More

    Mame Mbaye Niang arme les jeunes de l’Apr : «N’ayez pas honte de défendre la position du Président»

    WWW.DAKAR7.COM Si d’aucuns tirent à bout portant sur le Président Macky Sall après qu’il a décidé de se conformer à l’avis du Conseil constitutionnel sur l’impossibilité de réduire à cinq ans son mandat en cours, ses lieutenants pensent le contraire. Face à la presse, ce mercredi, le Secrétaire national en relation avec les Jeunes de l’Alliance pour la République (Apr) n’y est pas allé par quatre chemins pour demander aux jeunes des partis alliés, particulièrement ceux du parti présentiel, a monté au créneau pour défendre le Chef de l’Etat. «N’ayez pas honte de défendre la position du Président», a dit Mame Mbaye Niang. Etayant son argumentaire, le ministre de la Jeunesse d’indiquer : «Aujourd’hui, tout argumentaire qu’on voudrait bâtir pour nier au Président sa ferme volonté d’avoir tout fait pour respecter sa promesse est condamné à s’écrouler à l’épreuve des faits. En effet, l’intention du chef de l’Etat de respecter sa parole ne peut nullement être remise en cause tant il est vrai qu’il a posé tous les actes qui prédestinaient à la réalisation d’un tel dessein».

    «Cependant, poursuit-il, il s’est heurté à l’irrécusable décision prononcée par le seul juge habilité en la matière. C’est pourquoi il appartenait au Président de la République de revoir ses ambitions personnelles et de se conformer scrupuleusement aux décisions du Conseil constitutionnel. Car, le fait de ne pas s’y conformer serait symboliquement haïssable pour celui qui est la première institution et la seule à incarnation humaine garante de toutes les autres». Mieux, pour le Secrétaire national en relation avec les Jeunes de l’Alliance pour la République (Apr), qui avait ses côtés ses camarades Birame Faye, Amadou Lamine Dieng, entre autres, «le peuple ne lui aurait jamais de fouler au pied le dépôt sacré de sa légitimité : ‘’La Constitution’’». Car, «Cela fragiliserait nos institutions et constituerait un précédent dangereux qui ouvrirait la boîte de Pandore à toutes les formes de dérives institutionnelles inimaginables».

    A lire également  COVID-19 : PLUS DE 700 PERSONNES ISOLÉES À MBACKÉ

    «Car, il faut toujours distinguer la volonté personnelle et celle du peuple. Dans un pays où même les toussotements du Président de la République sont sujets à critique, il faut préférer affronter la vindicte politicarde que de se mettre à dos la charte fondamentale». Concluant son propos, Mame Mbaye Niang porte la réplique aux pourfendeurs de son mentor : «Parmi les prétendus juristes qui attaquent le Président de la République en disant qu’il ne doit pas être lié, personne ne remet en cause la légalité de la décision, qui reste conforme à notre loi. Ils sont, à n’en pas douter, sur le terrain de la subjectivité et non sur celui de l’objectivité que requiert le droit»

    WWW.DAKAR7.COM

    Articles récents

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles