More

    Madrid : jeu de cache-cache entre policiers et ambulants sénégalais

    marchands-ambulants-52664872WWW.DAKAR7.COM : Considéré par nombre d’africains comme un Eldorado, l’Europe peut se présenter comme un cauchemar pour beaucoup de migrants. Et ce ne sont pas les vendeurs à la sauvette qui squattent au cœur de Madrid la Puerta d’El Sol, la Grand Via, la Plaza de Tirso de Molina, entre autres. Composés en majorité de Sénégalais, ces ambulants, qui vendent des marchandises contrefaits – maillots, lunettes, sacs, montres, chaussures, accessoires de téléphone, produits de beauté pour femme etc. – sont de véritables athlètes qui jouent, à longueur de journée, au chat et à la souris avec les forces de police. Et, pour ne pas tomber dans les mailles des filets, ils ont mis en place un stratagème assez particulier. Toutes les marchandises sont étalées sur un drap avec deux cordes nouées sur les extrémités (voir photo). Ainsi, dès que l’alerte est donnée, les ambulants, en tirant sur les deux cordes, renferment toutes leurs marchandises à l’intérieur du drap avant de détaler comme des lapins.

    Une course-poursuite soutenue sous le regard hagard des touristes et l’indifférence des Espagnols habitués à ce jeu quotidien. Pis, jusqu’à 02 heures du matin, la traque se poursuit. Toutefois, un fait intrigue le reporter de Dakar7.com : à la vue de certains policiers, les vendeurs remballent leurs marchandises mais ne courent pas. Interpelé sur ce comportement, Pape Sène, habitant le Baol, s’empresse de préciser : «Ces policiers qui viennent de passer, appartiennent à la Police nationale. Ils sont très gentils contrairement aux Policiers municipaux qui nous mènent la vie difficile».

    A lire également  Adresse à la Nation du Président Macky Sall : Un discours sans âme

    A la question de savoir pourquoi avoir opté pour ce travail qui n’est pas de tout repos, Modou Ndiaye, habitant Louga, essoufflé à la suite d’un 100 mètres, répond : «Certes c’est fatiguant mais cela rapporte quatre fois plus qu’un emploi fixe. Par exemple, avec les maillots que je vends, je fais des bénéfices de plus de 70%». Avant d’ajouter : «Mais, des fois, on est arrêté et on doit s’acquitter d’une amende de 1000 Euros, c’est-à-dire 650.000 F Cfa, sans compter le fait que l’on confisque nos bagages. Mais, on parvient vraiment à s’en sortir. Les personnes, qui s’exposent à un rapatriement, sont celles ne disposent pas encore de papiers». La discussion est interrompue par un couple d’Allemands qui achètent des chaussures à 19 Euros l’unité après un marchandage serré car, le vendeur sénégalais parlait un anglais approximatif.

    A lire également  Ousmane Tanor Dieng prend ses marques à la tête du Hcct aujourd'hui

    Un job harassant qui demande de l’endurance, de la condition physique, de la patience mais aussi et surtout de la perspicacité. Autant de raisons qui font que, désormais, les immigrés sont armés de calculette avant de faire la plus petite dépense. D’autant qu’ils suent sang et eau avant de gagner le plus petit centime. Une situation qui doit être portée à l’attention de leur famille dont la plupart croient qu’en Europe, il suffit de claquer les doits pour récolter 100 Euros.

    L’Envoyé spécial de Dakar7.com à Madrid

    Articles récents

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles