Manque de Plan et de vision: Amadou Bâ répond à Loum et contre-attaque

Amadou Ba DKR7Le ministre de l’Economie des Finances et du Plan, a répondu ce lundi, à l’ancien premier ministre Mamadou Lamine Loum, qui estimait que notre pays “n’a pas encore de plan ni de vision prospective”.“Parlant de la planification économique, justement, il y a quelques jours, certains organes de presse se sont faits l’écho d’analyses d’une haute personnalité sur la gouvernance économique de l’Etat du Sénégal, exposées d’ailleurs au cours d’une conférence publique.

Des propos portés sur un Sénégal qui n’a pas encore de plan ni de vision perspective. Le gouvernement a bel et bien une vision pour un Sénégal émergent. Pour une vingtaine d’années. C’est celle d’un Sénégal émergent en 2035 avec une société solidaire dans un Etat de droit. Cette vision est traduite dans le Pse et articulée autour d’une stratégie décennale opérationnalisée par un plan d’actions prioritaires de 5 ans sur lequel s’adosse le Plan triennal d’investissements publics”, a déclaré Amadou Bâ, lors de sa visite au siège de la direction générale de la planification et des études économiques.

Il rappelle que le Plan Sénégal émergent , “document dont la qualité a été saluée par des organismes aussi exigeants que l’Ocde la banque mondiale et le Fmi, a été jugé crédible par la communauté internationale qui, à l’occasion du groupe consultatif, lui a consacré pas moins de 5785 milliards de CFa de financements pour sa seule phase quinquennale de 2014-2018”, argumente l’argentier de l’Etat. Cependant, “la réussite de cette nouvelle stratégie qui vise à hisser le Sénégal au rang des pays émergents à l’horizon 2035 repose, cependant, sur un ensemble de préalables sans lesquels les objectifs fixés risquent d’être compromis”.

Amadou Bâ ne s’est pas limité à servir une précision à l’ancien Premier ministre. Il a aussi indiqué que le plan mis en place par ce dernier vers es années 94, s’est soldé par un échec. “Le plan mis en oeuvre au début des années 90 composé d’un ensemble de mesures d’austérité programmes de départs volontaires, réduction de salaires dans la fonction publique etc., n’a pas donné les résultats les meilleurs. La croissance réalisée récemment en 94 n’a pas été de qualité.

Elle était largement tirée par des sous secteurs qui n’ont pas été suffisamment pourvoyeurs d’emplois”, a taclé le ministre.Au Pr Moustapha Kassé qui disait que l’actuel argentier de l’Etat aimait les médias, M. Bâ précise: “Le ministre de l’Econome parle de croissance économique, de déficit budgétaire. Il parle d’endettement, d’inflation maitrisée autant d’agrégats sur lesquels le Sénégal a fait des avancées”.

Comments are closed.