More

    Mame Adama Guèye : « toutes les nominations de Macky Sall relèvent d’un clientélisme politique… »

    Invité à la tribune du Grand Jury de la Rfm ce dimanche 12 Février 2017, l’avocat d’affaires et leader de la Plateforme Avenir Sénégal Bi Niou Bëgg considère que le parent pauvre de la gouvernance du président Macky Sall reste le manque de stratégie. « Le gouvernement continue de courir derrière des urgences, malgré les effets d’annonce autour du PSE qui n’est qu’une  simple litanie de milliards » se désole Mame Adama Guèye. Au sujet du processus électoral en cours, il estime également que rien n’est transparent dans certains actes que pose le pouvoir, comme c’est le cas avec  les conditions d’accès aux cartes d’identité numérisées. L’avocat s’est même  permis de dénoncer « l’enrôlement d’électeurs susceptibles de voter favorablement pour le compte de la majorité ». Pour toutes ces raisons, Le chef de file d’Avenir Sénégal Bi Niou Bëgg a suggéré la refondation de la République. Il  s’agit de rétablir ce qu’il appelle « la normalité républicaine » dans ce Sénégal qui, du point de vue  de son propre diagnostic, ne fonctionne pas normalement. Revenant sur ses projets à court, long et moyen termes, Mame Adama Guèye rappelle que la Plateforme Avenir Sénégal Bi Niou Bëgg n’est pas un parti politique. Il l’explique plutôt  par un réceptacle de patriotes de tous bords ayant une convergence de vues sur le modèle de l’Assemblée nationale où les représentants du peuple qui vont y siéger, seront exclusivement au service des populations.  Mieux, l’avocat ambitionne de conquérir le pouvoir pour dit-il « opérer de profondes ruptures, capables de propulser véritablement notre pays sur les rampes de l’émergence ».  L’actualité qui fait état de la démission du juge Ibrahima Hamidou Dème du Conseil supérieur de la Magistrature le préoccupe également  car il a laissé entendre que « tout ce que le juge démissionnaire a dit, relève de constats récurrents dans le fonctionnement de notre justice ». Donc rien de nouveau sous le soleil, selon Mame Adama Guèye, sauf que cette fois-ci « il s’agit d’une défection d’un membre du Conseil supérieur de la Magistrature ». C’est pourquoi il a tenu à rappeler au ministre de la Justice Sidiky Kaba, sa promesse de convoquer les assises de la justice. C’est d’autant plus pertinent pour lui,  qu’avant sa démission, « le juge avait fait une importante proposition portant sur la mise en place d’un Secrétariat Général de la Magistrature ». Une formule qui, selon lui, rendrait les pouvoirs plus équidistants l’un de l’autre avec l’avantage d’une approche inclusive dans les prises de décisions. Et malgré les velléités  de sanction brandies à l’encontre d’Ibrahima Hamidou Dème, l’avocat s’est solidarisé pour faire comprendre qu’il n’y a eu aucune violation d’une obligation de réserve  de sa part. Encore que l’Union des Magistrats du Sénégal (UMS) qui l’avait précédé dans cette position  tranchée n’a jusque-là fait l’objet d’aucune sanction.

    A lire également  Ventes de produits périmés: L'Ascosen plaide pour le durcissement des sanctions
    A lire également  Gestion équitable du Fleuve Sénégal : les 4 pays membres de l'OMVS invités à harmoniser leurs textes

    Dakar7.com

    Articles récents

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles