More

    Mamadou A. Sow interpelle le Sg du Gouvernement sur l’absence de contrôle des actes législatifs et règlementaires…

    Mamadou SowMonsieur le ministre,

    En vertu de l’alinéa 5 de l’article 3 du décret n° 2002-1152 du 3 décembre 2002 relatif à l’organisation des services du Premier ministre, le Secrétariat général du gouvernement «assure l’enregistrement unique, la publication et la notification, après contrôle, des lois, ordonnances, décrets, arrêtés et décisions…». L’exploitation de plusieurs Journaux officiels nous amène à la conclusion que vos services n’assurent pas, comme il se doit, le contrôle des actes législatifs et réglementaires avant leur publication au Journal officiel (J.O.). Les développements qui suivent en donnent la preuve.

    Comment peut-on expliquer :

    • La publication dans deux J.O.  d’une même loi à savoir la loi uniforme n° 2014-01 du 6 janvier 2014 relative au traitement des comptes dormants dans les livres des organismes financiers des États membres de l’Union monétaire ouest-africaine (UMOA). En effet, ladite loi a été publiée au J.O. n° 6792 du 24 mai 2014 (pages 668 à 672) puis au J.O. n° 6823 du 6 décembre 2014 (pages 1499 à 1503).
    • La publication d’un arrêté en date du 7 octobre 2014 dans un J.O. du 8 mars 2014. Il s’agit de l’arrêté primatoral n° 16878 portant création et fonctionnement du Comité de pilotage de l’étude sur le système de rémunération au sein de l’administration, publié au J.O. n° 6778 du 8 mars 2014 (page 232).
    • La publication de la loi n° 2013-11 du 31 décembre 2013 relative à la deuxième loi de finances rectificative pour l’année 2013 dans deux J.O. (n° 6782 du 29 mars 2014 aux pages 309 à 331 et n° 6823 du 6 décembre 2014 aux pages 1497 à 1499). Au surplus, les deux textes de loi ont des contenus différents.
    A lire également  Faux et usage de faux et association de malfaiteurs : La Dic démantèle des réseaux de faussaires

    Monsieur le ministre,

    Conformément à l’article 11 du décret du 3 décembre 2002 précité, la Direction de l’Imprimerie nationale est rattachée au Secrétariat général du gouvernement. Je saisis cette occasion pour vous sensibiliser sur le fonctionnement de l’Imprimerie nationale, qui fut un maillon essentiel dans la promotion de la transparence avec la publication régulière de tous les actes réglementaires. Mais, voilà au moins deux décennies que cette structure est devenue moribonde. Or, elle devrait être à l’heure actuelle un partenaire privilégié pour beaucoup de services administratifs. Aujourd’hui, l’État et les collectivités locales dépensent beaucoup d’argent au titre de commandes d’imprimés officiels qu’on aurait dû confier à notre Imprimerie nationale. À défaut de recevoir directement certaines commandes publiques, elle devrait être en mesure de pouvoir participer aux marchés publics, sous réserve évidemment de mettre à sa disposition les moyens humains, matériels et financiers nécessaires.

    A lire également  Un temps stable pour les prochains jours

    Monsieur le ministre,

    Sur un autre registre, à ce que nous sachions, le gouvernement en place est un gouvernement qui a opté pour la transparence et le respect de la légalité, pouvons-nous alors savoir pourquoi ledit gouvernement se refuse de publier au J.O. les décrets d’application de la loi portant création de l’OFNAC, violant de ce fait les règles d’applicabilité des actes réglementaires. Je vous prie d’agréer, Monsieur le ministre, l’expression de ma haute considération.

    Mamadou Abdoulaye SOW

    Inspecteur principal du Trésor à la retraite

    Ancien ministre

    Articles récents

    Exclusif-Air France licence 17 de ses employés à l’AIDB.

    L’horizon s’assombrit pour le personnel de la compagnie Air France au Sénégal. Selon des informations de Guestuinfo, la compagnie aérienne française a...

    Mariage : Mbathio reçoit 5 millions, une parure en or et une bague en diamant

    A l’heure où ces lignes sont écrites, Mbathio Ndiaye est en train de recevoir sa dot. Elle est composée d’une somme de...

    Moustapha Diakhaté: « C’est une escroquerie…! »

    L’ancien président du Groupe parlementaire Benno Bokk Yakkar, Moustapha Diakhaté n’accorde aucun crédit au rapport qui sera délivré par la mission d’information...

    Une plainte contre le ministre de la Justice du Sénégal au tribunal de Paris

    Me Malick Sall, ministre de la Justice du Sénégal, appréciera ! Le journaliste Adama Gaye n’a pas encore dit son dernier mot dans...

    CE QU’ON NE SAIT PAS DES 1086 MILLIARDS DE CHIFFRES D’AFFAIRES DE LA SONATEL

    En 2019, Sonatel avait déclaré avoir réalisé un chiffre d’affaires à hauteur 1086 milliards de F CFA. Cette somme déclarée avait suscité...

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles