More

    Me Amadou Sall : « Tous ceux qui ont participé à l’enquête de Oumar Sarr sont passibles devant la Cpi »

    Oumar Sarr, coordonnateur du Pds, a été déféré au parquet ce lundi matin. Ses camarades libéraux sont montés au créneau pour dénoncer des irrégularités dans la procédure. L’ancien ministre de la Justice, Me El Hadj Amadou Sall, par ailleurs un des avocats de M. Sarr, a signalé, face aux acteurs de la presse présents à la cave du Palais de justice où est gardé le mis en cause, que les agents chargés de l’enquête sont tous « redevables de la Cpi pour séquestration arbitraire ».

     

    « On est tous dans la situation objective où on attend. Il est déféré. On attend. Parce qu’on s’interroge sérieusement sur une question qui est essentielle. Oumar Sarr, il est député à l’Assemblée nationale. L’Assemblée nationale est en session. La Constitution du Sénégal interdit de le rechercher, de le poursuivre et de l’arrêter. Là, non seulement, il est recherché, il a été interrogé, gardé à vue et déféré. Et tous les officiers de police judiciaire, tous sans exception, je dis bien tous ceux qui ont participé à cette enquête-là sont passible de la Cour pénale internationale (Cpi) pour séquestration. Le commissaire, ceux qui lui ont donné des ordres, le ministre de la Justice, tous sans exception, sont redevables de la Cpi pour séquestration arbitraire », a confié l’ancien Garde des Sceaux, sous le régime libéral.

    A lire également  Serigne Modou Kara: "Je ne serai pas de ceux qui s'opposent à Macky"

     

    Me Amadou Sall, en veut pour preuve que « cette détention est illégale ». D’où son invite adressée aux agents en charge du dossier de prendre leurs responsabilités. « Nous en appelons à tout le monde, aux officiers de police judiciaire, pour qu’ils prennent leur responsabilité. Et lorsqu’on leur demande de commettre de si graves irrégularités, qu’ils fassent attention. Parce que la Constitution est claire, article 61, aliéna 2 : Pendant la durée de session aucun député ne peut être ni poursuivi, recherché, arrêté, sauf autorisation de l’Assemblée nationale », rappelle l’avocat.

     

    Ce dernier, de préciser, que l’immunité parlementaire de son client et camarade n’est pas levée. « La levée de l’immunité parlementaire a un aspect spécial. Quand quelqu’un est poursuivi pour un délit précis, l’immunité parlementaire est levée pour ce délit précis. L’immunité parlementaire de Oumar Sarr a été levée il y a longtemps pour une procédure particulière, pour cette procédure-là, il peut être poursuivi. Mais là, il est dans une autre procédure. Il faut pour chaque délit demander, la levée de l’immunité parlementaire, parce que la levée n’a jamais un caractère général », précise Me Sall.

    A lire également  Conseil des ministres décentralisé 2015 : Gackou rappelle à Macky les 246 milliards promis à Fatick

     

    Auteur: Youssoupha MINE

    Articles récents

    L’ÉTAT DU SÉNÉGAL ASSIGNÉ EN JUSTICE

    Le Sénégal encourt la condamnation aux Etats Unis. Selon l’Obs qui cite Inner City Press, un média spécialisé dans la couverture des...

    OFNAC : 20 RAPPORTS REMIS AU PROCUREUR DE LA RÉPUBLIQUE

    Invitée de l’émission Objection (Sud Fm), la présidente de l’Office national de lutte contre la corruption Seynabou Ndiaye Diakhaté a révélé que...

    URGENT : Décès de Idrissa Diallo maire de la commune de Dalifort.

    C'est une triste nouvelle qui vient de s'abattre sur la coalition Taxawu Sénégal de Khalifa Ababacar Sall. En effet l'un de ses...

    LA NOMINATION DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 02 Décembre 2020

    Monsieur Abdoulaye DIASSE, titulaire d’un DESS en Finance et d’un Master en Banque, est nommé Secrétaire général du Fonds de Garantie des...

    COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 02 Décembre 2020

    COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 02 Décembre 2020  Le Président de la République, Son Excellence Macky SALL,...

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles