Manu Dibango, la star du saxo, terrassé par le Covid-19 : une légende s’en est allée

Manu Dibango,  très grand saxophoniste et  légende mondiale du jazz, est mort. Atteint du Covid-19, le célébrissime artiste camerounais était hospitalisé depuis deux jours. Il a fini par succomber au coronavirus.

L’annonce du décès a été faite par la famille de l’artiste en  ces termes cité par Franceinfo : «Chers parents, chers amis, chers fans, une voix s’élève au lointain… C’est avec une profonde tristesse que nous vous annonçons la disparition de Manu Dibango, notre ‘Papy Groove’, survenue le 24 mars 2020 à l’âge de 86 ans, des suites du Covid-19».

Star mondiale du Jazz, Manu Dibango a une  carrière de plus de 60 ans. Il était d’un humour déchirant et d’un rire ravageur et d’un dynamisme constant. Il est l’un des porte flambeau du Makossa, la musique camerounaise.

Né à Douala au Cameroun, le saxophoniste, qui a passé une partie de son enfance à Saint-Calais, était bien connu en Sarthe (France). Il était hospitalisé depuis le 18 mars.

Manu Dibango a  fait danser des générations de de jeunes d’Afrique et du monde. Arrivé à Marseille en 1949 alors qu’il était adolescent, Manu Dibango fait Chevalier de la Légion d’honneur en 2010, rappelle franceinfo sur son site.

Géant au propre comme au figuré

L’an dernier, en tournée pour ses 60 ans de carrière,  le monument de la musique africaine était en pleine forme. Une tournée au cours de laquelle, il mêlait son Safari Symphonique, du jazz et de la musique classique. Programme qu’il avait d’ailleurs évoqué en juillet 2019 avec des journalistes. Manu Dibango était à la fois un géant par sa taille et son talent, mais aussi par sa gentillesse et son enthousiasme communicatif, commente franceinfo.

Pour mémoire, le 18 mars, la contamination de l’artiste avait été annoncée sur sa page Facebook.  «Les obsèques auront lieu dans la stricte intimité familiale, et un hommage lui sera rendu ultérieurement dès que possible», indique la famille dans son communiqué.

Après la Congolais Aurlus Mabélé, c’est le deuxième grand artiste africain qui périt des suites de cette maladie  du covid-19 venue tout remettre en cause dans un monde de quiétude.

Encore une raison supplémentaire pour que chacun prenne la mesure de la situation et respecte les mesures édictées par les autorités. Personne n’est épargné. Y compris malheureusement les médecins qui tentent de combattre ce malheur. La France en a perdu près de 5 médecins emportés par cette maladie.

Noël SAMBOU

Commentaires

commentaires