Mankeur Ndiaye préconise une approche volontariste pour la transformation structurelle des économies africaines

MANKEURindexL’Afrique doit adopter « une approche volontariste et structurée » pour parvenir à une transformation structurelle de son économie, a soutenu, jeudi, à Banjul, le ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur, Mankeur Ndiaye. Le continent africain « dispose d’atouts certains et de potentialités énormes pour réussir la transformation structurelle de son économie », mais pour ce faire, les pays concernés doivent adopter ’’une approche volontariste et structurée pour une meilleure transformation locale » de leurs richesses, a-t-il soutenu. Le patron de la diplomatie sénégalaise intervenait à l’ouverture d’une réunion ministérielle organisée en prélude à la prochaine TICAD VI, du nom de l’édition 2016 de la Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique, se tiendra à Nairobi (Kenya), en août prochain (27-28). Cette perspective permettrait à l’Afrique de « générer plus de valeur ajoutée » et de « créer plus d’emplois, en vue de réduire significativement la pauvreté et de l’éradiquer au cours des prochaines années », a dit Mankeur Ndiaye.

« Telle est naturellement notre ambition commune, tel est l’espoir que les dirigeants africains et japonais fondent dans la TICAD », a ajouté le ministre des Affaires étrangères et des Sééngalais de l’extérieur. Mankeur Ndiaye a insisté sur la nécessité, pour les pays africains, de « maitriser les technologies de pointe, à travers des ressources humaines de qualité, la recherche et l’innovation ». Selon lui, cela passe par « l’appropriation des piliers et des axes prioritaires » du TICAD, une initiative qui ’’pourrait contribuer de manière décisive à la réalisation d’un développement durable et inclusif en Afrique, dans le cadre de son Agenda 2063 et par des stratégies volontaristes d’industrialisation du continent » africain. Le ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur a par conséquent invité le continent africain à « mettre à profit toutes les initiatives continentales pertinentes, dans une approche participative, en vue de formuler les meilleures stratégies pour leurs financements et leur mise en œuvre ». La TICAD a été lancée en 1993 par le Japon, à l’effet de promouvoir le développement, la paix et la sécurité dans le continent, à travers la coopération bilatérale et multilatérale. La rencontre préparatoire à la TICAD VI, se tient en Gambie, en partenariat avec le gouvernement japonais, le Bureau du conseiller spécial des Nations unies pour l’Afrique, la Commission de l’Union africaine, la Banque mondiale et le PNUD, le Programme des Nations unies pour le développement.

Aps.sn

Comments are closed.