More

    Mamadou Mbodji Diouf, membre du BP du PS: « Ceux-là qui auront fait cette option d’une liste parallèle auront délibérément choisi de ne plus être des militants du parti socialiste « 

    L’homme fait partie des fidèles de Ousmane Tanor Dieng. Mamadou Mbodji Diouf,, membre du Bureau politique du Parti socialiste n’hésite pas à monter au créneau à chaque fois que son leader est attaqué. Dans cette interview accordée à Dakar7. com, Mbodji Diouf analyse la crise qui prévaut au sein de son parti divisé en pro-Tanor et pro-Khalifa. Même s’il considère cette crise artificielle, Mbodji prévient que le PS ne tolérerait pas une liste concurrente aux prochaines législatives de 2019 au risque de se faire sanctionner.  « Le parti en tirera les conséquences et les fauteurs en subiront les méfaits. », dit-il.

    Le Parti socialiste est profondément divisé du fait de votre alliance avec Benno Bok Yakaar. Le parti survivra-t-il à cette crise?
    Je ne pense pas que le Parti socialiste soit divisé. Ce que certains de nos camarades veulent assimiler à une « division », serait plusieurs plutôt une forme de dissidence d’un groupe minoritaire qui cherche à contraindre une majorité. Il faut noter que dès lors qu’il n’existe aucune instance dédoublée ou qui ait déclaré ouvertement sa scission du reste du parti, on ne peut parler que de divergences de vue davantage vulgarisées par les médias. Ces quiproquos ne résultent pas uniquement de notre alliance avec Benno Bokk Yakaar, mais elles remontent plus loin encore avec le débat sur la candidature naturelle du PS. Cela pour dire qu’on y verrait plutôt une bataille de positionnement au sein du parti.
    Comme en 2012, malgré toute la cacophonie qui s’était installée, au final, il n’y eut qu’un candidat en l’occurrence Ousmane Tanor Dieng, sans passer par des primaires faute de challengers crédibles.
    On peut dire que cette dissidence n’en sera qu’une de plus, et le parti finira par la dépasser d’une façon ou d’une autre. 

    Les pro-Khalifa Sall accusent Tanor Dieng d’avoir vendangé le parti pour des intérêts purement personnels. Vous en dites quoi ?
    C’est un mauvais procès qu’on fait au Président Ousmane Tanor Dieng dans la mesure où, depuis 2000, toutes les décisions sont toujours validées par la majorité des militants et selon nos procédures. D’une part, nous nous inscrivons toujours dans notre logique du « gagner ensemble, gouverner ensemble » telle que les militants en avaient décidé à la veille de l’élection présidentielle de 2012 et dans l’entre-deux-tours avec l’avènement de Benno Book Yakaar. Ces « pro-khalifa Sall », comme vous dites, ne peuvent pas faire la pluie et le beau temps au parti socialiste. Les militants et les responsables à la tête des instances sont conscients qu’ils appartiennent à une organisation structurée qui fonctionne sur la base de textes. Ils ne peuvent donc pas s’inscrire dans la logique d’un militantisme de PRO-UNTEL ! Chez nous les hommes passent, amis l’institution demeure.
    Si Tanor Dieng voulait vendanger les intérêts du parti, il n’aurait pas attendu douze ans pour le faire. Les appels du pied d’Abdoulaye Wade durant tout son magistère n’ont jamais trouvé une oreille attentive auprès de la direction du parti. Nous sommes bien conscients des enjeux politiques de l’heure et des perspectives de notre parti. Toute démarche de notre part suit donc une logique que des querelles de positionnement avant l’heure ne sauraient gêner.
    Le Ps pourrait-il soutenir la candidature de Macky Sall en 2019 ? Si oui, à quel prix ?
    Posée en ces termes, la question manquera de pertinence. En 2012, le parti socialiste avait bien soutenu Macky Sall en tant que candidat de Benno Bokk Yakaar, au second tour. Cela avait résulté d’un engagement, pris au sein de l’opposition d’alors, qui voulait que le candidat le mieux placé et qui accédait au second tour devait être soutenu par les autres.
    On n’en est pas encore à cette situation là, mais le parti a bien indiqué qu’il aura un candidat à la prochaine élection présidentielle. Le plus important à retenir est que le candidat sera choisi conformément aux procédures en vigueur et au cours d’un congrès d’investiture. Cela sous-entend que quand nous y serons, il y’aura un appel à candidature avec l’option d’élections primaires si on enregistre plus d’une candidature. En d’autres termes, le dernier mot revient toujours aux militants et à eux seuls !

    De plus en plus, on évoque la candidature de Khalifa Sall en 2019. Pensez vous qu’il peut valablement défendre les couleurs du parti ?
    Les compétences ne font pas défaut au parti socialiste. Une dizaine de candidats et de présidentiables peuvent sortir de nos rangs. Khalifa Sall a du mérite, car il a montré ce qu’il vaut en tant que maire de la Ville de Dakar. D’autres camarades tous aussi compétents ont montré leurs compétences en tant Ministre, Directeur de sociétés nationales, Député ou autres. Le souci de ménager les ambitions personnelles de tous ceux-là qui peuvent avoir en ligne de mire notre candidature à l’élection présidentielle, nous amène donc à écarter l’option d’une candidature naturelle. D’ailleurs Khalifa Sall et Aissata Tall Sall en furent les plus grands pourfendeurs à la veille de la présidentielle de 2012. Il serait donc incohérent de soutenir une candidature naturelle, d’autant plus plus que, si cela était à l’ordre du jour le Président Ousmane Tanor Dieng en serait le seul détenteur !

    La décision du PS d’aller avec BBY aux prochaines législatives ne fait pas l’unanimité. Peut-on s’attendre à des listes parallèles ?
    En démocratie, on ne peut asseoir la prise d’une décision sur une unanimité. La démocratie c’est la loi de la majorité dans la prise en compte des positions minoritaires. Mais elle ne saurait être le diktat d’une minorité sur une majorité ! Cette décision relève d’une volonté exprimée par une très grande majorité des militants à travers des consultations au sein des instances de base. Cette option a été suggérée par le secrétariat exécutif, puis le bureau politique a organisé les consultations avec un collège électoral constitué de 27600 délégués des 138 coordinations que compte le PS. Sur les 138, les 116 coordinations ont effectivement organisé les consultations. Les autres n’ont pu le faire soit parce que n’ayant pas été renouvelées, soit parce que les responsables dissidents ont préféré se voiler la face pour éviter d’être désavoués par leur base qui pourraient voter en faveur du compagnonnage et les discréditer. Les résultats issus de ces consultations ont indiqué que plus de 93 % des militants sont d’accord pour la poursuite du compagnonnage.
    On ne saurait spéculer sur ce que feront les dissidents. Mais je ne pense pas qu’on puisse être membre d’un parti politique et choisir une liste pour les élections législatives autre que celle retenue par le parti. Ce serait considéré comme une faute politique très grave.

    Qu’est-ce qui est prévu, ce cas échéant ?
    Ceux-là qui auront fait cette option d’une liste parallèle, auront délibérément choisi de ne plus être des militants du parti socialiste. Le parti en tirera les conséquences et les fauteurs en subiront les méfaits.

    Lors de sa visite à Touba, Khalifa Sall a déclaré : ‘’ le PS n’est le valet de personne encore moins une Dahira’’. Votre réaction
    Le PS n’est pas, et ne sera jamais un valet de qui que ce soit ! Le parti socialiste est réputé être le parti le mieux structuré sur l’échiquier politique national. Cela est reconnu de tous. Au final, incriminer la direction du parti dans son application d’une décision d’instance revient à manquer de respect à tous ces militants socialistes qui sont persuadés détenir un pouvoir décisionnel et de souveraineté d’instance. En le replaçant dans son contexte, à savoir l’échange de civilités entre le Président Ousmane Tanor Dieng et le Maire Khalifa Sall lors de leur rencontre devant le domicile du Khalif Serigne Sidy Moctar, je pencherai plutôt pour une justification de ce que certains pourraient considérer comme un acte de soumission du camarade Khalifa Sall devant son Secrétaire général de Parti. Ce sont des explications qui n’avaient pas leurs raisons d’être, après un acte de pure camaraderie socialiste salué par tous.

    A lire également  Talla Sylla révèle: « Karim doit être libéré, parce que Macky sall est aussi comptable des... »
    A lire également  Fatou Thiam: "Karim Wade ne peut représenter le Pds à la Présidentielle, son casier judiciaire n'est pas vierge"

    La réactivation du dossier de Ndiaga Diouf-Barthelémy Dias est qualifiée de politique. Car, il aura fallu qu’il soit en désaccord avec Tanor Dieng pour que l’on réactive cette affaire
    Je ne le pense pas. Si le camarade Barthélémy Dias n’avait pas demandé à plusieurs reprises la levée de son immunité parlementaire, on serait tenté de la croire. Je comprends la position de Barthélémy pour qui cette affaire constitue une grosse entrave à la poursuite de sa carrière politique. Il a besoin que cette affaire soit jugée et qu’il soit fixé définitivement sur son sort. Barthélémy a eu une ascension politique fulgurante en politique, et il faut le lui reconnaître. Cela lui avait valu d’être combattu par nos camarades de Dakar en 2009, alors qu’il devrait tout naturellement occuper le poste d’adjoint au Maire de la Ville de Dakar en sa qualité de responsable régional des jeunesses socialistes de Dakar, de surcroît patron du Mouvement National de jeunesses socialistes et seul jeune socialiste de Dakar élu Maire. Pour lui ôter une telle visibilité que beaucoup craignait, tout a été fait pour propulser le camarade Bamba Fall comme 19é adjoint au Maire de Dakar. J’y ajouterai le fait que le Maire de Dakar, malgré tous ses moyens, n’a jamais daigné octroyer une subvention permanente pour le financement des activités des jeunesses socialistes craignant que cela ne serve à Barthélémy de tremplin politique. Alors que dans la même position à la tête des jeunes sous le régime socialiste, le camarade Khalifa Sall recevait beaucoup d’appuis, dont une subvention mensuelle de l’ancien maire de Dakar Mamadou Diop. C’est ce qui explique aussi que Barthélémy Dias et Khalifa Sall n’ont jamais n’ont jamais d’atomes crochus jusqu’à très récemment !
    Cette affaire Ndiaga Diouf a fait de Barthélémy un pétard mouillé à qui ses détracteurs n’hésitent pas de rappeler cette accusation en vue de le déstabiliser. Il a vraiment besoin de s’en départir pour de bon !
    La réactivation de cette affaire n’a rien à voir avec un désaccord avec le Président Ousmane Tanor Dieng. En plus de sa volonté personnelle exprimée d’en finir avec le procès, le temps de la justice a aussi sonné d’une certaine façon. C’est une affaire pendante dont la délivrance d’une liberté conditionnelle avait suspendu le cours normal de l’instruction. Mais il fallait aussi s’attendre qu’il arrive un moment où le juge se trouve dans l’obligation de vider et classer cette affaire. A l’instar de tous les camarades, je reste solidaire avec notre camarade avec qui j’ai partagé beaucoup de choses du fait de ma qualité d’alors de secrétaire général adjoint des jeunesses socialistes, donc son adjoint et principal collaborateur dans le parti et le mouvement des jeunes.

    Comment appréhendez-vous le procès ?
    Laissons au juge le soin de dire le droit ! Nous avons foi en notre justice.

    Le processus électoral suscite de vives polémiques. L’opposition pense que le pouvoir prépare un hold up en rendant difficile les inscriptions sur les listes électorales ?
    L’opposition est dans son rôle, elle cherche à faire l’actualité. Il est vrai qu’elle est tellement désorganisée, avec la déliquescence actuelle du parti démocratique sénégalais. Imaginez un peu que cette opposition dont le PDS devrait être le chef de file est coaché par Gakou et DeCroix c’est-à-dire un novice et un communiste à l’esprit délavé.
    Par ailleurs, c’est une opposition trop bourgeoise pour descendre dans la rue et supporter la rigueur des actions sur le terrain. Il ne lui reste plus alors que les salons feutrés pour y recevoir la presse et bombarder l’opinion de communiqués au quotidien.

    Au rythme où vont les choses, pensez vos que les élections se tiendront à date échue ?
    Je le pense bien sûr, il n’y a pas de raisons pour qu’il n’en soit pas ainsi. Il est toutefois bon que la distribution des nouvelles cartes d’identités soit rendue plus fluide.

    Vous êtes le coordonnateur du projet d’appui à la modernisation des Daaras. Quel est l’état d’avancement du projet ?
    Le projet a pour objectif une diversification de l’offre éducative. Il comporte trois axes stratégiques majeurs que sont : l’amélioration de l’accès avec la construction de 64 Daara modernes dans sept régions-cibles, l’amélioration de la qualité avec la mise en œuvre du curriculum harmonisé des Daara modernes, et la gouvernance institutionnelle du processus de modernisation des Daara dont la base juridique consiste dans l’adoption de la loi sur les Daara.
    Malgré les longues procédures de passation de marchés qui ont finalement abouties, les travaux de construction des 64 Daara vont bientôt démarrer et assurer une bonne visibilité au projet. Pour le volet qualité, le personnel enseignant est déjà formé et on s’achemine vers le testing du curriculum et la production des manuels adéquats. Pour la gouvernance, le renforcement de l’appui institutionnel est en cours aussi bien au niveau du ministere de l’éducation que dans les inspections d’academie cibles. Les projets de textes législatifs et réglementaires sont en cours de finalisation et dans les semaines à venir le projet de loi sur les Daara sera soumis à l’Assemblée nationale pour son adoption.

    Avez-vous les moyens pour conduire à bien votre projet ?
    Le projet est cofinancé à hauteur de dix milliards trente deux millions par la banque islamique de développement et l’Etat du Sénégal. Le financement est bien place et donc les moyens pour sa mise en œuvre sont disponibles.

    Ce projet peut-il mettre contribuer à éradiquer la mendicité des enfants dans la rue ?
    L’éradication de la mendicité des enfants devrait en être une conséquence logique. Avec l’atteinte de nos objectifs, les standards des Daara modernes ne seront pas conciliables avec des apprenants mendiants. Il s’agira de réussir à faire accepter un changement de paradigmes qui conduiront à l’observance de nouveaux états d’esprits qui seront inadaptés avec le mode de vie actuel et antérieur des apprenants des Daara.
    Propos recueillis par Daouda Gbaya(Dakar7.com)

    Articles récents

    L’ÉTAT DU SÉNÉGAL ASSIGNÉ EN JUSTICE

    Le Sénégal encourt la condamnation aux Etats Unis. Selon l’Obs qui cite Inner City Press, un média spécialisé dans la couverture des...

    OFNAC : 20 RAPPORTS REMIS AU PROCUREUR DE LA RÉPUBLIQUE

    Invitée de l’émission Objection (Sud Fm), la présidente de l’Office national de lutte contre la corruption Seynabou Ndiaye Diakhaté a révélé que...

    URGENT : Décès de Idrissa Diallo maire de la commune de Dalifort.

    C'est une triste nouvelle qui vient de s'abattre sur la coalition Taxawu Sénégal de Khalifa Ababacar Sall. En effet l'un de ses...

    LA NOMINATION DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 02 Décembre 2020

    Monsieur Abdoulaye DIASSE, titulaire d’un DESS en Finance et d’un Master en Banque, est nommé Secrétaire général du Fonds de Garantie des...

    COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 02 Décembre 2020

    COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 02 Décembre 2020  Le Président de la République, Son Excellence Macky SALL,...

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles