard SHAW) »
A l’issue d’un processus entaché d’irrégularités, d’injustices, d’illégalités et de pratiques dolosives de toutes sortes, sous la supervision, le contrôle et les directives fermes du candidat sortant, notre fameux Conseil constitutionnel atteint gravement et durablement d’incompétence congénitale, a fini de désigner les cinq candidats retenus pour briguer les suffrages des Sénégalais.
C’est ainsi que depuis le 03 Février a démarré la campagne électorale sur l’ensemble du territoire national et dans la diaspora. De l’avis de plusieurs observateurs la présente campagne parait morne, terne et sans un engouement particulier contrairement à ce qu’elle aurait dûêtre par rapport aux enjeux charriés par les nouvelles perspectives et opportunités qui se présentent favorablement pour notre pays. En effet, la découverte et l’exploitation prochaine du pétrole et du gaz, ainsi que les autres ressources existantes détermineront une nouvelle trajectoire et des conditions de développement plus amènes pour notre pays.
Il y alieu de constater objectivement, pour s’en désoler un peu, de la part des quatre candidats de l’opposition, une certaine réserve, une retenue et une pudeur qui frisent l’autocensure et ce, par rapport aux critiques acerbes et attaques en règle que devrait subir le candidat sortant.Il ne s’agit pas seulement de soumettre à l’appréciation des Sénégalais et à leur sanction des projets de société et de décliner des programmes de réalisations mais aussi de convaincre et d’expliquer que l’actuel régime est incapable de répondre aux préoccupations et de satisfaire les besoins existentiels des populations. Et pour ce faire, il faut forcément, obligatoirement et nécessairement, en se débarrassant de tout scrupuleinjustifié, dénoncer et mettre à nue les insuffisances, les tares, les incapacités et les dysfonctionnements du régime ; de même que la gestion calamiteuse de nos ressources et la mal gouvernance.
Une omerta, un silence gênant sont observés de la part de certains candidats de l’opposition qui donnent l’impression d’éviter de parler des déviances comportementales de Macky Sall.Les méfaits et les forfaitures du candidat sortant qui sont très souvent d’une gravité extrême doivent être dénoncés publiquement et de la manière la plus vigoureuse ; et il n’y a pas meilleure opportunité ni tribune plus et mieux indiquée que la campagne électorale. Il est bien vrai, et c’est le vœu de tous nos compatriotes, que nous voulons tous d’une campagne paisible et sans violence ; il n’en demeure pas moins qu’en pareille période, il soit concevable d’avoir des discours un tantinet percutants et mordants avec une petite dose de virulence propres aux joutes électorales. Nous ne sommes pas dans le cadre d’une simple et banale compétition sportive ou ne compte que la participation, il s’agit de solliciter les suffrages des Sénégalais pour présider à leur destinée. Le souci de vouloir rester dans le politiquement correct et le socialement acceptable ne doit pas constituer un facteur dirimant, un élément inhibiteur qui rendrait les uns et les autres amorphes ou timorés. Les candidats de l’opposition doivent s’inscrire résolument dans le registre de l’attaque à outrance pour contraindre Macky à la défensive ; s’il se permet de verser dans la raillerie et le persiflage, c’est tout simplement parce qu’il réalise qu’on le ménage sans raison.
Les discours de campagne ne doivent pas seréduire à des lieux communs, à des poncifs dont certains sont éculés, repris en chœur par les foules. On ne saurait exclurecette forme de communication qui est source de communion et relations fusionnelles entre le candidat et les potentiels électeurs ; mais elle ne doit pas dissiper la nécessité d’un discours solennel, sérieux, véridique et dense.
Les candidats de l’opposition semblent suivre le sillage du Président sortant qui, dans le cadre d’une stratégie bien pensée, développe une rhétorique sur ses réalisations. Et à chacun de faire des promesses sur la réalisation d’infrastructures au profit des zones visitées. Ce n’est pas une mauvaise chose. Ce qu’il faut comprendre, c’est que, contrairement aux autres candidats, le Président sortant est tenu de faire un bilan ; et ce bilan ne saurait porter sur les infrastructures. Un bilan se fait à partir d’un objectif initialement fixé, d’un cahier de charge.Il faut rappeler que le Président Macky s’est imposé lui-même son cahier de charge en déclarant officiellement et publiquement qu’il a été élu, non pas pour construire des routes et des ponts mais pour restaurer l’état de droit. N’avait-il pas dit « la gouvernance ne se réduit pas à construire des infrastructures ; une gouvernance, c’est aussi des valeurs morales, des principes et de l’éthique. L’établissement de l’état de droit sera ma priorité dans la conduite des affaires du pays. » Comme il est aisé de le constater, les exemples étant légion, les propos antérieurement tenus par le Président Macky Sall, nouvellement élu, sont en totale et pleine contradiction avec la triste et dure réalité vécue par les Sénégalais. Il a lamentablement échoué sur les objectifs et priorités majeurs qu’il s’était fixé ; et conscient de cela, il développe une rhétorique sur ses réalisations dont la plupart ne sont que des éléphants blancs, c’est à dire des infrastructures grandioses et couteuses mais d’une faible utilité. De nombreux spécialistes ont démonté à suffisance l’absence totale de rationalité tant au niveau des couts, de la pertinence que de l’opportunité. On pourrait en autres citer l’autoroute électoraliste « Ila Touba », nom qui n’apparait dans aucun document et le fameux TER, fermé aussitôt après avoir été inauguré ; un TER qui, en plus d’être futile, crée d’énormes désagréments aux populations dont les quartiers sont des ghettos urbains. Des opérations d’arnaque puériles, naïves et démagogiques. Ces réalisations sont, pour la plupart faites, à partir de dons, de prêts concessionnels ou d’alliances, vraiment pas de quoi pavoiser.
Les candidats de l’opposition devraient dans une première phase procéder à la déconstruction de la rhétorique présidentielle sur les réalisations et dans une seconde phase opposer à ce bilan infrastructurel son désastreux bilan axiologique. Un bilan axiologique qui fait apparaitre la moralité apocryphe de Macky Sall dans toute sa laideur. Le candidat sortant a, pendant sept ans, exercé un magistèrecaractérisé par beaucoup de reniements, moult abjurations, de multiples trahisons et plusieurs mensonges, faisant étalage de son énorme talent de bonimenteur. Ce serait fastidieux de les énumérer tous ; toujours est-il que le bilan axiologique du Président sortant Macky SALL, le disqualifie pour solliciter à nouveau les suffrages des Sénégalais pour un deuxième (je dis bien un deuxième) mandat qui sera plus catastrophique et davantage calamiteux pour notre pays aujourd’huidépossédé de sa souveraineté dans tous les domaines d’activités stratégiques. Et quand on est moralement disqualifié toutes les autres légitimités s’effondrent.
Chez nous Africains, l’imaginaire populaire considèreque le pouvoir d’un Président est d’essence divine, c’est pourquoi son titulaire apparait comme un êtreexceptionnel représentant de Dieu sur terre, par conséquent, paré de toutes les vertus, et qu’à ce titre sa parole ne peut qu’être est sacrée. Un chef ne doit et ne peut mentir. Malheureusement il a été constaté à suffisance que la parole de Macky SALL est instable, légère, dangereusement spécieuse et qu’elle ne mérite guère qu’on lui accorde un quelconque crédit. Le Président sortant a publiquement menti devant son peuple et la communauté internationale en niant des propos qu’il avait tenus ; une contre vérité démentie aussitôt et publiquement. Tout récemment l’ancien Président de la république Maitre Abdoulaye WADE l’ a publiquement accusé devant le khalife général des Mourides d’ avoir menti en déclarant avoir reçu de ses mains la somme faramineuse de sept milliards de nos francs.Jusqu’au moment où ces lignes sont écrites aucun démenti, aucune réaction. Il ne faudrait surtout pas, ce serait trop commode, se réfugier derrière l’âge avancé de Maitre WADE pour ne pas répondre.On ne doit pas accepter que son honneur soit bafoué par qui que ce soit, fut-il un saint. C’est un impératif pour le Président Sall de laver son honneur et publiquement, sinon il ne fera que confirmer sa réputation d’être porté sur le mensonge. C’est une image désastreuse qui le suivra tout le reste de sa vie. J’ai de la peine à parler de mensonge concernant une autorité et je m’excuse de la crudité du vocable, malheureusement je n’arrive pas à trouver une équivalence lexicale.
Ce qui est présentement déplorable dans notre cher pays, c’est le silence complicevoire coupable de nos élites intellectuelles, universitaires et religieuses qui semblent avoir perdu leur capacité d’indignation, de contestation, de revendication et leurrôle social de vigie et leurs fonctions reconnues de conscientisation pour que les équilibres sociaux soient maintenus. Accepter l’autorité d’une personne dont les comportements et attitudes sont des antivaleurs et des contrevaleurs, c’est nier sa citoyenneté et brader sa dignité. Que voulez-vous ? Le Dieu argent a réussi à imposer sa religion corruptrice à la société ou ceux qui sont censés éclairer les esprits, éveiller les consciences pour les extirper de l’obscurantisme, sont les premiers et les plus prompts à pactiser avec le diable par cupidité.
A tout prendre, concernant la présente campagne électorale, les candidats de l’opposition doivent réajuster leurs discours en insistant sur des propositions concrètes de dimension nationale et en dénonçant sans état d’âme le bilan axiologique du Président sortant qui doit être considéré par les Sénégalais comme disqualifié pour diriger le pays. Nous voulons un Président vertueux, juste, sincère et honnête à même de gérer nos richesses avec équité, égalité dans la transparence la plus totale sans favoritisme clanique ni ethnique et sans népotisme fraternel.
« L’âme, l’esprit et le sens de l’Etat reposent dans le droit, la justice et l’éthique »(Marcus CICERON)
VOTER EN FAVEUR DEMACKY, C’EST VOTER POUR L’HOMME QUI S’EST RENDU A PARIS POUR APPORTER SON SOUTIEN A« CHARLIE » QUI A OSE INSULTER NOTRE BIEN AIME ET ADORE PROPHETE(PSL).
Dakar le 18 Février 2019

Boubacar SADIO
Commissaire divisionnaire de police
De classe exceptionnelle à la retraite.

Commentaires

commentaires