Mamour Cissé, opérateur économique : « Aujourd’hui, sur le terrain, les entreprises sénégalaises jouent les seconds rôles… »

« Aujourd’hui, le système bancaire du Sénégal est détenu à 70% par le Maroc, total bilan et parts de marché, et les 70 ou 90% des 30% restants par des banques françaises », a soutenu, dans un entretien avec le journal Sud quotidien, Mamour Cissé. L’opérateur économique et ancien président du Conseil national des jeunes dirigeants d’entreprise du Sénégal parle des difficultés dans lesquelles se débat le secteur des hydrocarbures.

« La situation économique du Sénégal est extrêmement difficile. Je ne sais même pas par où commencer, dans la mesure où je pense, en toute bonne foi, qu’on est en train de tromper le président de la République. A tort ou à raison, je ne comprends pas, mais aucun pays au monde ne s’est développé sans un patriotisme économique d’une part, et d’autre part, sans avoir les leviers et les moyens de sa politique. Le Plan Sénégal Emergent (Pse) a beau avoir des qualités, mais tant que ce Plan n’aura pas les instruments pour lui permettre d’atteindre ses objectifs, c’est voué à l’échec ». explique-t-il.

« J’en veux pour preuve aujourd’hui, au risque de me répéter, que le système bancaire du Sénégal est détenu à 70% par le Maroc, total bilan et parts de marché, et les 70 ou 90% des 30% restants par des banques françaises. C’est vous dire que c’est la portion congrue qui est réservée aux nationaux. Là-dessus, le régime actuel ne peut compter que sur ses propres forces, et en parlant de propres forces, c’est par rapport aux leviers dont il dispose, et au premier chef, la Banque nationale de développement économique (Bnde) qui doit être aujourd’hui au centre de l’impulsion et de tous les programmes du président Macky Sal », affirme Mamour Cissé.

Selon M. Cissé toujours, nos opérateurs économiques jouent les seconds rôles dans leur propre pays. « Aujourd’hui, sur le terrain, les entreprises sénégalaises jouent les seconds rôles, aussi bien sur le plan industriel que sur le plan commercial et financier. Les projets qui devaient accompagner et soutenir le Pse, nous voyons que c’est plus des étrangers qui sont les têtes de file que des nationaux. J’attendais effectivement, avec l’Apix, qu’il y ait des conglomérats d’opérateurs économiques sénégalais pour booster parce qu’il s’agit de notre pays. Je ne peux pas comprendre qu’on n’ait pas les mêmes droits que ce pays-là, dans leur propre espace économique. Mais alors pourquoi donc doivent-ils l’avoir dans le nôtre, cela pose problème. J’aurais compris, parce que, qu’on le veuille ou non, il y a un système bancaire français qui a permis quand même l’émergence d’une bourgeoisie nationale, mais pour les Marocains et c’est ce qui est dangereux, c’est qu’ils vont venir avec leurs entreprises industrielles, commerciales, et faire de nous des vassaux ou simplement des agents de distribution », ajoute l’opérateur économique.

Seneweb.com

Comments are closed.