More

    Malgré l’ouverture de la saison 2015 : le tourisme sénégalais toujours mal en point

    HotelLe tourisme sénégalais est loin de sortir du marasme dans lequel il est plongé ces dernières années, malgré les mesures annoncées par le Président de la République, Macky Sall, le 13 février 2015 dernier, à l’occasion de sa tournée économique d’une semaine en Casamance et lors de son adresse à la nation, le 3 avril 2015 dernier (veille du 55ème anniversaire de la fête de l’indépendance du Sénégal). La saison touristique 2015 s’est ouverte, depuis septembre, mais le secteur reste toujours timide. Profitant de sa tournée dans la partie Sud du Sénégal où le tourisme agonise, obligeant de nombreux réceptifs hôteliers à fermer leurs portes, le Chef de l’Etat prenait l’engagement de faire de la Casamance une «zone de priorité nationale touristique».

    Pour ce faire, il déclarait qu’il allait proposer à l’Assemblée nationale le vote d’une loi pour que tout opérateur touristique qui s’installera en Casamance ou qui s’y est déjà installé «soit exonéré de toutes charges fiscale et sociale pendant dix ans». Dans son message à la nation du 3 avril dernier, poursuivant dans sa volonté de relancer le tourisme plus globalement au plan national, Macky Sall soutenait : «J’ai décidé de prendre des mesures incitatives pour la relance du secteur touristique et l’allègement des frais de voyage de nos compatriotes de la diaspora. Ainsi, le visa payant pour l’entrée au Sénégal sera supprimé à compter du 1er mai 2015. La parafiscalité sur le billet d’avion sera réduite de 50% pour baisser le prix du billet. Seront concernées la redevance passager et la taxe de sûreté, dont le cumul s’élève à 8,4 milliards par an. Ces mesures s’ajoutent à la suppression du droit de timbres sur les billets d’avion. En outre, le Gouvernement engagera des consultations avec les compagnies aériennes à l’effet d’examiner la possibilité de réduire la surcharge carburant. Enfin, nous mettrons en place un crédit de 5 milliards de F Cfa en soutien au secteur hôtelier».

    Le Sénégal absent du rapport de l’Agence espagnole Bloom ConsultingDjouj

    Des mesures saluées par les acteurs du tourisme certes, mais insuffisantes pour relancer ce secteur. Il n’y a guère longtemps d’ailleurs, l’Agence espagnole Bloom Consulting, en collaboration avec The Economist, Cnn, Forbes, publiait son rapport 2014-2015, des meilleures destinations touristiques dans le monde entier. Le Sénégal est absent de la liste des 37 pays africains qui figurent dans ce classement. Dans ce classement où l’Afrique du Sud, figure en tête, suivie respectivement de l’Egypte, du Maroc, du Kenya et de la Tanzanie, on note les bonds en avant de pays comme les Seychelles, la Côte d’Ivoire. Pire, des pays pourtant instables comme le Soudan, le Zimbabwe, le Cameroun figurent dans ce classement.

    A lire également  AÏDA MBODJ SUR LA POLITIQUE AGRICOLE DE MACKY : « nous avons un gouvernement de Slogans vides »

    Pourtant, les atouts ne manquent au Sénégal pour vendre sa destination. Le Sénégal fait partie des pays stables en Afrique, il dispose d’un climat enviable, la «téranga» sénégalaise est louée partout dans le monde et sa gastronomie reste appréciée. Malheureusement, le Sénégal qui a fait du balnéaire son principal produit touristique souffre d’année en année de l’érosion côtière. Malgré l’annonce par Chef de l’Etat de la mise sur pied d’un fonds de crédit de cinq (5) milliards de F Cfa pour appuyer les structures, le secteur hôtelier ne bénéficie pas de financement de la part des banques commerciales locales. Par rapport à d’autres destinations en Afrique, le budget pour la promotion Sénégal reste faible. Là où des pays comme l’Afrique du Sud, l’Egypte, le Maroc, la Tunisie ou encore le Kenya disposent de budgets atteignant ou dépassant 20 milliards de F Cfa, au Sénégal, le fonds de promotion de la destination ne fait même pas un milliard de F Cfa. Conséquence, la destination Sénégal est peu connue sur certains marchés comme en Scandinavie, en Grande Bretagne, dans certains pays asiatiques ou d’Amérique latine émetteurs etc.

    A lire également  Accusé d’avoir désavoué Bamba Fall lors du Sen, Khalifa Sall dément et met les points sur les «i»

    Une promotion timide à cause d’un manque de moyens

    Depuis, plusieurs années, le bureau de promotion touristique du Sénégal à Paris est fermé, alors que la France reste notre principal marché. Cette année, les officiels sénégalais ont brillé par leurs absences au Salon international de Paris (Top Resa 2015) à cause d’une peccadille entre le ministre Maimouna Ndoye Seck et le Dg de l’Agence sénégalaise de promotion touristique (Aspt). Au moment où le Sénégal déserte des marchés émetteurs comme la France, l’Espagne, l’Italie, ses concurrents ou ses voisins eux y sont présents. Récemment, au cours d’une de ses sorties, le Président du Syndicat national patronal du tourisme, M. Mamadou Racine Sy fustigeait. A l’en croire, le déficit de communication des autorités sénégalaises, lors de la saison touristique de l’an dernier, sur le virus Ebola, a poussé les touristes à fuir le pays alors que la Gambie faisait le plein. Dans ces conditions, rien d’étonnant, malgré les mesures prônées par le gouvernement du Sénégal, des hôtels ferment leurs portes, mettant de centaines de travailleurs dans la rue. Bien loin, la période où le tourisme, après la pêche, était le fleuron de l’économie sénégalaise.

    www.dakar7.com

    Articles récents

    PSG : Très bonne nouvelle pour Idrissa Gana Gueye

    Lors de la victoire du Paris Saint Germain (PSG) face à Nice 3-0, Idrissa Gana Gueye a été contraint de céder sa place à...

    LES NOMINATIONS DU CONSEIL DES MINISTRES DU 23 SEPTEMBRE 2020

    Monsieur Pierre FAYE, Conseiller des Affaires étrangères, matricule de solde n° 624.511/C, précédemment Ministre-Conseiller, Conseiller technique au Cabinet du Ministre des Affaires...

    COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU 23 SEPTEMBRE 2020

    COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU 23 SEPTEMBRE 2020 Le Président de la République, Son Excellence Monsieur Macky SALL,...

    FORMES SÉVÈRES DU CORONAVIRUS : UN NOUVEAU MÉDICAMENT À L’ÉTUDE AU SÉNÉGAL

    Aucun remède n’a, jusque-là, été trouvé contre le virus de la Covid-19. Pour autant, les scientifiques du monde entier se tuent à...

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles